Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Tosca (Puccini) Du 20 NOV. au 2 DÉC. à l'Opéra Royal de Wallonie-Liège

 

La Tosca  est revenue !

 

 Back to basics, voici  « La Tosca» le chef d’œuvre de Puccini présenté 14 janvier 1900 au Teatro Costanzi de Rome!   Elle se joue depuis  le mardi 13 décembre  à l’Opéra Royal de Wallonie et se jouera jusqu’au 2 décembre.  Cet opéra populaire en trois actes - le cinquième le plus joué au monde - mêle meurtre (sur scène, comme dans le grand théâtre romantique), passion, jalousie, pouvoir et trahison.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises

 

L’histoire, inspirée d’un drame naturaliste de Victorien Sardou,  se situe  à Rome e,n 1800, à une époque où l’Italie et l’Europe conservatrice étaient en conflit  contre  une  France révolutionnaire, techniquement « républicaine » mais déjà dirigée par Napoléon.  L’action s’ouvre sous les voûtes d’une église baroque et sombre dont le point focal est une magnifique grille ouvragée.   Mario Cavaradossi, peintre radical et idéaliste y peint un tableau dont la sensualité signera  hélas son arrêt de mort.  La  séduisante  cantatrice Floria Tosca tombe sous le regard du baron Scarpia, un prédateur odieux,  chef corrompu  d’une  police secrète. Il est uniformément  pervers,  mu par la soif de pouvoir et de luxure.   Nourri d’ignoble desseins, il réussit à lui insuffler  le poison de la jalousie à cause de la beauté de  cette admirable peinture réalisée à l’église par son amant. Il ne s’agit pourtant que de la conversion de Marie-Madeleine… mais elle possède  un tel regard… Pourtant,  Tosca est  follement amoureuse du  Cavaradossi qui lui voue un amour pur et  inconditionnel. Scarpia s’est aperçu  que celui-ci a prêté main forte au prisonnier politique évadé de ses prisons – Cesare Angelotti, ancien Consul de la République de Rome –  et décide de les liquider tous les deux. Scarpia,   qui les retient prisonniers au château Saint-Ange,  offre la liberté de Cavaradossi  contre les  faveurs de Tosca. Elle fait semblant de céder, mais saisissant une chance inespérée, poignarde sauvagement son bourreau,  juste après qu’il  lui ait donné sa parole d’arranger un simulacre d’exécution. C’est sans compter sur le double jeu de l’immonde Scarpia qui n’a pas fait prévenir le peloton d’exécution.  Cavaradossi  s’effondre tragiquement sous les balles réelles et La Tosca, dévastée par la perte de son amant et piégée par son propre assassinat de Scarpia, se jette du haut des remparts  alors que fusent  les notes torturées de  la musique romantique rappelant les moments les plus tendres  du malheureux couple.

 

En effet, L’orchestre  placé sous l’auguste direction de Gianluigi Gelmetti est un miroir parfait des couleurs du mélodrame sanglant. La direction  transparente, raffinée  tout en se montrant dramatique flirte avec une lecture cinématographique de la partition. On retient l’émerveillement, la dimension spectaculaire et la  puissance visuelle  du « Te Deum » doré,  hérissé de mitres de dignitaires religieux qui s’offre  comme un saint-Sacrement, aux yeux et aux oreilles,  dans  une  magnificence à couper le souffle.L’image contient peut-être : 1 personne, nuit Pour le reste, mise en scène et décors - et n’y a rien à redire sur cette heureuse réutilisation - ce sont ceux de Claire Servais,  utilisés en 2014 lors de la première représentation de cette œuvre à L’opéra Royal de Wallonie.  Faits de quelques marches d’escalier, de lignes  épurées et sobres, ils sont  balayés de jeux de lumières et de clair-obscur très  ciblés dont la réalisation est signée Olivier Wéry.  Encore une fois, c’est une habitude à l’Opéra Royal de Wallonie, les  somptueux costumes  d’époque  apparaissent comme  de véritables bijoux surgissant  de façon très graphique  de ce cadre  très porteur.L’image contient peut-être : 1 personne, nuitL’image contient peut-être : une personne ou plus

Soulignons que les chœurs, pourtant peu présents, de la volonté du compositeur pour accentuer la dimension vériste de l’opéra,  ont le don de donner une belle perspective au tableau musical. On est particulièrement touché par  la  voix off enfantine du pastoureau ou de la pastourelle  qui  égrène sa tendresse dans le lointain, en contraste saisissant avec la noirceur de l’action.

 

Au centre, le magnétisme de la tragédienne et la projection irréprochable de Virginia Tola, une véritable étoile lyrique, ne cessent d’émouvoir.  On  est sous le charme des vibratos souples et fruités des rencontres amoureuses. Son  timbre éclatant et  sa puissance vengeresse truffé d’aigus aussi lestes que si on cueillait des fleurs ses champs, ressortent d’autant mieux.  On a les larmes aux yeux en entendant son  Vissi d'arte « J'ai vécu d'art »,  après que Scarpia lui eut proposé son horrible marché.

 

A ses côtés le ténor vénézuélien Aquiles Machado, plein d’embonpoint et de bonhommie est craquant de vie,  de bienveillance, d’innocence et de purs sentiments. Son air E lucevan le stelle « Et les étoiles brillaient »qu’il chante  avant son exécution, évoquant le souvenir de Tosca est un réel arrache-cœur.

 

Mais entre tous, c’est Il Barone Scarpia qui crève l’écran. Marco Vratogna est à lui tout seul une machine infernale sous des dehors de courtisan élégant. On pense, à Créon,  à Richard II, à Torquemada, au Duc D’Albe. Dépourvu du  moindre sursaut d’humanité,   il coiffe tous les méchants au poteau, par la  puissance  de son venin hypocrite,  sa volonté organique de  détruire, voire, de violer.   Il possède une voix diabolique sonnant le glas du bonheur,  éclatante de maléfices.  Elle projette ses  puissantes ondes obscures  et délétères avec une  opiniâtreté de métronome d’un bout à l’autre du spectacle.  

La galerie des seconds rôles n’a rien  à envier aux vedettes lyriques du triangle tragique.  Excellentes prestations et projection irréprochable de Cesare Angelotti par le fidèle Roger Joachim Pierre Derlet interprète un  
un  Spoletta très bien campé en serviteur du Diable!   Laurent Kubla en formidable Sacristain:  l’adore,  une soutane volante entourée de sa marmaille d’enfants de choeur!  Ajoutez deux membres des  Chœurs de l’Opéra Royal de Wallonie-Liège:  Marc Tissons qui incarne Sciarrone  et  Pierre Gathier  qui joue un gardien. Sans oublier  le sel du bonheur:  le joli pastoureau dont on entend la voix  pure et flûtée au loin et qui fait partie de la maîtrise de L’ORW, garçon ou fille.    Cet ensemble particulièrement équilibré contribue  grandement à l’éclat lyrique  de la soirée. Et puisque « La Tosca » est là… vous irez, ou vous y retournerez.  

Dominique-Hélène Lemaire

 

Infos et réservations: www.operaliege.be

 

 

 

 

Vues : 138

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 3 décembre 2018 à 16:41

Une Tosca bien saignante…

Le 28 novembre 2018 par Jacques Holbeux

En fin renard toujours à la recherche d’histoires dramatiques reposant sur autant de destins contrariés, Giacomo Puccini a immédiatement été séduit par la pièce éponyme de Victorien Sardou. Le compositeur a pressenti dans ce sujet une magnifique occasiond’exploiter son talent naturel à décrire les passions humaines, et ainsi de faire briller sa veine unique qui s’inscrit dans le sillon du vérisme tout en le patinant d’un lyrisme généreux et vigoureux. L’œuvre repose sur un livret aux ressorts dramatiques accusés et sur trois personnages centraux au caractère assurément très fort, qui présentent chacun quelques failles permettant de leur dresser un profil psychologique des plus consistants.L’échec de la création de l’œuvre en 1900 a rapidement été oublié, de sorte que cet opéra figure parmi les incontournables du répertoire.

Aborder les trois rôles principaux (Tosca, Cavaradossi, Scarpia) représente donc par essence un défi pour les voix qui se lancent dans l’aventure. Si le personnage de Scarpia permet une approche assez homogène, tant il paraît uniformément cruel et pervers tout au long de l’œuvre, Cavaradossi exige davantage de souplesse et de variété d’expression tant il porte en lui toutes les tensions psychologiques nées d’une passion amoureuse mais aussi d’un contexte politique périlleux. Tosca, de son côté, exige une palette de couleurs et de nuances élargie, ainsi qu’une belle santé vocale, indispensable dès lors qu’il faut exprimer avec aplomb des sentiments très contradictoires, et ainsi passer de la tendresse amoureuse à l’hystérie vengeresse avec une même conviction.

L’actuelle production présentée à l’ORW est une reprise de la mise en scène classique, efficace et toujours de bon goût de Claire Servais, qui repose sur de superbes décors de Carlo Centolavigna et de non moins excellents éclairages d’Olivier Wéry.

Mises en valeur dans un tel écrin, les voix peuvent exprimer toute leur force, tout leur potentiel dramatique. A ce jeu, c’est incontestablement le Scarpia vindicatif de Marco Vratogna qui se distingue en premier. Le public frémit à chaque apparition de cette âme noire et manipulatrice à qui le baryton italien donne une épaisseur remarquable. Et on se prend à aimer détester le personnage jusqu’au bout. Pari gagné ! Le Mario Cavadarossi d’Achilles Machado cherche un peu ses marques au début de l’acte 1, mais il s’affirme progressivement, offrant une belle résistance héroïque à Scarpia à l’Acte 2 avant de trouver le ton juste dans le final, illuminé par un E lucevan le stelle réellement émouvant. Virginia Tola (Tosca) se montre un peu en retrait par rapport à ses deux comparses sur le plan vocal. Le timbre manque un peu de soyeux, et seuls les deux extrêmes de la tessiture et de l’expression semblent bien maîtrisés : le medium chaleureux des moments intimes et les aigus héroïques abordés avec vaillance mais aussi un rien de raideur. Sa présence scénique et son jeu d’actrice très convaincant concourent à gommer ces réserves aux yeux du public, qui l’a joliment ovationnée.

Sous la direction précise de Gianluigi Gelmetti, l’orchestre de l’ORW se montre à son meilleur (si l’on oublie les premières mesures de l’Acte 3, subitement hésitantes), distillant avec soin les couleurs les plus subtiles avant de s’enflammer dans de généreux tutti. Chef et orchestre participent ainsi pleinement à la réussite de cette très belle soirée italienne, telle que l’ORW s’en est fait unespécialité depuis l’arrivée de Stefano Mazzonis. Enfin, n’oublions pas d’accorder une mention spéciale aux petits rôles très bien tenus, au premier rang desquels le Spoletta de Pierre Dehret et le Sacristain de Laurent Kubla.

Jacques Holbeux

Liège, Opéra Royal, 27 novembre 2018

Crédits photographiques : Opéra Royal de Wallonie-Liège

Commentaire de Deashelle le 3 décembre 2018 à 16:39
Commentaire de De Ro jacqueline le 3 décembre 2018 à 6:44

Merci pour ce bel hommage mais ouvert trop tard et était la dernière représentation. Dommage. Espérons que la TV nous donnera ce beau spectacle.Amitiés

Commentaire de Deashelle le 1 décembre 2018 à 21:53

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène et personnes debout

Commentaire de Deashelle le 1 décembre 2018 à 15:17

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Commentaire de Deashelle le 1 décembre 2018 à 14:44
Commentaire de Deashelle le 1 décembre 2018 à 14:43

Gelmetti sera au Théâtre Royal de Liège du 20 novembre au 2 décembre.

Commentaire de Deashelle le 1 décembre 2018 à 14:40

 

Sous la direction musicale de Gianluigi Gelmetti et dans la mise en scène de Claire Servais, la Tosca se dessine en un baroque flamboyant, des bruits de tissus et rideaux jusqu’au choc des balles et chaînes avec un vérisme cru, maîtrisé, ancré dans le réel.

Habitué aux œuvres classiques (surtout italiennes), l’Opéra Royal de Wallonie relève le pari époustouflant de rester fidèle à son registre fétiche tout en offrant un visage de la Tosca sublimé, entre un visuel cinématographique moderne et une interprétation puissante, jusqu’au-boutiste. Cette œuvre magistrale et le mythe de Tosca tendent assurément un piège, celui de verser dans le pathos d’un mélodrame empathique et brutal : la femme ici subit tous les outrages (tromperie, menaces mortelles, chantage, tentative de viol), elle pêche par jalousie et orgueil et reste pourtant noble, pénétrant les progressives strates d’une descente aux enfers, en trois actes. 

La musique s’offre dès l’ouverture avec une finesse à couper le souffle, véloce et puissante, annonciatrice d’un décor efficace, entre minimalisme et baroque flamboyant, prie-Dieu et lourds rideaux de chapelle pour une ambiance totale à l’italienne. Entre odeur d’encens de messe et térébenthine d’atelier, tous les sens sont requis pour rejoindre la Tosca.


© Opéra Royal de Wallonie-Liège


Virginia Tola qui avait déjà interprété la Tosca de nombreuses fois peut se targuer de vivre son rôle avec puissance et aisance (rendant hommage à la sublime Sarah Bernhardt qui avait insufflé à Puccini son envie de créer Tosca). La puissance vocale va jusqu’à couvrir l’orchestre d’ultimes aigus, l'aisance scénique noble et précise est renforcée de graves ronds et d’aigus mûrs, parfois stridents mais de détresse, avec une gestion de souffle remarquée.

Le brillant Aquiles Machado, sa voix ronde, latine et très ornementée correspond à la sympathie attendue de son tendre Mario Cavaradossi, suivi jusqu’au peloton d’exécution avec la boule au ventre. Noble, affable, vif et tendre, son jeu théâtral est naturellement vériste. Jamais poussive, la voix se pose sur un beau grave puissant dans le tragique et une ligne claire dans les aigus.


© Opéra Royal de Wallonie-Liège

Troisième grand personnage de la pièce, le monstrueux et despotique Baron Scarpia (Marco Vratogna, grand habitué du rôle), au service du régime autoritaire, fait régner la terreur avec abjection. Saoulée d’une toute-puissance vile et sadique, la voix forte, soufflée et grave du chanteur lui confère ce caractère d’insondable puissance, celle que fera plier Tosca par une lame. 

Le sacristain est interprété par Laurent Kubla, légèrement poussif dans une voix certes fraîche et cernée de beaux graves, mais surtout juste dans le jeu, amenant une vivacité plus comique. Ample, solide et énergique, il peut s'autoriser un détachement élégant.


Laurent Kubla - Tosca par Claire Servais (© Opéra Royal de Wallonie-Liège)



Grand habitué de la scène liégeoise, Roger Joakim joue celui par qui tout commence : Cesare Angelotti. Lui aussi souvent poussif de voix, notamment dans le grave, le reste de la tessiture démontre une assurance technique secondant un rôle spontané. Rôle bref mais remarqué, le jeune Spoletta, bras droit du despote, incarné par Pierre Derhet offre une voix acidulée, vive et résolue. Il sera bientôt sur la scène bruxelloise pour la production de Robert le diable.

Tosca se sera donc livrée dans l'écrin liégeois : bijou brutal.


Virginia Tola - Tosca par Claire Servais (© Opéra Royal de Wallonie-Liège)

PRODUCTIONS ASSOCIÉES :

https://www.olyrix.com/articles/production/2541/tosca-puccini-20-no...

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2018   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation