Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

WARDA (SÉBASTIEN HARRISSON / MICHAEL DELAUNOY) 14.04 > 04.05 Création au Rideau de Bruxelles

Y’A DES OBJETS QU’ON PEUT PAS POSSÉDER, C’EST EUX QUI NOUS POSSÈDENT. Perdu dans les rues de Londres, Jasmin, jeune loup de la finance débarqué de Montréal, rencontre un garçon prénommé Hadi qui cherche à lui vendre un tapis précieux aux motifs fascinants. Ce qui pourrait être une banale transaction se transforme en une véritable énigme quand le vendeur demande à Jasmin le mot de passe qui conclura le « deal ». Quête initiatique défiant l'espace et le temps, Warda nous emmène en un claquement de doigts des rives de la Tamise aux portes de l'Orient et des quais de l'Escaut à l'antique cité de Babylone. Une comédie à la lisière du fantastique où langues et identités s'entrechoquent sous le regard amusé du philosophe Michel Foucault.

 Des milliers de nœuds mais pas de trame! Préparez-vous au meilleur comme au pire! Préparez-vous aux élucubrations intercontinentales et surtout ne faites pas grincer votre fauteuil pendant le spectacle ! De grâce, pitié pour eux, ils tiennent à peine ! Et surtout, préférez le tapis comme moyen de transports, car de toutes façons, le parking de la Tulipe est ‘volbezet’.

Le bouquin de MICHEL FOUCAULT dont  se gargarise LILY (CHRISTINA TOTH ), l’étudiante en philo Newyorkaise qui habite chez COLOMBE (VIOLETTE CHAUVEAU) est franchement hermétique. Roucoulement de syllabes hétéroclites, elle se shoote  à l'hétérotopie ou d’éthérotopie, c’est selon la place du  h, n’est-ce pas? Mais les bouquets de fleurs sont fantastiques : Ils sont l’image captive du jardin. Le jardin du tapis, sans doute!

Pour dérouter, les parler diffèrent: flamand, français du Québec, bruxellois, berbère, anglo-américain. Les  frontières  linguistiques s’estompent, masculin-féminin, passé-présent, vie réelle et vie rêvée se confondent. Choix lucide ou destinée ? Le body language est le plus fort. Le contact  du pied nu avec le tapis quatre saisons où s’accouplent fleurs et oiseaux, pur mélange laine et soie, vieux de plusieurs siècles est une expérience inoubliable. Ca, c’est l’étincelant jeune cadre dynamique et connecté du Québec qui vous le dit. Sa mère s’appelait Rose. Elle a disparu quand il avait 14 ans. Présence théâtrale étincelante d’HUBERT LEMIRE dans le rôle de JASMIN. Tiens, encore un nom de fleur!     

WARDA, quel nom barbare pour une rose ! A rose is a rose, is a rose, is a rose … comme le dit la poétesse.  Bien sûr que c’est un motif! On déteste qu’on nous mette les points sur les I et les barres aux T. Le motif revient à l’infini dans le miroir des spectateurs, tapi dans le tapis sans trame de l’imaginaire. Sauf que, le tapis a soudain explosé dans un attentat terroriste, note d’actualité ou prémonition? Explosion de culture? Vol du tapis ? Il a bel et bien disparu!   

Au coin du plateau, à chaque changement de scène une écrivaine aussi aimable qu’une fée Carabosse vous enfume. Elle vit recluse pour se protéger des autres et du monde. C’est tout juste si elle ne renvoie pas le public chez lui !  De sa voix rugueuse, elle  ne cesse d’intervenir pour remonter l’histoire et apostropher le public. Ceci n’est pas du Brecht! Il n’y a rien à expliquer ni  à comprendre, qu’elle cesse de couper nos fils! Elle est laide, rébarbative et misanthrope. Qu’on la pende, dirait la reine! Personnage incarné par MIEKE VERDIN (ANNELEEN).   

Par contre, on est tout yeux et tout oreille  pour le jeune marchand de tapis, SALIM TALBI (HADI/Ali), beau comme un rêve  qui vend du paradis en servant le thé. Soif d’idéal ? Warda-Rose : « je suis un jardin et ça boit beaucoup! »

Tout est dans le regard. S’il n’y a pas de regard - demandez à Warda - il n’y aura pas de tapis ! Warda -Rose a vu le paradis et le raconte à ses frères qui exécutent le tapis! But, there’s a bug in the rug ! Pourquoi tout le monde fait semblant de croire que quelqu’un a tué Warda? On vous a dit qu’elle a disparu, elle n’est pas nécessairement morte ! Vous avez vu la double porte blanche? Elle est juste à côté, là où elle doit être! Si vous voyez ce que je veux dire ! Vous prendrez bien un thé avec Alice? Ensuite nous rangerons les citrons ensemble!

Avec Violette Chauveau, Hubert Lemire, Salim Talbi, Christina Toth, Mieke Verdin

 Écriture Sébastien Harrisson / Mise en scène Michael Delaunoy

 

Une production de la compagnie de théâtre Les Deux Mondes (Montréal) en coproduction avec le Rideau de Bruxelles. Avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des Arts du Canada, du Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec et de Wallonie-Bruxelles International.

 N.D.L.R Vous me direz peut-être que je n'ai rien compris, mais il n'y a rien à comprendre!

http://www.rideaudebruxelles.be

 

Vues : 359

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 26 janvier 2018 à 16:24

En tournée! Rideau de Bruxelles

Commentaire de Deashelle le 26 janvier 2018 à 16:23


WARDA voyage et fait voyager !

Écrit par l'auteur québécois Sébastien Harrisson et mis en scène par Michael Delaunoy, WARDA séduit en ce moment-même le public et les critiques montréalais.

Créée en avril 2016 au Rideau de Bruxelles et à l’affiche depuis le 16 janvier 2018 du Théâtre Prospero, cette coproduction internationale réunit le Rideau de Bruxelles et la compagnie de théâtre Les Deux Mondes.

En voici quelques échos médiatiques :


COUP DE CŒUR - WARDA, VÉRITABLE BIJOU
La plus récente pièce de Sébastien Harrisson, Warda, est un petit bijou. Fable contemporaine qui oppose la raison de la haute finance à la force de l’imaginaire, Warda nous invite à faire un voyage sur les ailes d’un tapis magique. Mise en scène soignée, belle scénographie, interprétation savoureuse dans un texte flirtant avec le fantastique. Inspiré par Michel Foucault, Sébastien Harrisson nous démontre que le plus beau dans l’esprit humain ne peut se vendre ni s’acheter.
MARIO CLOUTIER - La Presse 

Mise en scène avec simplicité et précision par le Belge Michael Delaunoy, la coproduction évite en gros les écueils parfois associés à ces spectacles hybrides, comme une distribution à plusieurs vitesses. La sienne  - qui a nourri dès le départ la création - est solide.
MARIE LABRECQUE - Le Devoir

Warda c’est surtout un beau jeu d’acteurs qui rivalisent de talent, où chaque comédien s’exprime dans sa langue d’origine, ce qui donne lieu à des échanges fort cocasses. [...] Warda, c’est l’ouverture sur le monde à la fois sous sa forme la plus simple et aussi la plus grandiose.
TAN BÉLANGER - ARP.Média

Warda est aussi une pièce sur l’intelligence [...]. C’est la nette revendication que Delaunoy, par l’entremise de Harrisson, lance aux spectateurs dans une pièce minimaliste, magnifiquement chorégraphiée et prise d’assaut par une troupe de comédiens amoureux de leur engagement.
ÉLIE CASTIEL - Séquences - La revue de Cinéma

Ce conte moderne est habilement tissé, brillamment écrit, de manière à ce que la structure de la pièce et ses ancrages nous ramènent au tapis persan, élément déclencheur de Warda. Tapis dont le vendeur (Salim Talbi) dit, en le comparant à un jardin, qu’on peut s’y promener, qu’on peut s’y perdre. C’est l’effet de la pièce elle-même, et c’est admirable!
CAROLANE DESMARTEAUX - Pieuvre.ca

Le principal atout de l'interprétation de ce texte est l'accent ou plutôt les accents: anglophone, québécois, français et belge. Quel plaisir… Un pur enchantement! Grande performance de Mieke Verdin, car, même si je ne parle pas un traite mot de néerlandais, je comprenais ce qu'elle voulait dire juste avec son jeu. Rien qu'à se laisser bercer par les sonorités, nous avons l'impression de voyager.
VALÉRIE GARRIGUE - Dario Bivona Blog

Warda une exploration des identités et de la porosité des frontières culturelles, géographiques et sexuelles. Une réflexion sur notre époque, libre et complexe, avec un clin d’oeil à Michel Foucault. À voir et à vivre.
ALAIN CLAVET - Boom liberté
 

WARDA

Sébastien Harrisson / Michael Delaunoy

16.01 > 03.02

Théâtre Prospero
1371, rue Ontario Est,
Montréal (Québec) H2L 1S2
theatreprospero.com

. . . . . . . .

Avec Violette Chauveau, Hubert Lemire, Salim Talbi, Victoria Diamond, Mieke Verdin.

Texte Sébastien Harrisson Mise en scène Michael Delaunoy Assistanat mise en scène Lénaïc Brulé Scénographie et costumes Gabriel Tsampalieros Conception lumière Laurent Kaye Conception sonore Éric Ronsse, Nicolas Stroïnovsky Conception maquillage et coiffure Serge Bellot et Sylvie Rolland-Provost Coaching pour les accents François Grisé Direction de production Marjorie Bélanger Direction technique Slim Dakhlaoui Régie Slim Dakhlaoui et Marjorie Bélanger Collaborations Leïlah Dufour, Cybèle Perruques Inc. Assistanat décor et accessoires Claudine Perron Confection de costumes Hélène Honhon Construction du décor Atelier Morel Leroux Relations de presse Karine Cousineau Communications.

Une production de la compagnie de théâtre Les Deux Mondes (Montréal) en coproduction avec le Rideau de Bruxelles. Avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des Arts du Canada, du Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec et de Wallonie-Bruxelles International.

Commentaire de Deashelle le 29 avril 2016 à 19:01
Commentaire de Deashelle le 28 avril 2016 à 23:18
Commentaire de Deashelle le 28 avril 2016 à 21:20
Commentaire de Deashelle le 26 avril 2016 à 14:26

Vous pouvez lire ce qu'en dit la presse,

en entendre parler à la radio,

en voir un extrait vidéo,

mais vous pouvez aussi rejoindre chaque soir le Rideau pour découvrir le spectacle !

  

WARDA 

VOIR un extrait du spectacle
© Gilles-Ivan Frankignoul et Julien Bechara.

ÉCOUTER Michael Delaunoy et Sébastien Harrisson
© François Caudron - Musiq'3 - RTBF

ÉCOUTER Sébastien Harrisson à 8'44''
© 
Nicole Debare - La Première - RTBF

LA PRESSE EN PARLE...
Cette pièce nous envoûte par son jeu et son atmosphère à la lisière du fantastique. On reste subjugué par le jeu des comédiens, dont les nuances n’ont rien à envier aux plus beaux tapis d’Orient. *** LE SOIR

Taillée à la mesure d'acteurs brillants et subtilement complémentaires, la création de Sé-bastien Harrisson et Michael Delaunoy réussit un feuilleté métaphorique de regards et d'identités, de récits, d'atmosphères et de mystère. *** LA LIBRE BELGIQUE

Voyage étrange et plein d'humour qui nous parle de nous, aujourd'hui, Warda est un conte plus que salutaire. *** MOUSTIQUE

Une distribution qui ne lâche jamais le fil de l’intrigue. MÉTRO

LES SPECTATEURS AUSSI... 
Magnifique pièce, brillamment portée par des comédiens magistraux. J’ai beaucoup ri et beaucoup rêvé. cacaouette9

Superbe ! Décor et jeux de lumières tout en finesse, récit captivant, comédien(ne)s de talent.strella

Mon impatience fut plus que satisfaite, 3 langues, passer de l’une à l’autre est un régal si les transitions sont harmonieuses en suivant une certaine logique comme ici, comme en musique.Caroline Pumpkin

LIRE d'autres avis © DEMANDEZ LE PROGRAMME

 

 
RÉSERVATION EN LIGNE 
02 737 16 01 | RIDEAUDEBRUXELLES.BE
Commentaire de Deashelle le 26 avril 2016 à 14:24


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 26 avril 2016 à 14:15

La jeune fille a tout compris de la philosophie

Commentaire de Deashelle le 23 avril 2016 à 0:47

Commentaire de Deashelle le 23 avril 2016 à 0:47

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation