Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Adrien Grimmeau, historien de l’art et spécialiste de la sculpture (il travaille sur la sculpture belge et sur l’art urbain) nous autorise à reproduire son important et intéressant document intitulé " Honorer Charles De Coster" qu’il fit paraître sur le site « Mémoires » en son temps.

Le 7 mai 1879, Charles De Coster mourait à Ixelles dans l’anonymat. Douze ans plus tôt, il avait publié la première version de son chef d’œuvre, La légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandres et ailleurs. Paisible professeur de français à l’école de guerre, il avait consacré sa vie à ce qui serait l’épopée du peuple belge. Hélas, il n’obtint pas le succès escompté, et ne fut reconnu que des écrivains. A sa mort, Camille Lemonnier prononça un discours élogieux devant un maigre public. Le même jour, il monta un comité chargé de défendre l’œuvre de De Coster, mission qu’il ne pourra mener à bien[1]. Charles Samuel[2] a alors 17 ans. Il vient d’entrer à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Sculpteur prometteur, il a déjà gagné plusieurs prix quand, en 1888, Amédée Lynen[3], son colocataire, lui présente avec enthousiasme La Légende d’Ulenspiegel, qu’ils lisent entre deux heures de travail[4]. Ne sachant qu’envoyer au Salon de Bruxelles pour 1890, Samuel se fait conseiller par Lynen l’idée d’un hommage à De Coster. L’envoi impressionne le jury du Salon et les autorités, qui semblent convenir qu’il faudrait concrétiser l’oeuvre. Le 26 octobre 1891, Samuel soumet son projet à l’administration communale d’Ixelles[5]. Pourtant, l’idée ne sera pas suivie immédiatement.

En 1892, la tombe de De Coster est menacée de réemploi. La presse relaie les cris d’alarme des littérateurs belges[6], et voilà l’opinion sensibilisée à son patrimoine méconnu. Des amis déplacent le corps, on s’apprête à republier La Légende : le groupe de défenseurs de l’écrivain reprend courage. Parallèlement, le projet de monument de Samuel continue de faire parler de lui. Il circule d’exposition en exposition où il amasse de prestigieuses récompenses[7]. On en parle de plus en plus comme du projet d’un monument qui sera érigé à Ixelles[8].

C’est en janvier 1893 que tout s’active. Le gouvernement publie le 3 janvier une dépêche spécifiant que le projet est accepté, et qu’il interviendra pour moitié (soit 9000 francs) dans les frais de construction[9]. Le 13 janvier, Samuel, venant d’apprendre la nouvelle, envoie une lettre à la sœur de l’écrivain. "Voilà donc nos efforts couronnés de succès ; j’en suis profondément heureux et vais bientôt me mettre au travail ; la passion et l’admiration que j’ai pour Charles De Coster contribueront, j’en suis convaincu, à me faire produire une œuvre digne de sa mémoire. Je compte bien que vous viendrez de temps en temps en suivre les progrès".[10] Le contrat indique les dimensions : 5m de haut, 4m de large[11]. En profondeur, le socle mesurera 1,7m.

Fin 1893, le groupe central est envoyé à la fonte après quelques jours d’exposition dans les ateliers du sculpteur, où il fait excellente impression[12]. Après les dernières modifications, le monument est finalement inauguré le 22 juillet 1894 sous un soleil de circonstance, 15 ans après la mort de Charles De Coster. Beaucoup de monde est présent, des grands noms de la culture aux gens du peuple. Le comité organisateur, aux noms prestigieux (Lemonnier, Dillens, Maeterlinck, Mellery, Meunier, Verhaeren, Rops, …) décide qu’il ne sera prononcé qu’un seul discours de littérateur : celui de Camille Lemonnier, qui s’était investi dès le début dans la mission de reconnaissance de l’écrivain. Son allocution[13], élogieuse au possible, sur celui qu’il considère comme le père de la littérature nationale, est précédée d’une autre, plus brève, du bourgmestre, et suivie de chansons d’enfants adaptées de l’œuvre de De Coster. La journée, poursuivie par une garden-party chez la mère du sculpteur, se termine par une réception du bourgmestre[14].

Le lendemain, Caroline De Coster écrit son bonheur à une amie : "Jamais je n’ai été si doucement heureuse, (…) il y avait tant de monde que je croyais rêver… Et de fait je rêvais, jamais je n’aurais osé désirer une telle fête. (…) Elle était toute d’élan et d’enthousiasme, on avait l’âme heureuse comme si l’on avait retrouvé un ami mort".[15] Pus loin, elle indique que "Samuel doit venir se reposer chez nous quelques jours, il est surmené, le pauvre garçon a dû connaître bien des [difficultés], il a fait une belle œuvre…" La sœur de De Coster a beaucoup d’estime pour le sculpteur. Elle est la seule : dans son discours, Lemonnier ne le cite pas une fois. Les journaux relatant la cérémonie le citent eux aussi très peu. On préfère réparer l’oubli du nom de De Coster. De fait, l’inauguration fait beaucoup parler du défunt : L’art moderne consacre trois couvertures d’affilée au sujet, fait exceptionnel pour ce genre d’occasions[16]. C’est que la journée est fortement symbolique. Une nouvelle génération d’écrivains revendique l’existence d’une littérature belge indépendante, dont De Coster est un étendard rêvé. L’Etat suit le mouvement car aucune statue encore n’aurait été dressée en Belgique en l’honneur d’un écrivain francophone[17], et La Légende est un exemple des valeurs nationales. Quant à la commune d’Ixelles, elle est fière de montrer que cet écrivain dont on parle tant vient de ses quartiers.

Le monument

Charles Samuel a choisi pour son monument une forme de l’architecture mortuaire, celle de l’édicule funéraire, qu’il a considérablement agrandi. Son trait de génie est d’avoir relégué la référence à l’écrivain au second plan, pour représenter le couple fictif, Thyl et Nele. Cette idée de statue à l’œuvre d’un romancier plutôt qu’à l’homme lui-même, Charles Van der Stappen l’avait déjà concrétisée dans La Mort d’Ompdrailles en 1892. Notons que le sculpteur travaillait au projet depuis 1883[18], c’est-à-dire exactement dans la période où Samuel l’eut comme professeur à l’Académie de Bruxelles (1883-1888). On peut dès lors supposer que l’influence du maître s’est ressentie dans l’idée de l’élève.

Thyl et Nele sont assis sur le rebord de la niche. Eux et leurs accessoires constituent la partie en bronze de l’ensemble, coulée chez J. Petermann fondeur, Bruxelles. Derrière eux, un médaillon en marbre de l’écrivain, entouré de son nom et de ses dates de vie et mort (1827-1879), est accolé à la paroi, encadré de palmes et de rubans. Tout le reste est en pierre bleue. La niche est délimitée par deux colonnes engagées et un arc en plein-cintre, surmontés d’un entablement portant une citation du dernier paragraphe du livre : "… Est-ce qu’on enterre Ulenspiegel l’esprit, Nele, le cœur de la mère Flandre…". L’entablement est lui-même encadré de deux mascarons présentant Lamme (à gauche) et Katheline (à droite), personnages secondaires de l’épopée. L’ensemble est couronné d’un fronton à corniche courbe présentant des bébés joufflus dont deux, au centre, tiennent un miroir dans lequel se mire un hibou, les deux symboles d’Ulenspiegel, "qui n’est ainsi nommé que parce que son nom veut dire hibou et miroir, sagesse et comédie, Uyl en Spiegel"[19]. De part et d’autre de la niche, deux arrière-corps avec ailerons présentent, à gauche, un chat se réchauffant contre une marmite, et à droite, un chien dormant sous un rouet. Ces deux pendants représentent la chaleur et la douceur du foyer flamand. Sur le soubassement, derrière les pieds de Nele et Thyl, un léger bas-relief effacé par le temps présente la ville de "Damme en Flandre" et son beffroi. En bas à droite, les noms de Samuel et de Vestel, avec la date de 1894. Entre le projet de 1890 et le monument définitif de 1894, on observe de nombreux changements. Il est difficile de déterminer à quel stade l’architecte, Franz de Vestel, est intervenu dans l’élaboration, mais c’est probablement grâce à la nouvelle vision née de la parfaite collaboration des deux hommes que le projet s’est épuré. Franz de Vestel ne réalisa que peu d’œuvres dans sa carrière[20]. Il conçut principalement des maisons bourgeoises, où se lit son admiration des formes de la renaissance flamande. Cette influence est ici aussi déterminante, et convient parfaitement au sujet. Il a néanmoins réussi à épurer le côté expansif flamand dans une réalisation juste, où architecture et sculpture se confondent en une harmonie rare.

Au départ, le monument se présentait comme un résumé des œuvres de De Coster. La Légende d’Ulenspiegel était bien sûr la clé de l’édifice, mais le soubassement présentait, en plus de Damme, les autres écrits de De Coster, organisés chaque fois autour d’une banderole portant leur titre. Les symboles de La Légende, hormis le couple central, se trouvaient relégués à des détails : le hibou et le miroir laissaient place à une inscription "Charles De Coster" tenue par les amours, et se retrouvaient, pour le hibou, dédoublé aux bords de l’entablement, et pour le miroir, dédoublé de part et d’autre du plein-cintre. Lamme et Katheline étaient ramenés aux bas-côtés, et l’inscription de l’entablement se trouvait, réduite, en dessous de la figuration de Damme, pour céder sa place à un entrelacs de roses et de ruban. L’architecture elle-même était moins heureuse : des piliers préfiguraient les colonnes, tandis que la niche centrale prenait la forme d’un cul de four, écrasant Thyl et Nele, déjà plus petits que dans la version finale. Les arrière-corps n’étaient pas encore développés, mis à part les deux groupes du chien et du chat, qui, dans ce contexte, symbolisent Les légendes flamandes, alors que dans le contexte du monument définitif, ils plantent simplement le décor des aventures d’Ulenspiegel.

L’ensemble actuel est donc un hommage à De Coster au travers de son œuvre principale, celle que Samuel et Lynen aimaient tant lire dans leur atelier. Et Samuel témoigne d’une compréhension très fine du roman. Plusieurs détails discrets enrichissent le monument pour ceux qui ont lu l’œuvre. Ainsi, une observation attentive permet de remarquer que les deux chapiteaux composites coiffant les colonnes sont différents. En fait, ils symbolisent chacun le personnage représenté au dessus d’eux. A gauche, la lecture est facile : Lamme, le meilleur ami de Thyl, et grand amateur de ripailles, est représenté par une chope de bière se déversant généreusement. Le lien avec la colonne est rendu pas quelques fruits. Pour Katheline, la lecture est moins évidente. Il s’agit probablement de flammes. La mère de Nele passe en effet pour une sorcière, amoureuse du diable et devenue folle après l’épreuve du feu – la folie se lit très bien dans son visage. Le lien avec la colonne présente une menotte et des chaînes, signes de l’emprisonnement de son esprit. Katheline n’est pas le personnage secondaire le plus important de l’épopée : on aurait pu lui préférer le père de Thyl. Si Samuel l’a choisie, c’est pour former un double chiasme avec le groupe central : Thyl, personnage masculin, à droite, en parallèle avec son ami à gauche, et Nele, personnage féminin, à gauche, en parallèle avec sa mère à droite. Le chiasme porte donc sur les relations entre les personnages, et sur leur sexe. Autre détail qui a son importance : les putti, de six dans l’ébauche, deviennent sept dans le monument. Sept est le chiffre symbolique récurrent de La Légende : Thyl doit combattre les sept péchés capitaux pour donner à la Flandre les sept vertus[21]. Ils symbolisent donc, au delà de la prospérité de la Flandre comme on l’a souvent dit, les vertus à venir.

Le couple central est particulièrement bien rendu. Moins chétif que dans le projet, Thyl est présenté en homme mûr perdu dans un moment de mélancolie, son épée posée à côté de lui sur l’écusson flamand. Sur son torse, les cendres de son père assassiné. Nele le réconforte affectueusement. Elle porte le vêtement traditionnel zélandais, que Neel Doff, future écrivaine qui posa pour la sculpture dans sa jeunesse[22], avait déjà remarqué : "J’aurais voulu être paysanne zélandaise pour pouvoir m’habiller ainsi ; même l’amoncellement de jupes, qui les faisait rondes comme des cloches, me plut".[23]. La scène, plus rêveuse qu’héroïque, est proche d’un passage de La Légende :

- Tu es triste? disait-elle.
- Oui, disait-il.
- Pourquoi? Demandait-elle.
- Je ne le sais, disait-il, mais ces pommiers et ces cerisiers tout en fleurs, cet air tiède et comme chargé du feu de la foudre, ces pâquerettes s’ouvrant rougissantes sur les prés, l’aubépine, là, près de nous, dans les haies, toute blanche… Qui me dira pourquoi je me sens troublé et toujours prêt à mourir ou dormir ? (…) Mais elle ne parlait point, et d’aise souriant regardait Ulenspiegel[24].

Cet amour de la nature correspond bien à la position du monument aux abords des étangs d’Ixelles, à l’emplacement du banc où s’asseyait régulièrement De Coster. Cependant, il n’est pas tourné vers l’eau, mais vers l’agitation populaire de la place Flagey. Pour accentuer cette cassure, Samuel tenait à l’implantation de végétation en hémicycle derrière le monument[25]. Ce dispositif n’est plus présent aujourd’hui, ce qui sert le monument : celui-ci marque une transition vers l’espace de quiétude que constituent les étangs, et semble appartenir déjà à ce calme.

Réception

Le monument est très bien accueilli. Mais comme celui de Charles De Coster, pas de Charles Samuel. On convient de sa beauté, mais pas toujours au bénéfice du sculpteur : Michel de Ghelderode, décrivant l’œuvre, écrit "Ce Tyl qui se repose près de son amie, c’est signé Samuel et c’est visiblement d’un autre. Je ne trouve que Julien Dillens pour avoir modelé cela… Aucune importance : l’œuvre est belle, De Coster est honoré…"[26]. Certains commettent même la faute et attribuent le projet de monument à Dillens[27]. C’est que, de la carrière de Samuel, c’est probablement la pièce la plus intéressante : une œuvre de jeunesse, sensible, passionnée et intelligente. Par la suite, le sculpteur ne sera plus si inspiré, et se perdra souvent dans sa volonté formaliste qui lui faisait dire : "Il ne sied pas de torturer sa forme pour y mettre des idées. Les idées doivent naître en admirant une forme exacte. C’est encore grâce à celle-ci qu’on peut exprimer les plus clairs symboles".[28] Ses œuvres perdront en émotion ce qu’elles gagnent en grandeur, en monumentalité. A Bruxelles, en témoignent parmi d’autres le Monument aux élèves du navire-école De Smet de Nayer (1912), les six statues de la Maison Balzer (1913), ou La Brabançonne (1930). Samuel réalisera de nombreux monuments ; on le traitera même de "tâcheron de la commande publique"[29]. Comme c’est le cas à l’époque pour les œuvres populaires, il existe plusieurs sculptures dérivées du monument De Coster. On peut en distinguer deux types. Tout d’abord, Charles Samuel a isolé le buste de Nele. Celui-ci existe en différentes matières : des exemplaires en plâtre (Musée communal d’Ixelles), bronze (Musée communal d’Ixelles), terre-cuite, ivoire et marbre sont attestés. La deuxième production dérivée est la réduction en bronze de la partie en bronze du monument. Thyl et Nele sont assis sur un piédestal de marbre vert délimité sur les côtés par deux volutes, et dans leur dos par une corniche courbe rappelant le fronton original. Sur ce socle est reprise la phrase de l’entablement réel. Le couple présente de légères différences par rapport à son modèle – notamment, l’embout de l’épée de Thyl n’est pas décoré dans la réduction, et le ceinturon de celle-ci suit un trajet plus simple. On connaît deux exemplaires de cette version, marqués Société nationale des bronzes, St Gilles Bruxelles, ce qui ramènerait leur date d’exécution à après 1902, année de changement de nom de l’entreprise Petermann[30]. L’un fut exposé en 1940 au Salon de Printemps à Bruxelles[31] avant d’être donné au musée de Bruxelles. Le second comporte l’inscription "A monsieur Louis Blyckaerts, échevin, 1903-1928, la commune d’Ixelles reconnaissante" ; son socle s’est vu greffer un emmarchement de pierre noire, et les deux volutes latérales sont de la même matière. Il semblerait que la Compagnie des bronzes ait elle aussi produit ce genre de pièce[32], mais aucune n’a été trouvée. Parallèlement à cette sculpture dérivée, on peut classer l’Ulenspiegel et Nele en ivoire pour l’exposition de Tervueren en 1897, dont le socle en marbre forme un muret inscrit toujours de la même phrase. Le couple y est plus proche de l’original. Dernière citation du monument : en 1914, La Légende est rééditée en version de grand luxe illustrée par Lynen. Le premier plat de couverture est orné d’un bas-relief en veau reprenant le couple de Samuel.

Toutes ces reproductions témoignent de l’importance du monument qui, s’il marqua les esprits en 1894 pour l’oubli qu’il réparait, ne fut un succès que grâce à la passion que Samuel y plaça. Cette œuvre est une réussite que le temps n’a pas oubliée, et il est agréable de constater aujourd’hui qu’elle est encore admirée non pour Charles De Coster ni pour Charles Samuel, mais bien pour la belle quiétude qui s’en dégage, ce qui est tout à l’honneur de Samuel et de Vestel.

Adrien Grimmeau, Historien de l’art et spécialiste de la sculpture

[1] HANSE, Joseph, Charles de Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1990, p.41.
[2] Concernant le sculpteur Charles Samuel (1862-1938), voir OGONOWSKY, J., « Samuel, Charles », in La sculpture belge au 19è siècle, Bruxelles, Générale de banque, 1990, v.2, pp.550-3.
[3] Amédée Lynen (1852-1938) fut illustrateur. Membre fondateur de l’Essor, il consacrera dix années aux illustrations de La légende.
[4] SAMUEL, Mme Charles, « Un grand sculpteur Charles Samuel », in Psyché, juin 1928, sp.
[5] Bulletin communal d’Ixelles, séance du 13 juin 1893, p.296.
[6] EEKHOUD, Georges, « Charles De Coster », in L’art moderne, 19 juin 1892, pp.193-5.
[7] Exposée à l’Essor (1891), à l’inauguration du musée d’Ixelles (1892), l’œuvre sera plus tard médaillée d’or à Anvers (1894), Dresde (1897), Paris (1900), Munich (1901), Saint-Louis (1904).
[8] « L’exposition d’Ixelles », in L’art moderne, 26 juin 1892, p.205.
[9] Bulletin communal d’Ixelles, op.cit.
[10] Lettre de Charles Samuel à Caroline De Coster, 13-1-1893, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, ML 3719.
[11] Bulletin communal d’Ixelles, op.cit.
[12] « Le monument De Coster », in L’art moderne, 24 décembre 1893, p.413.
[13] LEMONNIER, Camille, in Inauguration du monument élevé par l’administration communale d’Ixelles à Charles De Coster le 22 juillet 1894, Bruxelles, Paul Lacomblez, 1894, pp.9-20.
[14] « A travers la ville », in Le petit Bleu du matin, 23 et 24 juillet 1894, p.1.
[15] Lettre de Caroline De Coster à une amie, [23 juillet 1894], Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, ML 3710.
[16] L’art moderne, 15 juillet 1894 pp.220-1 ; 22 juillet pp.227-30 ; 29 juillet pp.235-7.
[17] « Un monument mérité », in Le Soir, 4 novembre 1892, p.1.
[18] DEROM, Patrick (dir.), Les sculptures de Bruxelles, Anvers, Pandora, 2000, p.100.
[19] DE COSTER, La Légende…, « Préface du hibou ».
[20] Franz de Vestel (1857-1932) se consacra à la défense professionnelle et à l’enseignement. Il fut président de la Fédération des Sociétés d’Architectes de Belgique, directeur de la revue L’émulation, professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, et succéda à Victor Horta à la chaire d’architecture de l’ULB.
[21] HANSE, Joseph, op.cit., p.134-5.
[22] WILWERTH, Evelyne, Neel Doff, [Belgique], Bernard Gilson – Pré aux sources, 1992, p.61.
[23] DOFF, Neel, Jours de famine et de détresse, Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1911, p.210.
[24] DE COSTER, op.cit., chapitre 31.
[25] « Le monument De Coster », in L’art moderne, 24 décembre 1893, p.413.
[26] DE GHELDERODE, Michel, Mes statues, [Bruxelles], Ed. du carrefour, 1943, p.55.
[27] L’illustration européenne, 1er avril 1891, p.437.
[28] PIERRON, Sander, Douze effigies d’artistes, Bruxelles, Xavier Havermans, 1910, p.36.
[29] STIENNON, Jacques, DUCHESNE, Jean-patrick, RANDAXHE, Yves e.a., L’architecture, la sculpture et l’art des jardins à Bruxelles et en Wallonie, Bruxelles, la Renaissance du livre, 1995, p.239.
[30] DUPONT, Pierre-Paul, HUBERTY, Colette, « Les fonderies de bronze », in VAN LENNEP, Jacques (dir.), La sculpture belge au 19è siècle, vol.1, Bruxelles, Générale de Banque, 1990, p.255.
[31] Salon de Printemps, Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 1940, n°29.
[32] Lettre de Charles Samuel, 21 février 1935, Bruxelles, archives de la Compagnie des bronzes (AGR), inv.2657 (I 272).

Vues : 723

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Michelle Decoster le 10 mai 2013 à 16:52

Merci Monsieur Paul Robert d'avoir déposé une rose auprès de Thyl et Nele , en ce 7 mai, alors que les fleurs d'aubépines ne sont pas encore écloses à Damme...

Cordialement Decoster,

Michelle 

Commentaire de Notte Marcelle le 9 mai 2013 à 11:28

tout est nouveau pour moi je ne connaissais pas et merci à Samuel pour avoir eu le courage de faire vivre Charles De Coster pour l'éternité car chaque personne qui passera devant le monument, la sculpture y pensera - étonnant qu'il n'y a eu à l'époque plus de remerciements pour saluer le courage de Samuel et surtout sa persévérance

enfin "comme toujours"

bonne journée et encore merci    

Commentaire de Renée Fuks le 6 mai 2013 à 11:17

Quel beau texte, quel article fouillé, quel magnifique hommage à Charles De Coster, merci à Robert Paul!

Commentaire de Anne FRANQUET le 5 mai 2013 à 23:45

Merci pour toutes ses informations !! Je ne connaissais pas !! Merci.

Anne

Commentaire de Barbara Y. Flamand le 5 mai 2013 à 23:18

J'éprouve un vif plaisir pour ce respect admiratif voué à Charles De Coster. Je le partage chaleureusement.

Commentaire de Deashelle le 5 mai 2013 à 23:17

article du père d'une de mes condisciples au Lycée Emile Jacqmain  a écrit: 

CHARLES DE COSTER (1827-1879)

Parrainé par son ami Potvin, Charles De Coster fut initié le 7 janvier 1858 à la loge "Les Vrais Amis de l'Union et du Progrès réunis", à l'Orient de Bruxelles, sous le Vénéralat d'André Fontainas. Il est sans conteste le plus grand écrivain de langue française que la Franc-Maçonnerie belge ait accueilli. Mais son appartenance maçonnique ne le mettait pas à l'abri des fatalités qui le vouaient au malheur : sa nature chimérique et l'incompréhension de ses contemporains, une grande passion amoureuse dont il lui fallut se détacher, le tourment d'une oeuvre littéraire exigeante devenue son unique raison de vivre au milieu des ennuis pécuniaires et les démarches pour trouver de l'argent sous la forme d'emprunts, d'acomptes d'éditeurs, de subsides ou d'une sinécure problématique. Son existence mouvementée et pathétique a été admirablement retracée par Raymond Trousson dans Charles De Coster ou La vie est un songe (1990).

Il naquit le 20 août 1827 à Munich, où son père et sa mère, venus de Bruxelles, étaient depuis quatre mois maître d'hôtel et lingère auprès de Charles Mercy d'Argenteau (1787-1879), archevêque de Tyr in partibus infidelium et nonce apostolique en Bavière. Il fut tenu sur les fonts baptismaux par Monseigneur lui-même et par la marquise Henriette de La Tour du Pin, la soeur de Cécile qui avait été la fiancée de Charles d'Argenteau et dont la mort, en 1817, aurait été la cause de son entrée en religion. Cette faveur de l'archevêque, flatteuse pour les parents de Charles, mais nullement insolite dans les relations des aristocrates d'alors avec leur domesticité, enflamma l'imagination des biographes qui passèrent de l'hypothèse à la certitude : l'écrivain était assurément un rejeton du prélat! "Dût le romanesque en souffrir, il faut faire table rase de ces fariboles", dit Raymond Trousson, qui parle toujours en parfaite connaissance de cause.
   Mais une parenté philosophique, indiscutable celle-là, s'établit, certain jour, entre le parrain et le filleul. Charles d'Argenteau qui, rallié à l'Empire, participa aux campagnes d'Espagne, de Portugal, de Russie, d'Allemagne et, en 1813, reçut sur le champ de bataille de Henau la légion d'honneur des mains de Napoléon, avait été initié en 1809 à la loge "La Parfaite Égalité" et était entré au chapitre de cette loge en 1811. Le Frère Georges de Froidcourt a entendu dire que le Frère d'Argenteau, fixé à Liège à partir de 1837, ne manquait jamais de saluer maçonniquement un Frère qu'il apercevait dans la cathédrale lorsqu'il y circulait, mitre en tête et crosse en main. Initié à son tour, en 1858, Charles De Coster fit dès lors partie de la famille fraternelle à laquelle le prêtre restait fidèle.
   Augustin De Coster étant mort à Ypres le 25 juin 1834, Anne-Marie, sa veuve, dut assumer avec l'aide de sa soeur Marie-Charlotte l'éducation de ses deux enfants, Charles, âgé alors de sept ans, et Caroline, née le 26 avril 1831, peu après le retour de Munich. Pour nouer les deux bouts et, si possible, mettre de côté quelques sous, la mère de Charles comme lingère à domicile et la tante comme lavandière travaillaient dur, en femmes du peuple rêvant de conduire leur progéniture vers une condition sociale meilleure. Cette ambition valut à Charles d'être inscrit au Collège Saint-Michel d'où il sortit en 1844 avec le diplôme des humanités gréco-latines et la certitude de décrocher un emploi à col blanc.
   Engagé dès octobre à la Société Générale, peut-être sur la recommandation de la baronne d'Hoogvorst, soeur de Charles d'Argenteau, il y vivait des journées languissantes. Heureusement, une autre société mit du baume sur son mal-être, la Société des Joyeux qu'il fonda avec quelques amis en septembre 1847 et qui réunissait, dans une ambiance bohème favorable aux intermèdes bouffons ou bachiques, des jeunes gens d'origines diverses, épris de littérature et d'art, tous oubliés depuis longtemps, à l'exception de Félicien Rops, d'Émile Leclercq et de Charles De Coster. Celui-ci, membre très actif, présenta au cercle ses premiers essais, vers et prose de valeur inégale, ébauches incertaines des oeuvres futures. À la séance du 15 novembre 1848 assista Eugène Defacqz, Grand Maître du Grand Orient, professeur à l'Université libre de Bruxelles et figure de proue du parti libéral qui s'était constitué en 1846. En l'honneur de ce visiteur de marque, les Joyeux, ce soir-là, se mirent en frais. Charles De Coster obtint un vif succès avec son poème Quelques chiens, d'inspiration sociale et de ton hugolien. En sortant, Defacqz lui dit : «Eh bien, continuez ainsi, vous ferez votre chemin.» Cette parole le hanta, finit par le décider à quitter la banque. Ayant apaisé l'inquiétude de sa mère, il démissionna le 23 novembre 1850 et en décembre s'inscrivit à l'Université libre de Bruxelles dans l'espoir d'acquérir le titre de docteur en droit.
   Les matières à ingurgiter et la discipline intellectuelle qu'elles imposent ne tardèrent pas à l'effrayer. Fallait-il vraiment passer par là pour devenir quelqu'un? Le "Trou", l'estaminet de la rue des Sols, cher aux escholiers, lui parut sans doute plus attrayant que le vétuste palais Granvelle. Il prit la mauvaise habitude de sécher les cours qui l'ennuyaient. Mais il ne ratait pas ceux que donnaient Altmeyer et Van Bemmel, les deux professeurs qu'il admirait et qu'il n'était pas le seul à admirer.
   Jean-Jacques Altmeyer (1804-1877), d'origine luxembourgeoise, historien particulièrement attaché au XVIe siècle, très radical en politique, ami de Proudhon et Franc-Maçon, enthousiasmait les étudiants par son éloquence volcanique. Camille Lemonnier, qui le connut en tant qu'étudiant une dizaine d'années plus tard, l'a évoqué dans Une vie d'écrivain :

On allait au cours d'Altmeyer comme à une kermesse. Ses harangues étaient des carnages hilares et burlesques où, dans un hachis d'éloquence borrusque, il immolait le genre humain à ses principes. Un jour, le "Trou" lui offrit un «schnaps» d'honneur; j'entends toujours sa voix aigre et graillonneuse rééditer son mot fameux : «Les rois, c'est des morpions confits dans l'urine!» Il avait une manière à lui de comprendre l'histoire : «Messieurs, disait-il, la maison de Bourgogne, je l'appelle un b… à cent sous.» Il était cinglant, bourru et péjoratif. On lui fit la conduite jusqu'à la Montagne-de-la-Cour. Il marchait comme le dieu Thor, brandissant un parapluie qui ressemblait à une massue; la tête aux étoiles, deux pointes de col à pic lui hersaient les joues, et ses yeux étaient ceux d'un coq en colère…

Eugène Van Bemmel (1824-1880), délicat, prudent, distingué, qui enseignait la littérature française et qui publierait en 1875 un touchant roman d'amour, Dom Placide, contrastait avec Altmeyer, du moins en apparence, car idéologiquement il était du même bord. Son aîné de trois ans seulement, il se lia d'amitié avec Charles De Coster, l'attira au cercle littéraire du Lothoclo, puis à la Revue nouvelle (1851-1852), ensuite à la Revue trimestrielle.
   Pour accéder à la candidature en philosophie, Charles avait dû, en vertu d'une loi de 1849, s'inscrire aux Cours préparatoires, sorte de propédeutique comprenant des matières de l'enseignement secondaire. L'après-midi du 16 juin 1851, il peinait sur une version grecque quand apparut à ses yeux Élisa, venue voir sa soeur Caroline. Apparition fugitive et laconique, coup de foudre! Ce qu'il ressentit alors et les semaines suivantes, il l'a raconté sous la forme d'une fiction, "Silhouette d'amoureux", publiée dans laRevue nouvelle du 15 octobre et du 1er décembre 1851. Grâce aux recherches du Frère Camille Huysmans, nous connaissons, depuis 1927, l'identité de la mystérieuse Élisa à qui Charles écrivit, entre 1852 et 1858, 433 lettres dont Potvin retint 150 en annexe de sa biographie de De Coster (1894), un choix que Raymond Trousson, en 1994, reprit et compléta (en tout 164 lettres), à la lumière d'informations que Potvin ne possédait pas. Elle s'appelait Élisa Spruyt, née le 17 mars 1832. Fille d'un greffier du Tribunal de commerce, elle appartenait à une famille de notaires et de magistrats, elle vivait dans l'aisance, avait une femme de chambre. Entre elle et Charles, issu du peuple, sans situation, étudiant tardif, une barrière sociale se dressait, infranchissable. Leur relation demeura clandestine, également réprouvée par Mme De Coster et par l'entourage de la jeune fille. Les préjugés de l'époque ne constituaient pas le seul obstacle à leur amour. La passion de Charles, exaltée, exigeante, traversée de crises de jalousie, passait par-dessus l'entendement d'Élisa, toute gentille et aimante, mais enfermée dans son univers de conventions bourgeoises et de fanfreluches. Il avait beau s'obstiner à voir en elle la femme de ses rêves, sa Béatrice, le fossé ne cessait de s'élargir entre eux. Épuisés, ils mirent fin à leur relation en 1858. Raymond Trousson constate :

L'étonnant n'est pas la rupture, mais que l'aventure ait duré six ans. Élisa a cristallisé ses rêves et s'est effacée peu à peu quand sa rivale, la création littéraire, s'est emparée de son amant. À partir de mai 1856, les questions, les affres amoureuses, les protestations passionnées reculent devant les confidences sur le travail, les anxieuses demandes de rendez-vous se font plus rares et moins pressantes. L'oeuvre a pris possession de Charles.

Il ne revit jamais Élisa. Il ne semble pas avoir su qu'elle mourut de phtisie à Saint-Josse-ten-Noode le 11 février 1869, à l'âge de trente-sept ans. Si elle a lu La Légende d'Ulenspiegel, s'est-elle reconnue dans le personnage de Nele?
   Après de nombreux échecs, Charles De Coster avait décroché en 1855 le diplôme de candidat en philosophie et lettres. Il n'alla pas plus loin, renonçant au professorat et à la carrière d'avocat. C'était la sagesse. En 1856, il déclina la proposition de travailler en Touraine comme placier en vins, une situation que Mgr d'Argenteau, alerté par Mme De Coster, lui avait trouvée. Sa mère, sa soeur Caroline et le prélat estimèrent que ce refus n'était pas sage du tout.
   Il faut dire que, en cette année 1856, sa carrière littéraire prit un tour décisif. Le 3 février, son ami Félicien Rops lançait l'hebdomadaire Uylenspiegel, baptisé du nom d'un célèbre farceur de récits populaires. S'étant joint à l'équipe fondatrice, où il retrouva d'anciens Joyeux (Ernest Parent, Émile Leclercq, le compositeur et chansonnier Léon Jouret), il publia dans le périodique ses premières Légendes flamandes (édition complète en 1858), ébauche du style archaïsant de la Légende d'Ulenspiegel, et ses premiersContes brabançons (édition complète en 1861). Il avait trouvé sa voie, l'époque des tâtonnements était révolue.
   D'autre part, entre le 21 octobre 1860 et le 11 août 1861, il donna à Uylenspiegel une soixantaine de chroniques politiques, signées Karel, révélatrices de l'évolution de l'hebdomadaire, passé de la neutralité de ses débuts à la position radicale du libéralisme progressiste. En 1959, à l'occasion du quatre-vingtième anniversaire de la mort de l'écrivain, Camille Huysmans a publié, sous le titre Charles De Coster journaliste, quarante-quatre de ces articles politiques. On les lit encore avec un vif intérêt. De Coster condamne la mainmise de l'Autriche sur la Hongrie et l'Italie, il compatit à la détresse de la Pologne démembrée, il dénonce la France et l'Angleterre qui pillent la Chine au nom de la civilisation, il chante le los de Garibaldi, héros intègre de l'unification ita-lienne, et, comme tous ses compatriotes, il redoute les desseins de Napoléon III qui vient d'annexer Nice et la Savoie et qui convoite la Belgique. Comme chez Potvin, sa gallophobie a pour cause le régime dictatorial de Badinguet, fossoyeur de toutes les libertés. Son antidespotisme n'a d'égal que son anticléricalisme. Il s'en prend violemment au pape, "dernier débris du moyen âge", "gardien de toutes les chaînes", et à l'Espagne inquisitoriale qui a "procédé de son mieux à l'anéantissement des Mores, au pillage des Indes et au rôtissement des hérétiques". On croit entendre son maître Altmeyer! Abordant d'autres questions, il réclame, au nom de la démocratie, l'instruction primaire laïque et obligatoire, la reconnaissance des revendications flamandes et les mesures qui s'imposent en faveur de la classe ouvrière.
   Un de ces articles atteint le sommet de l'anticléricalisme en rejetant "le bon Dieu de fantaisie" qui fait l'affaire des rois et des prêtres et à qui il faut substituer le diable, le bon diable, symbole du peuple et du progrès, du libre examen et de la science. C'est un morceau de bravoure, qui rappelle l'apologie de Satan par les romantiques :

Il y a eu jusqu'à présent une espèce de bon Dieu — un bon Dieu qui n'est pas le vrai, notez-le bien — un faux bon Dieu, un méchant bon Dieu, un bon Dieu qui patronna le massacre des Albigeois, qui fut représenté par la papesse Jeanne, qui institua l'inquisition d'Espagne, et protège encore maintenant l'ignorance et la servilité, ce bon Dieu-là s'en ira pour faire place au diable. Le bon diable qui fut et qui est le peuple souffrant, le diable généreux qui fit sortir la révolution de 1789 de la boîte de diamant qui gît au fond des enfers, le diable vainqueur qui battit, à Waterloo, Napoléon le Grand protégé du faux bon Dieu, le diable naïf qui ne montra que son bon vouloir en 1848, le diable bien avisé qui nous donna à nous autres Belges notre glorieuse Constitution. Vive le diable!

Les Légendes flamandes ne lui avaient pas apporté la gloire et la fortune que, toujours chimérique, il escomptait. Pour de modestes honoraires, il faisait un cours d'histoire à l'Institut Rachez lorsque, en janvier 1860, il fut nommé, comme employé, auprès de la Commission royale chargée de la publication des anciennes lois et ordonnances, annexée aux Archives du Royaume. Élisa étant sortie de sa vie, il avait repris son vagabondage amoureux. Son élégance, sa voix caressante et "son joli air de cavalier à la Van Dyck" (Camille Lemonnier, dans La Vie belge) lui assuraient la faveur des femmes. On l'enviait!
   En 1867, la firme que dirigeait Albert Lacroix et Hippolyte Verboeckhoven, tous deux Maçons, édita La Légende d'Ulenspiegel, illustrée d'eaux-fortes dues à une pléiade d'artistes dont trois étaient des Frères : Félicien Rops, Adolf Dillens, Paul-Jean Clays (Louis Artan ne fut initié qu'en 1872, aux "Amis Philanthropes"). En 1869 parut une réédition sous le titre que l'ouvrage a conservé : La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d'Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandres et ailleurs. Comptant 32 eaux-fortes au lieu de 15, cette prétendue seconde édition devait servir, en vérité, à écouler les invendus de la première.
   C'est entre 1858 et 1867 que De Coster rédigea l'essentiel de la Légende, l'aboutissement de dix années d'efforts et de doutes. Pour ce qui est de la conception initiale, il faut supposer qu'elle est antérieure au 7 janvier 1858, date de l'initiation de l'écrivain, puisque, le 13 février 1859, il publiait dans l'hebdomadaire Uylenspiegel un fragment du chapitre LVII du livre I, titré Comment Uylenspiegel fut peintre, assorti d'une note de Karl Stur (pseudonyme d'Ernest Parent) précisant que l'auteur depuis plusieurs années reconstituait la légende du personnage. Il est donc vain d'imaginer que l'initiation déclencha l'inspiration. Mais il est raisonnable de penser que l'oeuvre, au fil des années, s'enrichit de l'expérience maçonnique de l'écrivain et, surtout, de l'érudition de Frères éminents.
   Aux "Vrais Amis de l'Union et du Progrès réunis" et aux "Amis Philanthropes", De Coster rencontra les nombreux historiens et publicistes qui, par intérêt scientifique et pour des raisons de leur temps, étudiaient passionnément le XVIe siècle et les guerres de religion : Jean-Jacques Altmeyer, le maître inoubliable dont il exploita spécialement l'article "Une succursale du Tribunal du Sang", paru dans la Revue trimestrielle en 1853; Nestor Considérant (1824-1877), l'auteur d'Études sur la révolution du XVIe siècle dans les Pays-Bas espagnols (1851, rééditées en 1860); Alexandre Henne, initié le même jour que lui; Charles Rahlenbeck; Albert Lacroix (1834-1903), qui, en collaboration avec le Frère Gustave Jottrand (1830-1906), traduisit de l'anglaisFondation de la république des Provinces-Unies. La révolution des Pays-Bas au XVIe siècle, de John Lothrop Motley; Paul Ithier (1834-1898), traducteur de l'Histoire du règne de Philippe II de W.-H. Prescott en 1859-1860, avec la collaboration de Guillaume Renson (probablement Maçon, lui aussi); Louis De Fré (1814-1880), qui, entre autres brochures sorties de sa plume de pamphlétaire et signées Joseph Boniface, publia chez Lacroix en 1861 La Belgique indépendante, 2e partie. Tiel Uylenspiegel, patriote, dont laLégende semble avoir retenu des passages, et, le dernier mais non le moindre, Charles Potvin dont l'Albert et Isabelle est la source principale de tout ce qui touche à la sorcellerie dans la Légende. On a pu établir que De Coster consulta la plupart de ces ouvrages, que parfois il s'en inspira formellement. Les auteurs n'étaient pas pour lui les inconnus dont on découvre les écrits par hasard, en bouquinant ou en feuilletant les revues. C'étaient des amis avec qui il avait l'occasion d'échanger informations et réflexions dans l'intimité fraternelle, des amis à qui il lisait en loge (on le sait) des chapitres déjà rédigés de la Légende et qui, écoutant cette épopée de la liberté, se trouvaient confirmés dans la conviction qu'il y avait parallélisme entre les luttes du XVIe siècle et les affrontements politiques de leur époque.
   Une question demeure, qui a été posée en ces termes : "La Légende, si elle est l'ouvrage d'un Frère, libéral progressiste, dans quelle mesure est-elle une oeuvre maçonnique?" Autrement dit : est-il possible, sans solliciter le texte, de considérer la Légende comme la transposition de la symbolique maçonnique, des rites maçonniques?
   Jean-Marie Horemans et Adolphe Nysenholc, chacun de son côté, ont répondu affirmativement à cette question. Mais Raymond Trousson a démontré que leurs déductions ne résistent pas à un examen objectif. En voici quelques exemples.
   Établir un lien entre les agapes maçonniques et les ripailles décrites par De Coster, c'est oublier que, pour lui, les scènes de mangeaille dans la Légende témoignent tout simplement de la joie de vivre flamande, opposée à l'ascétisme espagnol.
   Thyl apprend d'un maître maçon à tailler le bois et la pierre; mais cela n'a aucun sens ésotérique, puisque, comme Gil Blas ou Figaro, il exerce tous les métiers au cours de son existence mouvementée de personnage picaresque.
   On dit à Thyl, envoyé en mission : "[…] tu iras à Dendermonde frapper, deux fois fort et une fois doucement, à la porte de la maison dont voici l'apparence dessinée" (II, 20). C'est la batterie d'acclamation maçonnique, si l'on veut; mais c'est aussi, depuis que le mélodrame existe, le signe convenu des conspirateurs en manteau couleur de muraille.
   La phrase : "Et ce disant, l'hôte, sifflant, imita le passage d'un couteau dans les chairs du cou" (III, 29) est censée faire allusion au geste de l'apprenti qui se met à l'ordre. Oui, mais, dans le contexte, il s'agit réellement de trancher la gorge d'un homme, et cet homme, c'est "messire d'Orange".
   L'amitié de Thyl et de Lamme serait l'expression idéale de l'amitié fraternelle qui se pratique dans la Maçonnerie. Ce qui est gênant, c'est que le couple Thyl-Lamme s'impose d'abord à l'esprit comme l'équivalent du couple Don Quichotte-Sancho Pança, et Cervantès n'était pas Maçon!

Au cinquième livre, les esprits chantent à Thyl :

Quand le septentrion
Baisera le couchant,
Ce sera fin de ruines :
Cherche la ceinture.

Le couplet suivant précise :

Septentrion, c'est Neerlande;
Belgique, c'est le couchant;
Ceinture, c'est alliance;
Ceinture, c'est amitié.

Déduire de ces vers que la ceinture fait allusion à la chaîne d'union en loge, c'est commettre une erreur historique. Comme dans ses articles politiques, De Coster appelle ici de ses voeux la nécessaire union de la Hollande et de la Belgique en face du péril annexionniste que Napoléon III fait peser sur les anciens Pays-Bas.
   Selon nous, il y aurait lieu d'être attentif aux silences de Charles Potvin. Le Frère Potvin, familier de De Coster, son premier biographe, n'apporte aucun soutien aux exégètes qui voient dans la Légende une quête de la Lumière, une gradation jalonnée d'épreuves initiatiques. Rendant compte de l'oeuvre dans la Revue de Belgique en 1869, il ne signala aucun trait ésotérique et — réaction surprenante s'il y avait quelque sous-entendu dans l'oeuvre —, il suggérait d'éliminer les séquences où les commentateurs détectent précisément une allusion au symbolisme maçonnique, à savoir le sabbat des Esprits du Printemps, les tirades sur Lucifer et l'allégorie des Sept : "On pourrait en retrancher toute cette partie, disait-il, sans que le lecteur y soupçonnât la moindre amputation." Revenant à la Légende dansCinquante ans de liberté (1882), il ne décelait toujours pas les indices d'un code secret. Il observait que "la fin de l'oeuvre s'éparpille", que "le dénouement ressemble aux bouches du Rhin qui se perd dans les sables". On est donc loin, à l'en croire, de l'étape ultime vers la Lumière. Tout en reconnaissant la place accordée à "l'idéal", "selon l'usage de l'épopée", il nommait la Légende un roman historique et il l'admirait à ce titre : "Telle qu'elle est, cette création me semble la forme la plus vivante, la plus pittoresque que puisse prendre le roman historique." C'était une vue erronée.
   La Légende doit être lue et entendue comme un texte épique, épique par son découpage en chapitres disparates dont la juxtaposition, désordonnée en apparence, répond à un souci aigu de la composition, à la volonté de créer des effets d'antithèse, de contraste ou d'alternance, épique aussi par ses répétitions et ses redondances, par son utilisation fréquente de la parataxe, réminiscence de la Bible et desParoles d'un croyant de Lamennais, épique encore par la réduction des caractères aux dimensions de l'abstraction mythique.
   Ce que ce texte épique exprime en priorité, c'est l'objet de la lutte menée par les libéraux progressistes et les Maçons de l'époque, c'est le droit à la liberté, opprimé au temps des Gueux, encore brimé au XIXe siècle et voué sans doute à la persécution jusqu'à la consommation des siècles. Dans la " Préface du hibou " — addition à la prétendue seconde édition de l'oeuvre —, le hibou s'écrie :

Poète criard, tu tapes à tort et à travers sur ceux que tu appelles les bourreaux de ta patrie, tu mets Charles-Quint et Philippe II au pilori de l'histoire, tu n'es pas hibou, tu n'es pas prudent. Sais-tu s'il n'existe plus de Charles-Quint et de Philippe II en ce monde ?

La liberté est un droit sacré. Thyl en son jeune âge ayant voulu capturer un chardonneret, Claes son père lui dit :

Fils, n'ôte jamais à l'homme ni bête sa liberté, qui est le plus grand bien de ce monde. Laisse chacun aller au soleil quand il a froid, à l'ombre quand il a chaud. Et que Dieu juge sa Sainte Majesté qui, ayant enchaîné la libre croyance au pays de Flandre, vient de mettre Gand la noble dans une cage de servitude. (I, 29.)

Anticléricale et anticatholique, la Légende n'est pas antireligieuse. Si Claes quitte l'Église romaine, c'est "pour obéir à l'esprit de Dieu" (I, 72). Thyl, converti à la religion réformée, invoque le "Dieu des libres". Mais le doute le visite, et il en fait part à Katheline : "Les cendres de Claes battent sur ma poitrine, je veux sauver la terre de Flandre. Je le demandai au grand Dieu du ciel et de la terre, mais il ne me répondit point" (I, 85). Katheline lui conseille de parler "aux esprits du monde élémentaire", car il n'est pas d'intercesseurs plus sûrs entre l'humanité et le ciel, et par un sortilège, elle l'introduit avec Nele dans un univers vertigineux, grouillant de vie et enchanté. Cet épisode fantastique — dernier chapitre du premier livre — révèle assurément que la Légende, épopée de la liberté, est aussi une profession de foi en la nature, toute-puissante sur terre et la meilleure inspiratrice des hommes dans leur état de déréliction.

À la sortie de ce grand livre, auquel il avait collaboré en l'illustrant, Félicien Rops déclarait : «Cela n'est pas de vente.» Il voyait juste. S'il n'était pas bibliophile, le client se détournait, effrayé par le prix de cette édition luxueuse (vingt francs). Charles portait ses espoirs sur le Prix quinquennal, mais il fut décerné le 13 mai 1868 à Potvin, sur la base des arguments du rapporteur Jean Stecher, qui n'avait vu dans Ulenspiegel "qu'un capharnaüm pantagruélique". Il y eut quelques articles élogieux, notamment celui de Paul de Saint-Victor dans La Liberté du 18 décembre : "C'est une épopée en prose où le sang coule aussi largement que la bière. On dirait une kermesse qui tourne autour d'un bûcher." Les comptes rendus où l'éloge était submergé par les objections, les réticences et les rejets firent d'autant plus mal à l'auteur qu'ils émanaient d'amis, Camille Picqué dans la Revue trimestrielle en 1868 et Charles Potvin dans la Revue de Belgique en 1869. Tenant la Légende pour un roman historique, l'un et l'autre lui appliquaient des critères qui ne sont pas de mise en face d'un texte épique, et cette grave méprise, ils l'alourdissaient d'un conformisme littéraire et moral plein d'assurance. Pour Picqué, Ulenspiegel est par trop flamand : "Il mange du matin au soir et ingurgite des flots de bière. Vraiment, n'était son patriotisme, il nous dégoûterait. À peine a-t-il vu mourir sa mère, à peine a-t-il dit adieu à sa fiancée qu'il se plonge dans la crapule. La Flandre n'a jamais été aussi sensuelle que M. De Coster le voudrait faire croire." Quant à Potvin, il dénonçait les obscénités : "Nous admettons pourtant même le genre grivois pourvu que l'enseigne y soit, comme aux bastringues. Mais chaque chose doit être à sa place. Il faudra de grands coups de cognée dans ce livre pour satisfaire à la moralité publique. "
   Le 28 juillet 1869, Charles perdit sa mère, qui l'avait soutenu matériellement tout au long des années où il sacrifiait un emploi stable à l'idée qu'il se faisait de son avenir littéraire. En novembre 1850, il avait quitté la Société générale pour un parcours universitaire qu'il n'acheva pas. En janvier 1864, convaincu que la Légende le consacrerait bientôt, il avait renoncé à son poste auprès de la Commission royale des anciennes lois et ordonnances. Alors, on lui offrait précisément une tâche moins astreignante, le secrétariat d'une revue médicale. Mais il fut alléché par une autre proposition, venue d'un exilé du Second Empire, le médecin Louis Watteau, Franc-Maçon et lieutenant du révolutionnaire Blanqui. Il s'agissait d'apporter une collaboration scientifique à Candide, un bihebdomadaire que le théoricien de la révolution permanente lançait à Paris. Enthousiaste, plein d'espoir, Charles était à pied d'oeuvre en mai 1865. L'équipée fut brève. Dès son troisième numéro,Candide tomba sous les coups de la police impériale. Le Frère Rops, qui l'avait mis en garde, lui dit sans ambages ce qu'il pensait de son intempestive escapade parisienne : «Qu'as-tu été faire à Paris, pour l'amour du diable? Est-ce que tu te fiches dans le cervelet qu'on va recevoir ta prose pour la seule volupté de l'imprimer en lettres d'or et de la faire lire à l'Europe étonnée, et qu'il n'y a pas cinquante jeunes gens en France qui se voient refuser de très belles choses à chaque heure du jour?»
   À son retour à Bruxelles, le secrétariat du journal médical n'était plus vacant, il fallait s'y attendre. Depuis lors, il vivait de gains occasionnels, articles mal payés et conférences qui lui imposaient des démarches de commis-voyageur. Il tapait de plus en plus souvent ses amis. Bref, il tirait le diable par la queue.
   C'est au cours de ces années de grande instabilité matérielle, mais aussi de grande espérance littéraire (la publication imminente de la Légende), qu'il se montra le plus actif au sein de sa loge. Le 22 avril 1865, ayant évoqué "La vie et les aventures d'Ulenspiegel, histoire satirique et anecdotique du XVIe siècle", il lut quelques chapitres de laLégende. Le 6 mars et le 30 avril 1866, il traita du rire dans l'art littéraire, apostrophant le pape à la fin de la seconde partie de son exposé : «C'est le rire qui, sans fracas, sans potences, ni guillotine, poliment, doucement te mènera en ces limbes obscurs où Dieu relègue les neiges d'antan, les vieux empires, les vieux abus et les vieux quartiers de lune. Il n'aura pour cela qu'une chose, le grand Rire, exalter le bon sens universel. Et maintenant, lance sur lui à l'aise si tu veux, les vieux pétards de ton excommunication.» Le 11 mai 1867, il révélait à ses Frères « n prédicateur comique flamand du XVIe siècle», un certain Broer Cornelis Adriaensen, porte-parole grotesque du fanatisme religieux.
   À l'exception de quelques dettes que l'éditeur Lacroix avait accepté d'effacer, la Légende ne lui avait rapporté aucun argent. Dans l'espoir d'un résultat pécuniaire plus consistant, il proposa au même Lacroix un roman réaliste, de moeurs contemporaines, intitulé Le Voyage de noce. L'ouvrage fut mis en circulation entre 1870 et 1872. La presse en parla peu, désarçonnée sans doute par le déséquilibre entre la première et la seconde partie, troublée aussi par les inégalités de la forme et quelques invraisemblances psychologiques. Le Voyage de noce, présenté au jury du Prix quinquennal de littérature, ne fut pas retenu.
   Le 1er septembre 1870, Charles De Coster accéda enfin à une fonction qui aurait dû le tirer d'affaire : il était nommé professeur d'histoire générale et de littérature française à l'École de guerre, qu'on venait de créer, et répétiteur de belles-lettres à l'École militaire. Beau sur papier, mais accablant dans la réalité quotidienne ! Les leçons à préparer, la centaine de copies hebdomadaires à corriger et, à l'École militaire, l'humiliante soumission aux directives du titulaire du cours… Il faisait le calcul : «Je travaille quatre à cinq jours par semaine depuis le matin jusqu'à trois heures de nuit.» Ses appointements étaient honorables, mais ses créanciers lui en réclamaient une part et, dès le 2 juin 1872, il en perdit près de la moitié, ayant été dépossédé de son enseignement à l'École de guerre. Son traitement annuel passa de 7.000 à 3.800 francs. Il dut se remettre à courir le cachet.
   Il songea de nouveau à un prix. En vue du concours triennal d'art dramatique (3.000 francs), il remaniaCrescentius, un drame historique en vers composé en 1853, et en fit Stéphanie dont il donna lecture à ses amis un dimanche après-midi d'avril 1877. Malgré ses ingrédients romantiques et mélodramatiques, cette pièce manquait de mouvement et d'envolée. Elle n'avait aucune chance au concours. Elle a été publiée par Camille Huysmans en 1927.
   Depuis un violent accès de goutte en janvier 1877, Charles se portait de moins en moins bien, épuisé par les bronchites et les crises de rhumatisme. Il logeait au 114 rue de l'Arbre bénit, dans deux petites pièces, misérablement meublées. Il était au bout du rouleau. Couvert de dettes, il survivait en faisant d'autres dettes. Jusqu'à la veille de sa mort, ses créanciers le harcelèrent. Le 6 mai 1879, il appelait au secours sa soeur Caroline : «Si demain je ne puis payer cinquante francs, un effet de cette somme sera honteusement protesté, enregistré, etc. Envoyez-les moi, s'il vous plaît; ils vous seront restitués dans les premiers jours.»
   Il mourut le lendemain, à deux heures de l'après-midi. Le sculpteur Félix Bouré et Hector Denis étaient à son chevet. Les obsèques eurent lieu le 9. Y assistaient un petit nombre d'amis et, en raison de sa fonction de répétiteur, le lieutenant général Liagre, commandant de l'École militaire, et quelques aspirants. Camille Lemonnier avait préparé un discours; très ému, il pria Charles Potvin de le lire. La Libre Pensée avait payé les faire-part et les frais de l'enterrement.
   Charles De Coster devait arriver, tôt ou tard, à la gloire posthume des génies méconnus de leur époque. Ce fut un long cheminement, jalonné de moments forts : l'hommage des Jeune-Belgique au début des années 1880, en 1892 le transfert des débris du cercueil au nouveau cimetière d'Ixelles à l'initiative de Francis Nautet, soutenu par Georges Eckhoud, les revues du renouveau et la Libre Pensée, la réédition par Lacomblez d'Ulenspiegel en 1893, des Légendes flamandes en 1894, enfin le 22 juillet 1894, au bord des étangs d'Ixelles, l'inauguration en grande pompe du monument qui encadre le couple Thyl et Nele, la ravissante sculpture du Frère Charles Samuel.
   Le Frère Potvin, enrobant d'éloges la biographie de son filleul De Coster qu'il publiait en cette année de commémoration avec un choix de lettres à Élisa, agissait-il en opportuniste qui s'enquiert de la direction du vent ou bien, voyant plus clair, reniait-il en toute sincérité les critiques injustifiées, parfois mesquines, qu'il avait formulées vingt-cinq ans auparavant? Cet écrivain avait une conscience; nous pensons qu'il était capable de se remettre en question. Mais Hubert Krains n'était pas disposé à passer l'éponge. Dans une livraison de La Société nouvelle de 1894, il rappela hargneusement l'impardonnable faute de ce Potvin, personnage honni d'une époque révolue!

Commentaire de Deashelle le 5 mai 2013 à 23:13
ICI MOURUT LE 7 MAI 1879
CHARLES THEODORE DE COSTER
DANS UN LIVRE CELEBRE
IL TRANSFORMA EN HEROS DE LA LIBERTE BELGE
AU XVI SIECLE
TYL ULENSPIEGEL
SYMBOLE AU MOYEN-AGE
DE LA LUTTE DES PAYSANS
CONTRE L’OPPRESSION DES VILLES
Plaque commémorative Michel de Ghelderode - Bruxelles Pentagone

Commentaire de Deashelle le 5 mai 2013 à 23:10

Commentaire de claudine quertinmont le 5 mai 2013 à 12:42

Le monument est beau et l'œuvre est superbe ! J'ai toujours aimé.

Merci du partage et bon dimanche.  Amitiés, Claudine.

Commentaire de Gohy Adyne le 5 mai 2013 à 10:16

Très beau monument situé dans un bel endroit, merci Monsieur Paul pour ce billet instructif.

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2018   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation