Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

En ce moment, à la Samaritaine: A coups de ciseaux de couture


A coups de ciseaux de couture

Du 08 au 19 septembre 2015 à 20h30 au Théâtre de la Samaritaine (16, Rue de la Samaritaine, 1000 Bruxelles)

Création, adaptation, scénographie et mise en scène de Lucy Mattot
Textes: Jean Genet, Jean Cocteau, Juliette Noureddine, Berthold Brecht.
Avec Bertrand Daine, Lucie de Grom, Julie Dieu, Alicia Duquesne, Zoé Henne, Lucie Mattot, Romina Palmeri et Quentin Meurisse.
Direction musicale et compositions: Quentin Meurisse.
Aide au travail corporel: Salomé Génès. Photographie: Simon Paco

Il s’agit d’une création autour des bonnes à tout faire, de la folie meurtrière et des pulsions engendrées par l’asservissement. La plus grande partie du spectacle est composée d’extraits choisis des «Bonnes» de Jean Genet. Des textes et chansons d’auteurs tels que Brecht, Cocteau, Juliette… s’imbriquent dans la progression de la pièce. La musique est très importante dans ce spectacle puisque une composition musicale alternative accompagne les comédiens.


Nous assistons à une cérémonie célébrée par deux bonnes visant à répéter l’assassinat de leur maîtresse. Asservies, humiliées par leur condition, ces deux soeurs sont chacune leur propre miroir, engendrant un dégoût mutuel pour l’autre et pour elles-mêmes.
Ainsi, veulent-elles vraiment tuer Madame, où se libérer en s’entretuant?
Découpées en plusieurs étapes, la pièce est ponctuée de textes et chansons choisis pour chaque étape: d’abord, il y a l’humiliation de l’asservissement. Puis, la pulsion de meurtre. Ensuite, la haine aveuglante. Et finalement, la libération.

Une répétition ultra-théâtrale, des corps-à-corps féminins d'une violence inouïe et magnifique, d'une beauté de ravages. Les visages se touchent presque pour boire ou échanger les paroles empoisonnées. La tension dans la salle, soutenue par une musique digne d'Hitchcock est presque insoutenable et il faut du temps après le spectacle pour digérer cette proposition originale qui cerne au plus près les sources de violence. L'homme est absent de la scène, les femmes sont maître et esclaves et s'entretuent au propre comme au figuré. La qualité de l'interprétation est d'une  audace  dramatique incroyable. Allez-y, le cœur lourd et si vous n'avez pas froid au yeux. Il est vrai que cette proximité de violence paroxystique fait cruellement penser à celle du monde qui nous entoure, nous qui vivons protégés dans nos bonheurs respectifs.  Le jeu théâtral du trio est de la pure sculpture démoniaque avec une mention spéciale pour Romina Palmeri qui dégage une énergie ....effrayante ! Bravo!

PS On aurait aimé avoir un feuillet avec les titres des différents textes, même si le travail scénique refuse les coutures apparentes, car la compréhension se bloque de temps en temps...ou Est-ce l'essence de la violence intrinsèque qui bloque tout?

— Tirésias —
Amis, peut-être
Serez-vous surpris par le noble langage
De ce poème vieux de milliers d’années
Que nous avons appris par cœur. Le sujet,...
Si familier, si cher aux auditeurs d’autrefois,
Le sujet vous en est inconnu. Aussi permettez-nous De vous le présenter. Voici Antigone,
Fille d’Œdipe et princesse. Ici, Créon,
Son oncle, tyran de la cité de Thèbes.
Je suis Tirésias, le devin. Celui-là
Mène une guerre de rapines
Celle-ci n’accepte pas ce qui est inhumain,
Elle est anéantie. Mais sa guerre à lui,
Qui mérite bien d’être appelée inhumaine,
Sa guerre tourne au désastre. L’indomptable, la juste, Sans égard pour les sacrifices de son propre peuple, De son peuple réduit en servitude, c’est grâce à elle
Que la guerre a pris fin. Nous vous prions
De vous souvenir d’actes semblables,
Accomplis dans un passé plus proche, ou de l’absence D’actes semblables.
Antigone (1947) — Bertold Brecht (Prologue)

Vues : 376

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 19 septembre 2015 à 13:13

Roger Simons.

Le « Café-Théâtre La Samaritaine », lieu fabuleux dans lequel viennent se produire chaque semaine de jeunes artistes talentueux, devient un vrai théâtre.

La pièce qui se joue en ce moment est tout simplement formidable créée, adaptée (textes de Genêt Cocteau, Brecht), scénographiée et mise en scène par Lucy Mattot....
Ils sont nombreux en scène : six comédiennes et deux jeunes musiciens !

C’est fantastique C’est un travail magnifique exécuté par ces huit jeunes artistes en sortie du Conservatoire de Bruxelles.


A COUPS DE CISEAUX DE COUTURE

J’ai été tout de même saisi par l’histoire que je connaissais pour avoir vu plusieurs fois « Les Bonnes » de Genet
Mais j’ai été émerveillé par l’interprétation de ces six comédiennes
Une belle carrière les attend !
Je vous les nomme :
Alicia Duquesne (Claire) & Romina Palmeri(Solange), les deux bonnes.
Zoé Henne (Madame),
Lucie de Grom (« Maudite Clochette » de Juliette),
Julie Dieu (Anna la bonne /Cocteau),
Lucy Mattot (Jenny des Corsaires/Brecht)...

Elles sont à féliciter toutes les six ! Elles ont chacune une énergie, une volonté, une présence scénique incroyables ! Une excellente diction aussi ! Un fabuleux talent !
Et pour ne rien gâter, elles sont belles ces jeunes comédiennes !
Deux musiciens jouent aussi un rôle important dans la pièce :
Bertrand Daine : accordéon + l’interprétation du rapport du légiste sur le crime des Soeurs Papin & Quentin Meurisse est au piano et à l’ordinateur (composition de l’ambiance sonore). Très bon travail tous deux.
Et bien entendu Lucy Mattot : comédienne, créatrice, adaptatrice, scénographe, metteuse en scène.
Quel cumul , mais c’est une réussite totale sur tous les plans !!
Bravo à Vous, les huit artistes ! Bonne route théâtrale !

Lucy Mattot Julie Dieu Quentin Meurisse Bertrand Daine Romina Palmeri Alicia Duquesne Zouzou Henne

Commentaire de Deashelle le 15 septembre 2015 à 20:21

Lucy Mattot's photo.

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation