Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Comment s’y retrouver ?

 

Partis côte à côte

En habit du dimanche,

 Lui en smoking,

Elle dans sa robe blanche

D’organdi.

 

L’orage rôdant en quelques lieux

Lointains…

Heureux,

Rien n’influerait leur bonheur.

Côte à côte,

Ils allaient d’un même pas…

Mais où ?

L’horizon s’échappait

Loin dans la plaine…

Parfois

Un clocher pointait

Au sortir de la brume

Un village, son église

Son cimetière, sûrement.

Qu’importe…

Il fallait pousser une à une

Les portes de la vie :

Danser au village,

Travailler la terre,

Où le bois,

Ou le fer,

Ou la pierre.

Gagner son pain

A la sueur de son front.

Tout…oui, tout…

Mais pas la guerre.

 

Ils allaient d’un même pas ?

Mais où s’en allaient –ils

Dans quel village ?

Quelle église, quel cimetière…

Quel temple ?

Lui et elle

Fonderont une famille

Sûrement.

L’orage rôdant en quelques lieux

Lointains

Envoie des messagers faire part

 Des rumeurs ;

Côte à côte

Rien n’influera leur bonheur.

Voilà,

Que l’amour soldé

Cherche une autre identité,

Du pire invente

Une autre moralité :

Masculin, féminin

Egale

Elle, elle,

Ou lui, lui

Magnifique règle d’or.

L’anomalie est dans le nid,

L’archétype a fait long feu :

L’esprit va-t-il damner les âmes,

Embrouiller les consciences ?

Partis côte à côte,

Telles deux lignes s’unissant

Sur l’horizon lointain,

Qui s’effacent dans la rectitude

Qui les unit.

 

Dis –moi, ma mère

Dis-moi mon père…

Comment s’y retrouver ?

 

Pierre WATTEBLED- le 29 janvier 2013.

 

 

 

 

 

Vues : 69

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Pierre WATTEBLED le 12 mars 2013 à 11:47

Merci Suzanne et Michel, vos commentaires essentiels me font chaud au coeur. Amitiés.

Commentaire de Pierre WATTEBLED le 1 mars 2013 à 1:07

 Vous avez raison, je suis romantique et nostalgique,assez noir parfois. C'est peut-être que je connais parfaitement bien la vie et la mort;la vie est tragico-comique et elle ne survit qu'en se nourrissant de rêves.

 et d'illusions. La fin  est annoncée, pourtant j'imagine une autre vie quelque part dans l'univers.

Commentaire de Pierre WATTEBLED le 30 janvier 2013 à 12:05

Merci amis lecteurs

Commentaire de Pierre WATTEBLED le 30 janvier 2013 à 12:04

Merci amis lecteurs.

Commentaire de Pierre WATTEBLED le 30 janvier 2013 à 11:47

En fait, c'est la photographie " lignes de fuites" qui m'a inspirée cette fiction poétique.

Ils avancent côte à côte mais ils prennent conscience que quelque chose s'enfuit, notamment l'archétype d'une morale passée; une fuite en avant où finalement deux lignes, deux destins, deux visions, se fondent  en un seul point...L'oméga ? Où se situe l'alpha... dans le passé, ou dans le moment présent ? Peut- être là, juste devant avant qu'il n'aille se fondre au centre de la pensée. Alors une pointe de nostalgie vient tempérer une possible exaltation, dans la recherche de l'équilibre: ce que recherchent plus ou moins consciemment tous les êtres humains. Amitiés.

Commentaire de Lansardière Michel le 30 janvier 2013 à 10:44

Lignes bisées. Au moins se sont-ils rejoints. Texte délicat et tendre sur l'essence d'un destin.

Commentaire de Suzanne Walther-Siksou le 29 janvier 2013 à 23:58

Je trouve à ce poème un parfum romantique. Il est empreint d'une tendre nostagie.

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation