Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Dans mon enfance, les distractions n’étaient pas très nombreuses. Les personnes  qui, vivaient, habitaient près d’une frontière profitaient souvent du jour du marché pour aller promener, se divertir. Une sortie hebdomadaire, un rituel que rien, ni personne ne pouvait interdire ni le temps chaud ou pluvieux.  Dans ces petits villages frontaliers, tout évoluait autour du marché.

Chaque mardi midi, les gens arrêtent leurs activités pour se rendre sur la place du marché. Un lieu plaisant, arboré, festif, enjoué parfois où toutes les nouvelles se disent, se répandent, se propagent. De nombreux petits cafés restaurants à l’ancienne entourent la place, le monument aux morts et les amateurs de picons et d’arc-en-ciel doivent bien se tenir.

La place du village est sur le sol français. Le drapeau tricolore posé sur la façade de la mairie. L’église et le petit chemin dallé fait frontière, un couloir étroit, pavé et réservé uniquement aux habitants belges qui assistent à l’office. Une convention entre les deux pays pour le partage de l’église.

Vers midi, les premières camionnettes arrivent et se rangent sur la place. Des commerçants ambulants, dans la bonne humeur, ouvrent et installent les tréteaux avec la marchandise. Marchands de tissu, marchands chaussures, marchands de chapeaux sont prêts. Tout est là en quantité.

En face, les cages alignées du maquignon, reconverti en vendeur de petits animaux, poules, poulets, dindes, canards. Pigeons. Attachées à l’arrière du camion, deux jolies petites chèvres blanches qui se demandent ce qu’elles font là.

Le centre de la place est réservé à l’alimentation. Un charcutier, un boucher, un boulanger et des marchands de légumes et de fruits sont installés. Des œufs frais, du beurre et du fromage tout droit sortis de la ferme. La fermière en tablier a bonne mine. Les étales regorgent de caisses pleines et débordantes. Tout ce joli ensemble, tous ces gens se font entendre dans un tintamarre  joyeux.

L’attention des passants et surtout des enfants est attirée par les deux petites chèvres. La  chèvre de Monsieur Seguin est de retour sur le marché et dans toutes les mémoires. A cette époque, ces belles histoires sont contées à l’école et tous les enfants en ont entendu parler.

La route frontalière sépare le marché en deux parties et les gens voyagent d’un pays à l’autre sans que les douaniers n’interviennent. A cette époque, les frontières existent toujours et sont surveillées constamment. Les frontières sont tombées dans la nuit du 31 décembre 1993.

Les autorités du village, eux aussi, sortent de la mairie et se promènent entre les citoyens répondant gracieusement aux salutations. L’ambiance est amicale. Belges et français s’entendent bien.

Un petit garçon, un peu plus déluré que les autres, a repéré les petites chèvres. Il les admire assis sur l’escalier du petit restaurant d’en face. La plus petite, toute blanche, attachée au camion, tire comme un diable pour se détacher.  Elle a réussi à attraper un carton qu’elle mâchonne de colère.

N’écoutant que son courage, le petit garçon se lance sur les chèvres et d’un geste brusque, détache la petite Blanchette qui, étonnée, se retrouve libre. Celle-ci, apeurée par les bruits du marché, traverse imprudemment la route. Un violant coup de freins retentit.  Le silence se repend sur la place et chacun retient son souffle.  

Le petit garçon n’a rien. La petite chèvre non plus mais il en a fallu de peu que l’automobiliste ne l’écrase. Le conducteur  français s’en prend au marchand de volaille qui, affirme qu’il n’y est pour rien. Et l’embrouille s’installe entre les personnes qui ont vu, qui n’ont rien vu…qui supposent, qui en déduisent…

Le ton monte et la belle ambiance festive disparait.  Tout à coup réapparait la petite chèvre, bien embêtée de cette liberté imprévue, subite et qui ne sachant où aller, revient près de sa compagne.  Un grand rire se fait entendre. L’automobiliste a eu peur. Le garçonnet en pleurs s’excuse à qui veut l’entendre. Et voyant la scène moins dramatique qu’elle ne l’est, l’automobiliste  se met à sourire entrainant les autres dans un grand rire général.

Il en a fallu de peu pour ranimer la flamme de la discorde heureusement éteinte depuis longtemps.

 

 

Vues : 93

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Josette Gobert le 4 novembre 2014 à 9:59

Merci Rolande. A l'époque des frontières, une ambiance bonne enfant le jour du marché. Beaucoup de familles mixtes comme la mienne. Français, belge et enfants avec la double nationalité qui est plutôt bien à l'époque actuelle.Je ne connais pas cette expression de "La marie Louise".

Bonne journée

josette

Commentaire de Quivron Rolande le 3 novembre 2014 à 13:42

Superbement décrit comme à ton habitude.

J'ai connu ce genre de marché transfrontalier : c'est bien la seule chose qui me manque après avoir quitté la région.

Est-il vrai que ce tracé a été dénommé : "La Marie-Louise" ? qui a séparé des Communautés très soudées ?

Car nous ne faisions qu'un et la fusion était totale avec des familles de chaque côtés de cette funeste séparation. Qui a vu naître maisons et églises coupées : un côté France, un côté Belgique !!! ...

Et de nombreuses familles déchirées.

Merci à toi Chère Josette au beau talent.

Commentaire de Josette Gobert le 30 octobre 2014 à 20:35

Bonsoir Gilbert.

De réels souvenirs agréables que ces marchés frontaliers.

Amitiés

Josette

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 30 octobre 2014 à 17:03

Touchant au possible. Je n'ai jamais vu de flamme de discorde. Ayant passé une année chez vous, c'est un des meilleurs souvenirs que je garde. Curieux cette séparation dallée. Il faut dire qu'en matière de séparations les politiques sont des champions ! Ce marché est vivant, coloré, bien comme sont les marchés encore aujourd'hui ,ici en Périgord notamment. Les visages ne sont pas les mêmes, les coutumes non plus mais ce sont des endroits où les gens sont plus sympas curieusement.

Commentaire de Josette Gobert le 29 octobre 2014 à 20:27

Oui, de vieux souvenirs bien agréables.

Amitiés

Josette

Commentaire de Marie-Josèphe BOURGAU le 29 octobre 2014 à 15:29

ouf ! nous voici réconciliés ! ce fut de justesse... mais rassure toi on vous adore ! mj

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation