Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Au fond de la mémoire

Quelques gouttes de sel

Reflet dans un miroir

D'un amour éternel!

Au creux de la poitrine

Un bruit désordonné

Quelques minutes divines

Que la vie sut donner...

Au bout des jours grisailles

Un soleil insolite

Et la vie qui tenaille

C'est la joie qui s'invite!

Au rendez-vous du temps

Oublier les dénis

Se fondre dans l'instant

Accepter le défi...

Être en vie...

J.G.

Vues : 93

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 1 février 2017 à 12:55

Un texte reposant, après la pluie vient le beau temps.

Bonne semaine chère Jacqueline !

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 30 janvier 2017 à 15:53

MERCI chers ami(es) d'A et L d'être venu passer quelque minutes de vie en compagnie de ces quelques mots du vendredi... Belle semaine à tous

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 28 janvier 2017 à 16:40

Cher Gil,

Avant toute chose MERCI de votre intérêt et de votre réflexion. Je comprends tout à fait ce que vous voulez exprimer ici : Être en vie ce n'est certainement pas avoir la plénitude de ses moyens et de ses droits de vivre!

Le français est une langue compliquée si riche et pourtant... parfois les mots exacts manquent encore. Vous me parlez ici d'un sens premier et logique : Être en vie, c'est à dire ne pas être mort...

En donnant un titre sans doute maladroit à ce court poème, je voulais souligner hélas aussi une différence dont nous ne sommes pas responsable (puisque nous sommes prisonniers de nos gênes). Il y a des morts vivants, des verres à moitié vides qui emplissent l'espace, qui ont une vision unique de la vie alors qu'elle est multiple par essence.

Si notre époque ne manque pas de psychologues et de psychiatres il y a une raison... La vie a un prix mais vivre à tout prix n'est jamais une solution...

Alors, chacun dans notre sphère essayons d'ouvrir notre cœur aux autres sans toutefois nous laisser aller jusqu'au désespoir face à notre impuissance...

J'espère avoir éclairé ainsi un peu mon point de vue et vous souhaite une bonne fin de journée et une semaine où fleurirons de positives opportunités.

Amicalement

Jacqueline

Commentaire de Gil Def le 28 janvier 2017 à 9:50

Bonjour Jacqueline,

Un bon nombre de vos textes parlent de résilience, de cette capacité à pouvoir se dégager de tout ce qui nous arrive, nous absorbe, nous empoisonne, qui est mauvais, pesant, pénible à connaître, à vivre, et que je nomme trous noirs. Vous nous parlez pertinemment, avantageusement de cette capacité de se dégager de tout qui nous rend tristes, mélancoliques, ou dépressifs, de tout ce qui nous empêche d’avancer, d’entreprendre des choses et d’avoir pour ça un minimum d’envie et de confiance pour les réaliser. Je vous suis tout à fait quant à considérer la résilience comme l’une des capacités les plus importantes qui soient, comme une capacité nécessaire et salvatrice quand ça ne va pas. En effet, nous sommes tous tôt ou tard des sinistrés de la vie, nous avons à gérer des états de chocs, des temps de rupture, provoqués par un accident, une maladie, une catastrophe naturelle, une situation matérielle, sociale dégradée, une situation affective fortement altérée, c’est un deuil, c’est la brisure d’une amitié ou d’un amour. Ceci étant dit, je pense qu’il n’est pas jamais facile et acquis de faire parler la résilience, jamais facile et acquis de sortir d’une mauvaise et misérable situation, d’envisager, et surtout d’écrire, de construire une suite à son histoire après l’un de ces chocs que je viens d’évoquer, une suite qui ait un sens, une suite qui soit au moins satisfaisante. Je pense qu’il y a de grands manquements dans l’éducation actuelle pour ce qui est de savoir gérer des situations difficiles, parce qu’on pense davantage à supprimer, éviter, contourner, nier tous les problèmes qu’à les affronter. Plus d’une fois dans ma vie, j’ai été plus qu’ébranlé par le suicide inattendu de parents, d’amis et de gens de bonne compagnie que je croyais installés dans une vie honnête et satisfaisante, que je pensais incapables de se départir de tout et de laisser leurs proches dans la peine, dans un sentiment de culpabilité et les pires difficultés qui soient. J’ai été ébranlé aussi de voir le chemin de croix de certaines familles et d’en voir d’autres éclater, se décomposer en peu de temps par le fait que l’un de ses membres n’avait pas ou n’avait plus la possibilité de vivre comme les autres et avec les autres. Etre en vie n’est pas à mon sens un titre bien choisi et qui corresponde à ce que vous vouliez dire, car être en vie, c’est bien loin d’avoir la plénitude de ses moyens et de ses droits de vivre. Au-delà, je pense qu’il y a à réfléchir à ce qu’on peut faire quand une personne se trouve dans une situation où la résilience lui est impossible, au lieu de laisser tant de gens, tant de familles en des situations inextricables sans issue, et se heurter à trop de murs d’incompréhension, d’hypocrisie et d’indifférence. Il y a à mon sens trop peu de gens pour s’intéresser, s’attaquer aux problèmes de ceux qui sont dans l’impossibilité d’être comme les autres.

Bonne journée. Amitiés. Gil   

Commentaire de Deashelle le 27 janvier 2017 à 10:38

Très touchante vibration de foi en la vie! Merci Jacqueline! 

Commentaire de Nicole Duvivier le 27 janvier 2017 à 10:05

Très joliment exprimé ! Merci de ton partage , Jacqueline ! Cordialement, Nicole

Commentaire de Benoit-Basset le 27 janvier 2017 à 9:40

 très beau poême qui me touche beaucoup

 

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 26 janvier 2017 à 20:56

MERCI, c'est cela aussi être en vie... partager!

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation