Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Tes yeux petite maman...

Tes yeux si beaux si bleus
Tes yeux qui m'ont admiré,
qui m'ont épié,
observé, protégé. 
Tes yeux si bleus, intensément
sévères, ou souriants, 
interrogatifs, ou menaçants.
Toujours des yeux de maman.
Des yeux azurés, merveilleux 
Des yeux qui m'ont cherché,
Des jours et nuits durant.
Des yeux qui m'ont pleuré.
Des yeux aussi, désespérés. 
Qui m'ont vu mourir doucement!
Des yeux alors mouillants
Tournés vers l'Infiniment Grand
Tu as prier, supplier
De ne pas prendre encore,
Encore un de tes enfants.
Les autres on t'en a prit tant.
Tes yeux tu les as troqué
Contre la vie de ton petit.
Un garnement de pas huit ans.
Tes yeux ont pleuré des mots
À remuer même, les plus sots.
Le contrat a été passé
contre tes yeux, ton bébé.
Avec tes pleurs, tu as signé,
gouttes après gouttes, sur le papier.
Le document de ce marché. 
Ruinée, tu as dit : "Merci".
Repris dans tes bras ton tout petit.
Tes yeux alors m'ont aimé plus fort
Ils m’ont adoré, cajolé, mémorisé.
Dieu t'a concédé trente ans
d'une déclinantes visions en bleu.
Du bleu clair au bleu nuit, puis,
puis le noir profond, infini.
Depuis longtemps tu ne voyais plus
Sinon avec les mains,
Grâce à tes doigts menus.
Je me souviens de ce jour là
Sur ton lit de peine 
Où je m’assis à tes cotés.
De ta main vaillante, de tes doigts agiles
De tes yeux tactiles, tu as lu mon visage
En les promenant sur mes joues,
En cernant les contours de mes yeux
Où tu mis naguère un soupçon de bleu.
Ta main aussi sur mes cheveux
Toute étonnée, avec un grand sourire,
Tu disais ta vision de ma pilosité ! 
- Tu es redevenu bouclé, tout crollé* ?
- Tout bouclé, mais aussi tout gris, maman 
- C'est vrai? Tout gris tout gris ?
- Tout gris, et blanc, maman
- Ca te va bien mon fils, c'est beau.
Comme je suis heureuse mon petit.
Je suis si heureuse de te "voir"!
Ca me fait tellement de bien
Je suis si contente quand tu viens.

Une nuit pourtant petite maman, 
"J'étais alors à cent lieux"
Comme toujours à ta façon
Tu as remplis un dernier baluchon. 
Entre deux clignements d'yeux.

Tu as écouté ton coeur ralentir. 
Sans peur et sans frémir.
En t'endormant tu as gardé ouverts 
Tes magnifiques yeux bleus.
Pour mieux voir, ceux du Bon Dieu ?
Après nous avoir tant aimé 
Une chose difficile tu m'as laissé.
Hier, j'ai du fermer tes yeux
restés si bleus, et merveilleux.
Mes yeux à leur tour mouillants,
Ont pus effacer, goutte à goutte
Ce document d'un marché ancien
Qui liait ton coeur au mien.
Je sais qu'ainsi ta vue t'a été rendue.
Tu recommences déjà à m'épier
me surveiller, et aussi me consoler,
- Robert mon tout petit regarde
- Regardes donc où tu mets les pieds.

Pour Maman. Née: Irène Muszynska .
Son tout petit. Robert Pirschel

*Crollé = frisé, expression liégeoise.

Vues : 63

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gohy Adyne le 15 mai 2019 à 10:57

Bonjour Robert, Toujours très touchant à lire ce beau poème en l'honneur de ta maman !

Amitiés

Adyne

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation