Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Robot série A48 -

Antoine avance à grands pas dans l'avenue Jean Jaurès. Il fait beau ce matin et il a enfin le loisir de pouvoir faire ses courses préférées en plein centre ville de Lémovice, sa ville natale. S'il écoutait ses papilles, il s'arrêterait bien devant la vitrine alléchante du fabricant de chocolats et entrerait faire remplir un sachet de ces belles boules noires ou marrons remplissant les étagères et... embaumant le trottoir. Seulement voilà, à presque 70 piges, les petits plaisirs sont devenus rares car avant, comme ce mot est triste, avant ce n'était plus un petit plaisir qu'Antoine s'accordait mais l'assouvissement d'une gourmandise effrénée pour tous les gâteaux de chez Georges et autres chocolats bien de chez nous, gras et sucrés à souhait. Ah ! les polkas de chez Georges, grosses comme des boules de pétanque et garnies de crème bien jaune recouverte de caramel maison, bien entendu. Pas cet insipide caramel liquide et ces crèmes fadasses et sans goût que les normes industriels et politiques ont lentement mis en place, afin de rentabiliser une production censée apporter autre chose... alors qu'en définitive elles n'ont fait que détruire ce que l'homme a de plus grand, sa sincérité : sa sincérité avec lui-même et ses valeurs et sa sincérité envers le travail bien fait que nos anciens baptisaient noblement... « dans les règles de l'art ».

Antoine avance vers le magasin de maquettes, le dernier de la ville, certainement même du département entier. Là aussi, le « progrès » a éliminé les fabricants français, les grossistes, les magasins spécialisés et a remplacé tout ce maillage grouillant d'emplois et de machines, par des containers arrivant à pleins bateaux, déversant leurs produits dans des semi-remorques, qui eux mêmes les basculent dans des entrepôts pour être livrés dans des chaînes de magasins portant toutes des enseignes différentes, mais vendant toutes les mêmes produits.....

C'est en passant devant le distributeur de pain qu'il remarqua que le A48 qui le précédait venait d'émettre le sifflement strident signalant un danger immédiat. Il l'appela :

- A48, que dois-je faire ?

Instantanément le robot pivota sur son flux magnétique et ce qu'Antoine craignait le plus arriva.

  • Où allez-vous BLG ? Vous êtes Positif ! Répondez !

  • A 20 mètres devant toi chez Mini-models.

  • Suivez-moi, entrez chez votre contact et faites appliquer la procédure 3.

Antoine pâlit, la procédure 3 était synonyme de danger immédiat, le A48 avait repéré soit des éléments électroniques suspects, soit des explosifs, soit des mouvements de BLG Négatifs. Antoine n'avait jamais eu l'occasion d'avoir l'impression sournoise de se retrouver soudain en apesanteur. « Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices, Suspendez votre cours ! avait écrit Lamartine. Mais qui s'en souvient aujourd'hui ? Wikipédia, sans doute, et quelques vieux profs de français ou autres collectionneurs de vieux bouquins qui sentent encore, peut-être, le papier d'imprimerie.

Le A48 me poussa doucement mais fermement dans la boutique, ferma la porte et je fis immédiatement appliquer la triste procédure 3. La boutique ferma ses volets roulants enfermant ainsi les clients à l'intérieur des locaux. Nous y sommes restés presque... 5 minutes, et ce que nous redoutions tous n'est pas arrivé. Le A48 avait détecté un porteur de mort, un kamikaze, disait-on dans un autre temps.

De nos jours, dans notre bonne ville de Lémovice, forte de ses 215000 habitants, presque un milliers de robot A48 surveillaient en permanence l'intégralité du territoire occupé par les citadins. Rien ne pouvait passer à travers les mailles de ce filet électronique qui détectait toute anomalie suspecte. Ce jour-là c'était malheureusement le cas, malgré tous les subterfuges de camouflage que pouvaient inventer les quelques irréductibles destructeurs de l'humanité, n'ayant plus aucune chance d'arriver à leurs fins. L'homme a dû, dans les années 2020, s'avouer incapable de juguler le terrorisme ; seule solution : créer des robots capables de détecter à distance l'intégralité des différents explosifs. Mailler comme une toile d'araignée l'intégralité des surfaces habitées par l'homme, y compris les villages, afin d'éradiquer définitivement les attentats qui avaient ensanglanté le début du 21ème siècle. Antoine se dit que si le A48 n'avait pas été présent sur son parcours, il n'aurait peut-être pas pu acheter cette boite de peinture qui lui faisait défaut pour finir une maquette en cours. Le robot avait détecté... le signal s'était automatiquement déclenché et moins de 8 secondes après, trois engins répulseurs étaient sur les lieux et noyaient leur cible sous des mètres cubes de mousse absorbante d'ondes de choc. Encore une invention pour protéger l'humanité ! Cette mousse se pulvérisait sur la cible, absorbait l'explosion et repoussait l'onde de choc en son centre... Un mot qui m'a toujours fait marrer, la force centrifuge entraîne vers l'extérieur du cercle et la force centripète vers l'intérieur ; « centripète », marrant, non ?

Après 5 minutes passées à discuter avec la marchande et les quelques clients présents lors de cet incident, Antoine sortit de la boutique. Rien n'avait changé, tout était calme, pas de sirène, pas d'ambulance, pas de vitres brisées ! Ah si....Là bas dans l'angle de la petite rue, une tâche sale, bleu/vert étalée au sol et sur une vitrine, que les B12 s'empressaient de laver.

Bienvenue dans le futur !

Vues : 73

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation