Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Bonjour à toutes et à tous,


De nos jours, micro-éditeurs doivent tirer sur toutes les ficelles pour rendre les écrits de leurs auteurs accessibles au plus grand nombre. Parmi ces moyens… l’édition numérique est une bien jolie tentatrice. Il est vrai que de nos jours, publier sur le Net est devenu d’une telle simplicité que l’offre de récits explose littéralement, et en même temps la qualité se dilue dans des proportions effrayantes.

J’ai longuement hésité à me lancer dans cette démarche.

Tout d’abord parce que le lecteur en moi aime profondément le rapport charnel au livre. Ce petit objet nous accompagne jusque dans notre intimité : quoi que nous fassions de nos nuits, il patiente sur la table de chevet, laisse ses pages d’intrigue pénétrer notre esprit aux moments les plus inattendus. Un livre, on l’ouvre, on le ferme, on le pétrit, on le sent, on l’aime, on l’annote, on le déchire, on en saute les paragraphes, on en plie les pages, on le délaisse parfois, on le déteste, aussi, mais il est là, il existe, pour nous et pour d’autres.

Ensuite parce que le « jeune » auteur que je suis ne peut oublier la fierté qu’il a éprouvé lorsque fois ses mains ont accueilli le premier exemplaire de son premier ouvrage. L’édition numérique, seule, nous ôte le plaisir du contact avec le lecteur, celui du partage, du petit don de la dédicace, de l’émotion engendrée par la rencontre. Et puis, il faut bien le dire, la crainte d’être copié trotte, qu’on le veuille ou non, dans la tête de nombre d’artistes, même les plus débutants…

Après quelques mois de réflexion, durant lesquels le modeste démarrage de Atine Nenaud (deux ouvrages publiés à ce jour) m’a contraint à examiner de plus près les possibilités offertes par l’édition numérique, je suis arrivé à proposer un « compromis à la belge » aux petits diables lecteur-éditeur-auteur qui dissertaient dans ma tête sur le sujet.

Certes, une tablette ou autre liseuse n’offrira jamais (mais faut-il dire « jamais » ?) la sensualité qu’offre un « vrai » livre, mais qu’offre-t-elle de plus, alors ?

Je laisse les accros louer les gadgets technologiques dont ces appareils sont truffés.

Ce qui m’intéresse, c’est ce en quoi le numérique peut rapprocher le lecteur d’un ouvrage qu’il aurait peut-être ignoré sous une forme « classique ».

C’est ainsi qu’il est aisé désormais de découvrir un auteur en feuilletant via l’internet les premières pages de son roman comme on le ferait dans une librairie, ou d’acquérir pour une somme modeste (voire gratuitement) un récit court (une nouvelle, des poèmes) afin de « sentir » un style, une patte, des débuts prometteurs.

Et si ces préliminaires électroniques encouragent le lecteur à s’offrir un « vrai » livre du même auteur, le numérique aura contribué à nouer un contact qui autrement n’aurait pas existé.

D’autre part, et malgré la politique des prix hauts défendue par les grands éditeurs (jetez un œil sur le prix de quelques best-sellers français de 2011 en format numérique… ils présentent à peine 25% de réduction), la diffusion des ouvrages sous ce format permet de pratiquer des prix bas par rapport à tous les formats « papier », en ce compris les formats de poche.

C’est ce pari que j’ai souhaité prendre.

Après quelques mois de test, Atine Nenaud fournit désormais en format numérique (ePub) :

  • Le recueil de (dix) nouvelles « Des vertes et des pas mûres ». Ce recueil est disponible sur l’iBookStore à moins de 10€ (soit moins de la moitié du prix de l’ouvrage de 332 pages au format royal)
  • Quatre des nouvelles extraites de ce recueil sont disponibles aussi dans le même format pour moins de 5€, juste pour le plaisir de découvrir…

Si vous souhaitez en faire la découverte, n’hésitez pas à suivre le lien vers mon site.

Quant à mon premier roman, « Alvéoles », qui jusqu’à présent ne se décline qu’en format classique, sa  disponibilité en numérique sera prochainement annoncée.


Nombre d’extraits des deux ouvrages sont aussi disponibles sous la forme de billets de blogue sur ce réseau, juste pour le plaisir de la découverte. Je vous invite, si vous ne vous êtes pas encore attardés sur ces textes, à butiner quelques extraits au hasard, et à réagir si le cœur vous en dit.

Et quel que soit votre outil de prédilection… Faites de bonnes lectures !

Bien cordialement,

Pour Atine nenaud,
Eric Descamps

Vues : 126

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gohy Adyne le 24 avril 2012 à 14:35

Bonjour Eric, Je viens de lire, Passage au Numérique, je reviendrai  sur votre site, je le promets.

J'ai une belle soeur,qui est entièrement de votre avis, mon avis importe peu, car je ne suis pas une mordue de la lecture, cela peut paraître bête, mais, je n'ai jamais eu l'occasion de lire, il n'est jamais trop tard, pour bien faire!!

Bonne journée.

Adyne

Commentaire de Liliana Bordoni le 14 février 2012 à 16:20

Je suis très d’accord avec vous:  j’aime beaucoup les livres, le contact du papier, la sensation qu’ils soient, ici, un partie de moi….et lire un livre c'est different -pour moi- que lire sur Internet. Là je cherche, je regarde, je lis des petites pages...

Commentaire de MIM YOU le 7 février 2012 à 19:24

Je vous approuve dans le plaisir de lire un livre, il y a le pliasir de le toucher, de tourner les pages, c'est trés important, et après de  l'avoir dans sa bibliothèque

Cordialement

Micheline

Commentaire de Eric Descamps le 7 février 2012 à 18:59
J'avoue que je suis moins allergique à l'electronique qu'avant... Mais j'aime tant tourner les pages!
Commentaire de jdann tyssier le 7 février 2012 à 18:27

c'est vrai que lire sur internet est facile

malgré tout, pour moi, rien ne remplace le livre, l'odeur du papier, de l'encre et le plaisir de tourner les pages

mais c'est vrai  que c'est par le net que j'ai découvert vos écrits

merci

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2022   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation