Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Elle se lève avant l’aurore dans le but avouable de soigner les patients à domicile.

La radio et la télé résonnent de sombres nouvelles et pourtant, seule, elle affronte routes et chemins pour une simple raison : soigner les autres.

De maison en maison, elle apporte un peu de sourires, de présence de soulagement. Cependant, alors que l’endémie progresse, malgré toutes les précautions d’hygiène et de protection, je sais qu’il suffirait de peu de chose pour que la maladie s’invite. Elle le sait, j’en suis conscient et pourtant, sans nier l’évidence, elle n’abandonnera pas, c’est son travail, c’est son devoir, c’est le choix de soulager les autres. Je ne l’en empêcherai pas, qui suis-je pour le faire ?

Je n’ai que quelques mots à lui confier au début de chaque journée, de chaque tournée : sois prudente, prends soin de toi.  Pour toute réponse son rire résonne autour de la table du petit déjeuner. Ce petit morceau de joie est sa façon de faire de la résistance.

Mais son repos est de courte durée.  Elle part rejoindre la première ligne, celle que l’on oublie parfois, que l’on oublie souvent. « Ne t’inquiète pas, je me protège car c’est important de protéger les autres » (Les autres sont plus importants que sa personne, sacré leçon pour que brille l'humanité)

En se retournant un peu, elle part malgré son épuisement. Personne ne se présente pour la remplacer. C’est son combat et malgré les quelques minutes de repos qu’elle s’offre à l’heure du déjeuner, le téléphone résonne en écho régulier. Par la fenêtre je la regarde s’éloigner. Elle offre l’image d’une sorte de mirage s’étiolant en raison du brouillard.  Il n’y a pas de brouillard, juste une angoisse qui vibre et que l’on étouffe pour ne pas faire germer la peur de vivre tout simplement.  Elle porte une petite valise contenant sa pratique. Un simple objet rouge qui prolonge son bras en signe d’urgence, en étendard glorieux qui me fait un peu trembler. Oui, telle que beaucoup d’autres, cette femme porte l’espoir sans faire de vague, sans faire de bruit.


La femme de ma vie est une héroïne, c'est l'une des raisons qui m'a poussé à plus de discrétion

Philippe De Riemaecker.

 

Vues : 19

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 21 mars 2020 à 15:09

Vous m'arrachez les larmes.

Je n'ai pas de mots.

Les vôtres sont des mots d'amour.

Espérons que dorénavant, et lorsque la paix sera retrouvée, ces héroïnes et héros bénéficieront de toute la considération et de tous les moyens qui leur ont fait défaut jusque là.

Les choix politiques en sont responsables.

Merci à vous pour ce très beau texte.

Commentaire de Anne Marie REMONGIN le 21 mars 2020 à 13:37

Bonjour Philippe, quel bel hommage à votre épouse infirmière et à travers elle, à tous ceux et celles qui sont

sur le "front" en ce moment.Ma belle- fille et ma petite- fille de 22 ans en sont et je leur dis Bravo à tous et à toutes

pour ce don de soi, cet altruisme qui s'est perdu autour  de nous dans cette vie de fous que nous menions sans

frein aucun. Encore Bravo et félicitations pour ce partage magnifique. Cordialement. AM

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation