Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Décrire le Grand Canyon, c’est décrire la terre comme un endroit venu d’une autre planète. La terre qui inspire l’esprit et le laisse sans mots. Une fascination incroyable pour ce lieu unique. Des kilomètres de faille, de pic, de mont, de pierre, de caillou. Un jeu de lumière où le soleil joue avec l’ombre et transforme à chaque instant le paysage. Le Fleuve Colorado qui serpente, transforme encore et toujours le panorama de cette contrée extravagante. C’est d’une incroyable beauté par son immensité, son calme, sa sérénité.  Voilà bien un endroit où l’homme garde sa dimension et il serait bien arrogant de penser qu’il est supérieur à cette magnifique nature.

Mais l’homme a néanmoins besoin de se prouver qu’il est également puissant et il a créé le lac Powell d’une dimension insensée lui aussi. Retenir ainsi l’eau, pour en faire une réserve dans ces failles, ces canyons où la vie paraissait disparaître, amène à penser que malgré tout, la nature veut parfois se laisser gouverner par l’esprit de l’homme.

Monument Valley, installé au milieu de ces terres rouges est grandiose. Des vallées courent à perte de vue, où trônent ces magnifiques montagnes déposées par la nature comme des cadeaux. Elles  gardent la mémoire des siècles et des premiers arrivants. Rouges, les peaux rouges, les indiens, dignes descendant de ces premiers américains ont le privilège de vivre là aux pieds de ces montagnes sacrées.

Bryce canyon, encore un endroit merveilleux à décrire où sur des kms surgissent des cheminées de feu. Serrées, ces pics jouent des mouvements de vagues. De la plus petite à la plus grande coule la lumière, l’ocre clair, le jaune et l’or. Le soleil les balaye et les rend semblable à de la dentelle. Elles brillent, scintillent.  C’est fabuleux.  Qui peut rester insensible à une telle beauté.

Zion, dans l’Utah révèle la musique de l’eau qui descend des montagnes. Des cascades, des chutes égayent de partout cette vallée verte où la nature est devenue un sanctuaire et garde jalouse les fleurs, les arbres et les animaux.

Pour parfaire la beauté de cette nature,  les sequoia géants sont des arbres qui ne sont pas exploitables. Les écorces, épaisses et protectrices les sauvent des accidents de la nature. L’homme n’a pas essayé de les apprivoiser en les transformant et a fini par les laisser intacts et tranquilles.

L’Amérique des grands parcs, fiers et respectés nous laisse un sentiment d’émerveillement comme à des petits enfants.

Vues : 84

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Josette Gobert le 3 octobre 2014 à 21:42

Merci Marie-Josèphe pour ton passage

Commentaire de Marie-Josèphe BOURGAU le 1 octobre 2014 à 21:12

quel beau reportage Josette ! merci pour nous

Commentaire de Josette Gobert le 1 octobre 2014 à 12:14

oui Michel mais il y a des sites comme nulle part à ailleurs et c'est grandiose. Las vegas vaut le coup d'oeil.

 

Commentaire de Lansardière Michel le 1 octobre 2014 à 10:20

Oui, mais du Colorado, à l'embouchure plus une goutte d'eau. Vegas, la "cité du péché", a raflé la mise...

Commentaire de Josette Gobert le 30 septembre 2014 à 7:42

Merci Adyne pour le commentaire. un superbe voyage chez l'oncle Sam.

Bonne journée

Amtiés

Josette

Commentaire de Gohy Adyne le 29 septembre 2014 à 21:19

Un magnifique voyage, merci de nous en faire profiter par ce récit.

Bonne soirée.

Amitiés.

Adyne

Commentaire de Josette Gobert le 29 septembre 2014 à 19:29

Merci Nicole. Un beau voyage et  une montagne de souvenirs.

Josette

Commentaire de Nicole Duvivier le 29 septembre 2014 à 17:09

Merci du partage expressif de tes souvenirs de voyage, Josette ! Cordialement, Nicole

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation