Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Le peintre expressioniste Constant Permeke , rétrospective @ BOZAR

Vous avez sans doute vu les affiches. Il vous reste deux bonnes semaines pour aller voir la magnifique rétrospective de Constant Permeke au palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Cette exposition réunissant quelque 130 œuvres a été  organisée à l’occasion du 60e anniversaire de sa mort  et se tiendra aux Beaux-Arts jusqu’au 20 janvier.

Chef de file des  peintres expressionnistes flamands,  Constant Permeke s’intéresse à l’humain (« het menselijke »), aux petites gens, aux travailleurs de la terre et à ceux de la mer. La matière épaisse et la palette sombre soulignent leur condition  de vie douloureuse. Permeke inaugure une nouvelle façon de regarder le peuple, refuse les règles et se veut avant tout l i b r e. Il travaille sa « Marine » avec d’énormes brosses gorgées de couleurs terre avec une énergie folle : l’homme est aux prises avec les éléments qui le meurtrissent.

Voici « Marietje » (sa femme Marie Delaere) vue de dos avec châle, pour l’anonymat,  peinte en 1907 à Gand dans une tradition encore impressionniste. Une femme qui deviendra un archétype humain. La grossesse est toujours une source d’angoisse dans les campagnes…  Toute sa vie, ce peintre  volcanique  armé de brosses et de matière picturale lourde comme de la lave peindra la femme avec générosité. Son inspiration, Marietje, était une délicate dentelière qui lui donna six enfants dont quatre survécurent.  Les émotions du peintre se pétrifient soudain dans le béton et revoilà Marietje symbolisant la fécondité. Permeke fuit l’anecdotique, aime déformer les corps de ses personnages monumentaux. C’est l’émotion qui le pousse dans l’exagération picturale.  Il aime  leur donner des traits rudes, des épaules carrées et des mains démesurées. Il  les faire bouger ou les cloue sur la glèbe avec des pieds de géants. Il dit peindre « ce qu’il croit avoir vu.» Il n’a cure de l’érotisme de l’expressionisme allemand et ne veut rien prouver.

 L’exposition suit  donc le peintre, l’évolution de son style au rythme des lieux où il séjourne : Ostende, sa ville natale, Gand où il rencontre ses amis Frits Van den Berghe, les frères Gust et Léon De Smet. Puis c’est la communauté d’artistes de  Laethem-Saint-Martin jusqu’en 1912. Puis  l’Angleterre où il est envoyé pour soigner sa blessure de guerre au siège d’Anvers et où il séjourne 3 ans. Naissent trois enfants. Il découvre Turner, il  peint la Moisson dans le Devonshire. Marin le jour pour nourrir sa famille, il peint le soir. Retour  au plat  pays qui est le sien en 1919. Il a vendu « Les deux frères marins » et le voilà à  Jabbeke où il se fait construire une maison et un atelier, transformés en Musée provincial Constant Permeke en 1959.

Regardez cette famille autour de la table au bout d’une journée harassante et le drame de la mort prochaine du 4e enfant. Voici l’homme à table sous la suspension qui  lit le journal à la famille « A propos de Permeke » (« Over Permeke »)  Une pointe  d’humour, c’est de lui que parle le journal ! Une pointe de cubisme semble intensifier l’émotion. Une pointe d’espoir : le nœud vert dans les cheveux de la petite fille et la lumière sur son visage et dans son regard intense ! Mais  voyez plutôt ce pêcheur qui continue à avancer. La force vitale de la main et du panier est saisissante.  Plus loin, vous avez « Le mangeur de bouillie » ( « De papeter »). Les personnages sont déformés par le primitivisme et la fatigue mais, miracle, il y a de la lumière intérieure qui se dégage. C’est le chant du terroir: les soins aux bestiaux, les repas rustiques des gens simples , les promenades des dimanches où l'on s'ennuie, les retours de vêpres, la kermesse…

Puis il y aura cette sixième grossesse de Marietje. Le blanc c’est la mort. La toile Maternité (avec enfant blanc, 1929) montre un corps disloqué  par le malheur.  C’est le drame, mais pas la désespérance. Voyez le cheval du cabriolet, il est d’un jaune solaire. On sert le café. Souvenir de Van Dijk, le chien sous la table est le symbole de la fidélité conjugale.  En 1927,  il peint cette extraordinaire « Roulotte » de gitans qui vivent de façon libre et primitive. Le père et l’enfant s’arc-boutent pour empêcher la roulotte de s’enliser. Le jaune lumineux est vibrant d'énergie.

En 1936  Permeke se consacre avec fougue à une  commande de 100 paysages. Le peintre se fait aider de ses fils… « De ene boer is beter dan den Anderen ! » Humour à la James Ensor dans ce tableau satyrique du nouveau riche. Furieux contre la critique il troque le pinceau pour travailler, avec une force monumentale comme il se doit, l’argile, le plâtre et le béton au ciseau. Son style est vigoureux mais il invite au rêve avec une Belle au bois dormant, toute douceur. Regardez le dessin préparatoire de Niobé, sa sculpture la  plus célèbre, le corps féminin  forme une longue vague sensuelle. On pourrait comparer ces sculptures avec celles de  Maillol.

Las ! La deuxième guerre mondiale fait des Polders une zone interdite. Il se retire à Bruxelles. Ses fils de nationalité anglaise sont dénoncés et emprisonnés. Son art est taxé de « dégénéré » (Entartete Kunst) sous le régime nazi. Une exposition rétrospective de ses œuvres se tient à Paris en 1947-48. Son fils Paul est revenu des camps de travail. Bonheur éphémère,  Marietje est atteinte d’un cancer. Il s’en occupe mais n’échappe pas à la dépression. Il lui fait un dernier A dieu noir et blanc, en 1948. Un tableau émouvant où la mort est encore et toujours, blanche comme de la craie.  

«Le pain quotidien, Het dagelijkse brood», peint en 1950, exprime la grâce lumineuse du partage dans la détresse la plus profonde.  En 1951  il est envoyé par son ami Devlaeminck  à Pont-Aven avec son fils Paul. Ils achètent des cartes postales et de retour Permeke peint des paysages bretons de mémoire. Constant Permeke mourra le 4 janvier 1952 et sera enterré quatre jours après aux côtés de sa femme au cimetière de Jabbeke.

Le palais des beaux-Arts de Bruxelles  a l’intention de faire circuler cette exposition impressionnante et pour souligner sa pertinence dans notre monde contemporain a tenu à y adjoindre quelques œuvres monumentales paysagères de Thierry De Cordier et des nus de Marlene Dumas.

http://www.bozar.be/activity.php?id=12489

Vues : 3944

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Florent Prudent le 24 février 2013 à 13:21

Belle présentation !

Ca fait toujours plaisir de découvrir un "nouvel-ancien" artiste et j'ai hâte d'en découvrir encore plus sur lui.

Commentaire de Deashelle le 2 janvier 2013 à 23:02
Commentaire de Deashelle le 30 décembre 2012 à 22:00

Cette toile que l'on a de la peine à contempler:

Commentaire de Deashelle le 30 décembre 2012 à 21:48
Commentaire de Deashelle le 30 décembre 2012 à 21:47
Commentaire de Deashelle le 30 décembre 2012 à 21:45
Commentaire de Deashelle le 30 décembre 2012 à 21:38

Commissaire : Willy Van den Bussche


Willy Van den Bussche, Constant Permeke, Fonds Mercator/BozarBooks 2012, 205 p., 39,95 €. ISBN : 978 90 6153 845 5


Informations pratiques : Palais des Beaux-Arts, 23 rue Ravenstein, 1000 Bruxelles. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, jusqu’à 21h le jeudi. Tarif : 11 € (réduits : de 4 à 9 €).

Commentaire de Deashelle le 30 décembre 2012 à 21:23
Constant Permeke, Marietje vue de dos avec châle, 1907 © SABAM 2012
Constant Permeke, Maternité, 1936 Collection MuZEE, Danny de Kievith, Oostende, © SABAM 2012.
Constant Permeke, Sur Permeke, 1922, Collection MuZEE, Oostende © SABAM 2012
Constant Permeke, Femme de pêcheur (détail) – catalogue du Musée des Beaux-Arts d'Anvers
Constant Permeke, Le cabriolet 1927 Collection privée © SABAM 2012
Constant Permeke, La roulotte 1927, collection paticulière © SABAM 2012
Constant Permeke, Le pain quotidien, 1950 Collection MuZEE, © SABAM 2012.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation