Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

De retour de vacances, un manque cruel se fait sentir...on est belge ou on ne l'est pas, mais il y a plus que cela.

Le chocolat Côte d'Or, c'est mon enfance, mes parents, le petit déjeuner sur la table de la cuisine avec le vrai pain du vrai boulanger, le lait de la ferme en face, le bon beurre bien jaune, l'odeur du chocolat fondu sur la taque de la cuisinière à charbon, ma mère en tablier, on n'était pas riche, mais on était heureux, et ce chocolat, c'était notre luxe à nous.

Et chaque bouchée, encore, me le rappelle....

Et si tout a changé, que la mondialisation est passée par là, que le charbon a disparu, ainsi que le vrai lait et le vrai pain, que mon enfance s'est envolée, les jours heureux sont à jamais gravés dans ma mémoire. Ils ont fait de moi ce que je suis, et ce que j'ai transmis à mes enfants, le lien du chocolat en fait partie et ils se souviennent tout comme moi de ces saveurs de l'enfance chez leurs grands-parents.

Nostalgie, quand tu nous tiens...

Vues : 183

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 22 décembre 2019 à 15:43

Hihi ! Profites-en bien Jacqueline !!!

Commentaire de De Ro jacqueline le 22 décembre 2019 à 15:41

Encore et encore et toujours ce chocolat. Nous venons de recevoir un ballotin de Corné Port Royal. L'horreur il se vide..et les kgs s'insallent.


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 21 décembre 2019 à 18:07

Ah que ce goût du chocolat ne nous quitte jamais ! 

Tant pis Jacqueline si un petit bouton de gourmande surgit, un petit morceau bien noir sucé en cachette vaut tous les péchés du monde.

Et vive les octos ;)

Bisous !

Commentaire de De Ro jacqueline le 27 septembre 2019 à 17:31

Et bien voilà que bien tardivement, j'ouvre cette page magique sur le chocolat tant désiré et tant haï par mon foie.Chaque jour qui passe, un petit ...tout petit...morceau de Galler caché dans le frigo et qui pour l'instant me donne des boutons. Aie ! Faut  pas gratter en sus. Que faire devant cette charmante gourmandise ? Mon médecin me dit que cela calme...moi personnellement, il me rend agressive..l'horreur. Donc, je dois me priver pour retrouver calme et gentillesse. Pendant la guerre, je me souviens gâtée par nos parents, notre 4 heures était un morceau de Victoria avec la tartine. On ne se rendait pas compte de cet extra. C'est avec l'âge que l'on apprend combien ont été pénibles ces années pour beaucoup. Amitiés d'une octo… amitiés

Commentaire de ROGER Jacky le 10 août 2019 à 15:58

Bonjour Liliane 

J'apprécie les tablettes Lindt pur cacao à 99 % , je n'ai pas le choix avec le diabète , moi qui était gourmand .Et je me contente de navettes marseillaises dures comme du bois , sèches et peu sucrées ...Dans le passé les navigateurs les emportaient car elles se conserves plus de 1 an , sans limite je pense .

A la fin de la guerre , dans les années 40 , nous allions chez un oncle dans les Ardennes , il nous emmenait en Belgique acheter du chocolat blanc que nous ne connaissions pas ...Il y avait eu tant de privations dès 40 …..Amitiés ….Je ne peins presque plus , fatigue , vue ….Et mon brave Dr Alzheimer qui me pourrit la vie avec Rose ….Jacky .


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 9 août 2019 à 14:17

Cher Gilbert, quel plaisir de vous lire à nouveau, avec ce témoignage inattendu, car je ne savais pas que le chocolat était tant convoité par les frontaliers, à l'époque ! 

C'était un vrai luxe, nous en avons grâce à votre témoignage, la confirmation.

Mes amitiés,

Liliane

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 9 août 2019 à 11:45

Qui n'allait pas acheter son " Côte d'Or " à la frontière dans les années 60 ?  Le tabac aussi. Ces magasins aux senteurs exotiques mêlées à la frontière de Quiévrain ne sont plus que des fantômes du passé. Ca grouillait de partout. Les douaniers fouillaient les frontaliers. Les femmes étaient fouillées dans un local à part - par une femme bien sûr ! ) car elles cachaient ces produits de contrebande dans leur soutien-gorge ou leur culotte. Bref c'était le bon temps Pas pour celles et ceux qui se faisaient piéger bien sûr !. Le " Côte d'Or " comme le Banania, le Nutella, Le Jeff de Bruges... sont dans toutes les galeries et les hyper du monde entier. ce qui nous rappelle à chaque bouchée le bonheur de l'enfance. et la richesse d'un bout de chocolat pour Noël.Merci pour cette belle évocation.
Amitiés,gilbert.

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 8 août 2019 à 17:18

La gourmandise est un si joli défaut! J'adhère!


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 8 août 2019 à 15:35

Bon appétit Zoé ;)

Commentaire de Zoé Valy le 8 août 2019 à 15:33

Par contre, le chocolat brûlé je l'avais oublié.  Maintenant le souvenir me reviens ... Merci Jacqueline. Là dessus je mange un morceau de chocolat ! et c'est vrai ....

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation