Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

En longeant l'infini rivage
Du majestueux Saint-Laurent,
Où se reflètent les nuages,
Je me sens vivre intensément.

Si soudain m'arrivent des mots,
J'écoute ce qu'ils me proposent.
Je peux méditer au repos,
Je m'installe et fais une pause.

Je n'écarte certes jamais
Le plaisir d'écrire un poème.
En des vers sincères, je mets
Des émois bien souvent les mêmes.

Or suis surprise chaque fois.
La forme fait la différence,
Tout autant que des mots le choix.
Ils ont une grande importance.

Sans dépaysement réel,
J'accède à de troublants espaces.
Ils demeureront éternels.
J'essaie d'en révéler les grâces.

15 avril 2016

Vues : 116

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Suzanne Walther-Siksou le 20 avril 2016 à 20:39

Cher Gil
Je vous remercie de m'avoir fait partager votre soliloque sur l'expression poétique. Je vous avoue que j'écris toujours spontanément, en quelques minutes, pour garder la trace d'un émoi.
Ma poésie est naïve. Tout ce que j'ai écrit constitue un journal poétique que j'ai intitulé
«Vent de Vie» Il est empli de photos.
Je vous souhaite une agréable fin de journée.
Suzanne

Commentaire de Gil Def le 18 avril 2016 à 10:27

Bonjour Suzanne

Ce qui peut faire changer l’expression poétique, la refermer sur elle-même ou l’ouvrir, ne tient pas à mon sens au seul choix que l’on fait des mots et de la forme pour s’exprimer … Je pense qu’il faut envisager qu’il y a le réel objectif, le réel subjectif ou ressenti du réel et l’expression poétique …

Première considération : Le réel n’est pas une chose figée et vous conviendrez aisément je pense que votre cher Saint-Laurent est objectivement bien différent de sa source à son estuaire, selon les saisons, les jours, les nuits, selon les gens et même si vous l’observez cent fois au même endroit, il sera un contenu cent fois différents, pourra faire cent poèmes différents et viendront des mots comme vous le dites à la seconde strophe, s’imposeront des mots, des images, et même des registres de langage, qui différeront d’un poème à un autre. Je pourrais évoquer aussi la question du champ de son observation, qui peut être large ou centré, d’un seul plan, d’un seul temps ou de plusieurs, qui peut mobiliser ou pas plus que le regard, plus que les sens, et tout ça faisant des contenus différents.  

Seconde considération … Face à toute chose intervient notre sensibilité, notre humeur, notre état d’âme du moment, c’est flagrant dès la première strophe de votre texte. Il est toujours difficile de savoir si cela va porter le monde réel à être conforme à notre gaîté, notre tristesse ou tout autre sentiment ou si au contraire ce monde réel va nous amener à autre chose ou en un autre espace-temps comme vous l’évoquez à la dernière strophe ou si va s’installer une espèce de dialogue entre un endroit qu’on aime visiter et ses propres préoccupations, ses besoins, ses désirs, ses prières … Il faudrait envisager aussi ce qui se passe en un endroit connu et un endroit nouveau, découvert par hasard ou pas …

Tout cela intervient à mon sens dans ce qu’on peut dire ou écrire après avoir visité un endroit, et même dans l’envie ou pas de le faire et de transmettre ce qu’on a observé et ressenti. Je pense d’ailleurs que dans l’expression poétique il y a souvent bien plus de choses qui s’imposent quand nous pensons les trouver, les choisir, et adapter de la meilleure des façons le contenant au contenu, exigence fort louable au demeurant et dont vous avez grand souci pour chaque cadeau poétique que vous faites aux lecteurs.  

Ceci étant dit, je comprends tout à fait qu’il y ait des lieux qui inspirent tant, et nous parlent tant. Ce n’est pas un hasard si pour beaucoup, c’est le milieu liquide, ce sont les mers, les océans, les fleuves, les rivières. Nous sommes tous nés d’un milieu liquide, nous sommes tous constitués de beaucoup d’eau, l’eau est un besoin vital pour tout être humain, pour toute entité vivante.  Mais peut être bien qu’il faudrait le rappeler à beaucoup… Longue vie à votre cher Saint-Laurent, et à tout ce qu’il vous apporte et à tous les résidents du Canada …

 

Bonne journée. Amitiés. Gil    

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation