Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

"Le Cid" dans une dramaturgie d'avant-garde de Dominique Serron, au théâtre des Martyrs jusqu'au 7 décembre 2013

Rodrigue et Chimène : deux êtres épris l’un de l’autre  qui seront grillés à petit feu sur l’autel de la gloire et du devoir. Rodrigue va-t-il laver l’affront fait à son père et tuer le père de Chimène ?  Il choisit la  solution héroïque qui lui conserve l’admiration de sa Chimène mais  il s’empêche ainsi de l’épouser à jamais. La barbarie du système de l’honneur du clan force Chimène à demander vengeance et à faire  immoler le seul homme qu’elle aime. L’Infante, secrètement amoureuse de Rodrigue, elle aussi, s’est pliée à la règle des convenances et ne s’est pas autorisée à aimer plus bas qu’elle! Elle a donc « offert » Rodrigue (Laurent Capelluto) à Chimène (Laure Voglaire).  Les rebondissements imprévus rendent un espoir insensé à L’Infante (une très  impressionnante France Bastoen) qui est à nouveau tourmentée  par  la folie d’amour… jusqu’à cette scène inoubliable d’extase en solo.  En ce qui concerne Chimène - victime de  l’orgueil de son clan et de  ses principes inébranlables - elle est prisonnière de son devoir et la préservation d'une image de perfection se met en travers de l’amour avec une constance effroyable. Seul un  roi avisé pourra changer la loi, défaire les codes barbares et faire retrouver Raison … et Amour.

Modernité. Qui  de s’échauffer, qui  de se rafraîchir, de se précipiter en retard, une rose ou un sachet de provisions à la main : dès le  début du spectacle, le spectateur se trouve confronté à un long prélude muet d’allées et venues des comédiens qui se préparent au tournoi verbal.  Dominique Serron, la metteuse en scène ne recherche nullement l’illusion théâtrale, elle  a choisi de privilégier l’énergie  créatrice de chacun, le corps et la parole pour exprimer la violence des sentiments emprisonnés dans le texte de Corneille.  Ni décor historiciste, ni  même de sage neutralité avec un plateau nu et épuré. Le pourtour du plateau est encombré par le matériel quotidien utilisé par les comédiens lors des répétititions:  de la table de repassage, à la carafe d'eau fraîche pour se désaltérer. Ils se changent, se maquillent, se sustentent, s’ébrouent, se retrouvent le texte à la main.

Intensité. Et puis tout d’un coup on assiste au jaillissement du jeu dramatique qui fait fuser l’émotion.  Le spectateur est auditeur libre d’une répétition,  d’une réelle séance de travail, que l'on peut imaginer évolutive. Déjà que les personnages ne sont pas interprétés par les mêmes comédiens tous les jours!    Donc le seul point d’appui  où se construit peu à peu le spectacle est cet environnement naturel dans lequel baigne le comédien, un envers de décor invisible ou imaginaire. L’énergie du texte de Corneille se libère à mesure. Comme s’il s’agissait d’un concert dont on ne possède plus les instruments anciens, les comédiens ont pour tâche de trouver au fond d’eux-mêmes l’authenticité du texte. La troupe est un faisceau d’énergies  portées par le rythme parfait de l’alexandrin. Cette  caravelle qui vous embarque dans l’ivresse de la langue. Voilà un centrage sur la parole et le corps sans aucune autre distraction.

Authenticité. Alors le lyrisme devient viscéral. Les coups de talons fâchés et cadencés, les gestes ibériques millénaires se réveillent et le flamenco est au rendez-vous. Le corps prépare le jaillissement de la parole.  Ces parties dansées sont des  moments intenses de ressourcement et des  moments de concentration et  d’unisson extraordinaire, chaises à l'appui!  Comme pour reprendre après ces respirations rythmiques  le texte avec plus de vérité encore.  Il y a  ce tango particulier où chacun est face à une  chaise de bois. La dure réalité ? Le sol du plateau rugit sous le questionnement, sous la douleur de la décision impossible. C’est le drame du choix impossible. C’est un  aller-retour dans l’introspection: entre la vie et la mort, entre la vengeance et l’amour. Ainsi s’allume le feu dramatique qui dévore chacun des  personnages et qui gagne peu à peu le spectateur pris dans les flammes vives de la création artistique.

Le drame est  incandescent,  vécu par chacun avec vérité absolue. Voici le cast de comédiens  fascinants qui a fait vibrer la salle entière le mardi 12novembre, jour de la première : Laure Voglaire, Laurent Capelluto ; France Bastoen, Patrick Brüll, Daphné D’Heur, Vincent Huertas, Julien Lemonnier, Luc Van Grunderbeeck. Faut-il souligner que nous avons été charmés de retrouver le duo Laure Voglaire, Laurent Capelluto (qui jouait avec tant de sensibilité dans les "1001nuits" récemment au théâtre du Parc) et que nous avons été séduits par le jeu plein d’intelligence et de finesse de Daphné d’Heur dans le rôle d'Elvire, la suivante?

 

 

http://www.theatredesmartyrs.be/pages%20-%20saison/grande-salle/pie...

 Huit partitions jouées par une équipe de onze comédiens :

Rodrigue : Laurent Capelluto ou Fabrizio Rongione
Chimène 
: France Bastoen, Alexia Depicker ou Laure Voglaire
L’Infante
 : France Bastoen ou Daphné D’Heur
Le Roi
 et Don Gomès : Patrick Brüll ou François Langlois
Don Diègue
 : Luc Van Grunderbeeck
Don Sanche
 : Vincent Huertas ou Julien Lemonnier
Don Arias
 : Vincent Huertas ou Julien Lemonnier
La suivante
 : Daphné D’Heur, Alexia Depicker ou Laure Voglaire

 

En savoir beaucoup plus : http://infinitheatre.be/

 

 

 

Vues : 1189

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 30 septembre 2019 à 12:42

http://www.plaisirdoffrir.be/theatre/rechercheArtiste.php Les spectacles de Dominique Serron

En 2019, dans l’atmosphère chaleureuse du Chapiteau des Baladins du Miroir, 15 artistes donnent vie à l’œuvre magnifique de Garcia Lorca.


19 septembre au 1er octobre 2019
Sous chapiteau (à l’angle du Boulevard Baudouin Ier et de l’Avenue Albert Einstein)

--
d’après l'œuvre de Federico Garcia Lorca - Adaptation et mise en scène : Dominique Serron - Avec (en alternance) : Irène Berruyer / Léonard Berthet-Rivière / Andréas Christou / Stéphanie Coppé / Elfée Dursen / Monique Gelders / Aurélie Goudaer / Florence Guillaume / François Houart / Geneviève Knoops / Sophie Lajoie / Léa Le Fell / Gaspar Leclère / Diego Lopez Saez / David Matarasso / Virginie Pierre / Géraldine Schalenborgh / Léopold Terlinden / Juliette Tracewski / Julien Vanbreuseghem / Coline Zimmer (Sous réserve de modification. Voir www.atjv.be)
Photo © A. El Asri
Où :
Chapiteau Des Baladins du Miroir
Boulevard Baudouin Ier
1340 Louvain-La-Neuve
Téléphone :
0800/25 325 - Réservation préférable
Tarif :
10 à 22€
Public :
à partir de 12 ans
Internet :
https://atjv.be/Desir-Terre-et-Sang
Mardi: de 20:30 à 23:59
Mercredi: de 20:30 à 23:59
Jeudi: de 19:30 à 23:59
Vendredi: de 20:30 à 23:59
Samedi: de 19:00 à 23:59
Dimanche: de 16:00 à 23:59

Du 19 septembre au 1er octobre 2019

Commentaire de Deashelle le 12 décembre 2013 à 17:51

Scènes Belle tonicité pour le drame cornélien vu par Dominique Serron.

Sans doute fallait-il la patte de Dominique Serron pour livrer un Cid choral d’une telle tonicité. Amoureuse des classiques qu’elle aime actualiser (on se souvient de son “Roméo et Juliette” virevoltant), la metteure en scène s’attaque une fois encore à un monstre sacré, “Le Cid” de Corneille dont les vers résonnent plus de deux heures durant sans que l’on voie les alexandrins passer. Sur scène, le dénuement. Point de décor mais bien deux tréteaux, côté cour et jardin, contenant des accessoires dont les comédiens, affichés comme tels, se serviront au fil du drame. Ils croqueront aussi à pleines dents les pommes ou raisins mis à leur disposition, comme dans les loges. C’est là, également, qu’ils admireront les scènes dont ils deviennent spectateurs avant d’endosser leur costume. Le procédé, certes, n’est pas neuf mais il n’en reste pas moins d’une pertinente efficacité.

À l’issue d’une représentation chaleureusement saluée par le public, on regrette à nouveau que la subvention accordée à L’Infini Théâtre par les pouvoirs publics soit réduite de moitié en 2014. Une perte pour le paysage dramatique belge car, du talent, il en faut pour monter “Le Cid” avec autant d’audace et d’humour, une prise de risque qui pourrait basculer dans le burlesque et qui reste d’une belle justesse. Telles ces chorégraphies hispanisantes évoquant le royaume de Castille où se déroule le drame et la réelle physicalité des comédiens dont le jeu séduit et convainc.

Un Rodrigue puissant

Combien, pourtant, de Chimène avant Laure Voglaire (en alternance avec Alexia Depicker), et de Rodrigue avant Fabrizio Rongione (ou Laurent Capelluto), qui tirent remarquablement leur épingle du jeu, entre drame, souvent, et drôlerie parfois, touchants, émouvants même en évitant l’emphase mais en tenant malgré tout le public en haleine ?

D’une belle profondeur, Fabrizio Rongione est un Rodrigue d’une puissante sobriété, et très séduisant, lui qui doit venger son père offensé et perdre une maîtresse dont le père est l’offenseur. Il ira au front, conscient qu’“ à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire”. On comprend qu’il n’ait d’yeux que pour Chimène, fraîche, maligne et déchirée du premier au dernier vers. Daphné D’Heur incarne, elle, une Elvire pleine de bonhomie et Luc Van Grunderbeeck, Don Diègue d’une belle maturité, nuance à propos sa partition.

Et si, de part et d’autre, quelques vers sont parfois ravalés, la langue de Corneille n’en est pas moins admirablement servie, traduisant cette rage, ce désespoir, cette vieillesse ennemie… On connaît la suite. Qui mérite assurément d’être revue aux Martyrs. Puisse le succès de ce spectacle influer, encore, sur la décision des pouvoirs publics…

LA LIBRE http://www.lalibre.be/culture/scenes/un-cid-choral-52946b933570b69f...

Commentaire de Deashelle le 19 novembre 2013 à 10:45

Le plaisir d'offrir, extrait de la critique:

Dominique Serron et l’Infini Théâtre sont souvent promesse alléchante de grand classique soigneusement dépoussiéré, amoureusement revisité, respectueusement modernisé, délicatement adapté et proposé notamment à nos jeunes et au public scolaire.
Le Cid de Corneille, une des étoiles au panthéon des chefs-d’œuvre, nous séduira-t-il tout autant que Le jeu de
l’amour et du Hasard
ou La Princesse Turandot ?
Un plateau de théâtre avec son réfrigérateur, sa table, sa planche à repasser, ses chaises, ses porte-habits, des vêtements qui pendent de-ci de-là, d’arrivée tardive en essayage (Décor et costumes de Christine
Mobers), nous sommes bien loin de Séville et du royaume de Castille.
Et pourtant …Les brochures encore à la main, histoire de veiller au bon respect du texte, certains observent, d’autres boivent, se changent, se maquillent, se reposent, répètent des pas de danse, se détendent entre les scènes.
Le Cid, vraiment ?Jeu dans le jeu, action dans l’action, cette mise en abyme, en apparence si légère, souffle un agréable vent de fraîcheur et de légèreté. Musique, danses espagnoles, costumes mixant contemporain et
d’époque, Dominique Serron a opté pour un travail très corporel, visuel. Les comédiens sont aussi danseurs, habilleurs, presque mimes parfois. Ballet de corps, regards qui vrillent ou captivent, gestes amplifiés
ou magnifiés, Le Cid est là entier, vivant, vibrant, fougueux, sanguin. (Muriel Hublet)

Commentaire de Deashelle le 16 novembre 2013 à 12:50

Siempre que te pregunto Je te demande toujours Que, cuándo, cómo y dónde Où, comment et quand Tú siempre me respondes Tu me dis toujours Quizás, quizás, quizás Peut-être, peut-être, peut-être

[Verse 1] : [Couplet 1] : Y así pasan los días Les jours s'écoulent aisni Y yo, desesperando Et je désespère Y tú, tú contestando Et toi, toi tu réponds toujours Quizás, quizás, quizás Peut-être, peut-être, peut-être

[Verse 2] : [Couplet 2] : Estás perdiendo el tiempo Tu gaspilles le temps Pensando, pensando En pensant, pensant Por lo que más tú quieras A ce que tu veux en plus Hasta cuándo ? Hasta cuándo ? Jusqu'à quand ? Jusqu'à quand ?

Commentaire de Deashelle le 16 novembre 2013 à 12:46

Commentaire de marcelle dumont le 14 novembre 2013 à 16:38

Formidable votre évocation du Cid, ainsi rajeuni. Je me souviens pour ma part de l'interprétation de Gérard Philippe. Ca fait un bail! Mais les chef-d'oeuvre sont faits pour flamber toujours.

Intéressant de lire la critique de Michèle Friche, après votre billet. Quel beau duo de sensibilité féminine, pour des louanges en stéréo...

Commentaire de Deashelle le 14 novembre 2013 à 13:16

Commentaire de Deashelle le 14 novembre 2013 à 11:44

L'article deMichèle Friche dans Le Soir

Le classique des classiques, dont les spectateurs soufflent les répliques aux comédiens, ce Cid de Corneille, inusable, au surnom de « seigneur » gagné par Rodrigue après sa victoire sur les Maures dans cette guerre qui arrangeait bien le roi d'Espagne, mais qui servait aussi à masquer que ce jeune homme presque malgré lui, avait tué le père de Chimène, son amoureuse, pour défendre l'honneur de son père à lui ! Le Cid, pierre d'angle du classicisme en 1636..., au seuil de la subversion, sous le couvert de son sous-titre : tragi-comédie !

Le revoici délesté de ses traditions entre les mains de Dominique Serron et son Infini Théâtre. Point de décors, et de part et d'autre du plancher blond, des tables et des chaises, des fruits, un frigo, quelques fripes sur des ceintres, et derrière, deux rangs de fauteuils rouge (de théâtre). Dans ce qui ressemble à des coulisses et au plateau d'une répétition (scénographie et costumes de Christine Mobers), l'un feuillette la brochure (du Cid), l'autre repasse une chemise blanche, l'on s'essaie aux zapateados, tout en gardant l'oeil sur nous, spectateurs, dans une salle qui restera souvent éclairée. Et l'on entre par petites touches qui révéleront au fil des scènes leur portée symbolique et humaine : Chimène, boule de feu, et sa petite robe fluide, moderne, l'Infante (elle aussi amoureuse de Rodrigue, mais sans espoir) corsetée en clin d'oeil au XVIIème, qui plonge dans sa boîte de kleenex ou Don Diègue, soucieux, brochure à la main. Et les alexandrins s'ébranlent, mine de rien, libres et légers, encore malhabiles pour certaines jeunes comédiens.

Les corps sont à l'unisson, ils dansent, même avec les chaises, ils se passent les accessoires utiles, ils peuvent chuchoter, hurler (mais jamais longtemps), ils s'écoutent, se regardent en permanence. Ils « font du théâtre » comme s'ils l'inventaient sur le champ, sans artifice, sans videos, sans violences extrêmes. Que du Corneille... et des corps en énergies croisées, assumant plus que de coutume l'humour de cette tragi-comédie (Rodrigue se cache sous la nappe, traverse ses fameuses stances, chemise sanglante, dans le style de Zorro est arrivé !) tout en vibrant des doutes, des contradictions, des désespoirs les plus humains. Et voilà comment le Cid, mis en scène par Dominique Serron, se boucle en deux heures, portés par de bons comédiens - Patrick Brüll, Luc Van Grunderbeek, France Bastoen, Laure Voglaire, Alexia Depicker, Fabrizio Rongione (le Cid), et d'autres encore, soit l'équipe fidèle de l'Infini Théâtre, qui s'affirme dans sa manière de rendre les classiques tout frais, tout chauds (le formidable Jeu de l'amour et du hasard, c'était eux, aussi), une compagnie qui ne sait pas de quoi demain sera fait : les pouvoirs publics lui ont retiré la moitié de sa subvention pour 2014.

MICHÈLE FRICHE

 

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation