Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Et c’est la rue triste où passe la chanson

Et c’est toujours la même à la même heure tendre

Avec ses mots naïfs ses notes et ses sons

Pourtant beaucoup s’entendent à ne point l’entendre

 

 

Elle dit, la chanson, l’amour tout jeune et son

Cortège de baisers l’herbe sur quoi s’étendre

Et elle n’a besoin d’aucun diapason

La chanson la chanson qui te dit de l’attendre

 

 

A chaque coin de rue où tu traînais enfant

La chanson était là Tu es parti trop vite

Vers tes rêves de pierre à taille d’éléphant

 

 

Chanson fraîcheur de l’eau que ton regard évite

Et qui te verse un peu de ce ciel émouvant

Où tes rêves d’avant et de toujours gravitent

 

 

 

Vues : 136

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Nada AL-ATTAR le 2 juin 2015 à 16:38

Belle chanson, merci du partage.

Commentaire de Claude HARDENNE le 31 mai 2015 à 10:34

"Merci! pour moi cette mélodie qui, la première, a ému mon âme de petit enfant: "L'âme des poètes" de Charles Trenet!"

Commentaire de Lansardière Michel le 30 mai 2015 à 11:51

Pour toujours garder sa part de rêve.

Le ton juste de ces petites mélodies qui, l'air de rien, restent et ne cessent de tourner.

"Rêves de pierre à taille d'éléphant" me renvoie aussi au joli roman d'Elif Shafak et son jeune cornac qui devint architecte dans les pas de Sinan.


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 30 mai 2015 à 10:22

Un regard de tendresse sur son passé, et toute la nostalgie de notre enfance qui revient comme une boule à la gorge, que l'on voudrait crier, mais l'âge nous l'interdit.

Alors on la fredonne, dans les moments paisibles, au creux de l'être aimé, dans nos retraites d'un instant, on la fredonne, et jamais alors ne l'oublions.

Commentaire de Nicole Duvivier le 30 mai 2015 à 10:09

Un petit bijou !!  Adorable texte ! Merci de ton partage, Claude ! Amitié, Nicole

Commentaire de Gohy Adyne le 30 mai 2015 à 7:57

Très émouvant ce texte et tellement bien dit! Félicitations Claude !

Adyne


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 29 mai 2015 à 23:51

Vraiment magnifique et véridique, car l'on ne devient authentiquement homme qu'au moment où l'on se penche sur la chanson de son enfance.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2022   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation