Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Enfermée, elle vit dans un monde qu’elle a engendré de toutes pièces pour remplacer celui  qu’elle a connu dans le passé. Elle se lève, se lave, mange comme une automate et fait de ses gestes une litanie qu’elle exécute doucement et avec beaucoup de précisions. Son univers se concentre sur un lit, une petite table, une étagère, quelques livres usés. Elle peut sans se lever attraper les quelques objets personnels et  les toucher.

L’ampoule au plafond est jaunie et parfois donne des signes de faiblesse. Sa plus grande hantise est cette lumière qui pourrait disparaître aussi et la plonger dans le noir.  Cette obscurité qui tombe chaque soir la terrorise et lui fait ressentir la douleur dans laquelle elle vit.

Enfermée, coupée du monde des vivants, elle ne comprend pas toujours son choix,  son tourment et pourquoi elle veut subir cela. Cette tombe vivante la garde cloitrée depuis si longtemps qu’elle en a perdu le temps. 

Des bruits de pas sont le seul contact qu’elle accepte avec la vie. Le bruit sec de la porte la fait sursauter et la laisse en sueur. Cette ouverture salvatrice qui lui donne à manger chaque jour, et lui sauve la vie est le seul lien qu’elle maintient aujourd’hui.

Enfermée mais pas prisonnière, elle reste dans cette pièce à contempler les murs et le sol. Elle en connait chaque détail précis, le nombre exact d’aspérité, de coups sur le plancher. La couleur passée et les différentes autres couches du temps l’emmène parfois dans ses rêves achevés et révolus de liberté. Elle a jeté depuis longtemps tout ce qui l’a attaché à son passé. Seul le bruit de la canalisation de l’étage a fini par être plaisant et la rapproche inconsciemment d’autres personnes, enfermées peut-être eux-aussi.

Enfermée pour  survivre, pour combattre le mal qui la ronge et pour ne pas se laisser dériver, perdre dans les méandres de son esprit.  Garder pour elle sa confiance, son intégrité, refuser cette aide que les hommes pourraient lui apporter.  Elle se sent forte pour lutter seule et résister.

Sa famille ne l’a pas abandonnée et reste inquiète du sort qu’elle a choisi. Résistant à chaque tentative, elle est ferme sur son futur et freine avec ses petits moyens les essais pour la tirer de cet enfermement.

Enfermée pour soulager ce corps, cet esprit du poids de la vie qui lui pèse tant comme des chimères accrochées à elle et si lourdes à tirer. Dans cette solitude choisie, aucun sentiment ne vient plus la harceler, la déstabiliser, la rendre malheureuse. Ses tentatives de rapprochement, envers les êtres ayant toujours échoué, lui ont donné cette résistance, cette force pour affronter le confinement de son corps et de son esprit dans cette société maintenant loin d’elle.

 

 

Vues : 124

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Josette Gobert le 5 novembre 2014 à 11:56

Beaucoup de gens vivent dans l'imposture. Une vie légère qu'ils se font jusqu'au jour où celle-ci les rattrape et les blesse. De toutes les fuites, l'enfermement en fait partie et reste parfois inexpliqué. Se couper du monde est pour les proches très douloureux et comme pour certaines maladies, difficile à comprendre.

Merci de votre commentaire Gil et excellente journée

Amitiés

Josette

Commentaire de Gil Def le 5 novembre 2014 à 11:06

Bonjour Josette

L’enfermement, sujet fort intéressant … Qu’on le veuille ou pas, il y a tôt ou tard du conflit chez chacun entre être et ne pas être, du conflit entre ses désirs, ses aspirations, ou ses rêves de vie fertile, heureuse, et ce que la vie impose d’accidents, de désenchantements, de frustrations, de pertes irréversibles, de ruptures, de séparations multiples d’avec une vie heureuse, de remises en cause des belles idées ou des projets qu’on pouvait avoir. L’enfermement est à mon sens l’une des résultantes possibles de ce conflit là mais je ne crois pas que ce soit forcément en rapport direct avec une vie recouverte par le drame et le malheur. Je constate en effet que bien des gens dans l’enfermement aujourd’hui ne sont pas les plus mal lotis de ce monde et je pense qu’il faudrait se demander pourquoi cet enfermement là atteint de plus en plus de gens, puis des adolescents, des enfants dans nos sociétés alors que la vie n’y est certes pas la vie des territoires de misères sans nom du monde passé et présent … Je reviendrais sans doute pour expliquer ce qui est pour moi cause de bien des dépressions, de bien des enfermements, de bien des déglingues sociales que j’attribue à la société qui donne tant de place à l’imposture en de nombreux domaines notamment culturel…   

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Josette Gobert le 4 novembre 2014 à 9:34

 Contente aussi de pouvoir lire avec toujours beaucoup de plaisir Notre Chère Rolande.

Bonne journée également à vous deux.

Josette

Commentaire de Josette Gobert le 4 novembre 2014 à 9:33

Merci madame Bernais pour votre commentaire. Refuser le monde est parfois cruel pour celui ou celle qui le vit. Une souffrance peu commune qui parait parfois irréaliste et pourtant bien inhumaine.

Bonne journée

Josette

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 3 novembre 2014 à 18:39

Bonsoir incontournable Raymonde. Ravi de même. Vous ai lu depuis un certain temps. On ne s'ennuie jamais avec vous comme avec tous ceux qui ont côtoyé l'impensable. Et ce n'est pas fini !
Passez une bonne soirée,
gilbert

Commentaire de Huguette Bernais le 3 novembre 2014 à 14:55

Bonjour madame,

Juste après avoir répondu à votre courriel, j'ai retrouvé la façon d'accéder à vos textes...

Sur ce dernier, je pourrais mettre des noms de gens que j'ai connus, qui fuyaient la maladie, la détresse morale, le vieillissement... je n'ai rien pu faire... "profiter de sa liberté" peut en effet être un tour de force.

Merci pour toutes ces prises de conscience qui m'amènent souvent au bord des larmes, mais qui me connectent à la vie.

Bonne journée!

Commentaire de Quivron Rolande le 3 novembre 2014 à 13:35

Rebonjour Josette,

Qui n'a jamais rêvé un jour de se couper entièrement de ce monde pourri ?

De se retirer dans un ermitage comme les Mystiques de jadis ?

Cet enfant que vous croisez porte-t-il ce désir en son cœur .... et vous le percevez peut-être sans comprendre.

J'aime beaucoup l'éclairage de Gilbert à ce propos.

Ravie de vous retrouver .... après un appel ermitagique .... pas tragique.

Très bonne journée et bisous.

Commentaire de Josette Gobert le 30 octobre 2014 à 20:46

La liberté est ce qu'il y a de plus important dans la vie. Refuser de vivre libre peut se produire pour différentes raisons. Et je vais me faire un plaisir d'en explorer quelques unes. Merci pour votre commentaire Gilbert.

Excellente soirée

Josette

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 30 octobre 2014 à 16:50

Après 20 ans d'enfermement certains prisonniers ne veulent plus de la liberté. Pour y faire quoi  et y voir qui ? La prison est parfois une amie qui leur paraît plus fiable que les faux semblants.Dans votre histoire, toujours aussi bien contée, ce n'est tout de même pas une prisonnière obligée. Elle devrait profiter de la liberté qui est un bien précieux, aller en ville, au parc, à la mer, à la montagne...Il y aurait bien une âme en quête de compagnie devant la même vitrine ou sur la même piste de ski !

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation