Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

 

Les enfants des ruelles aux plis des cités mornes

Ont dans leurs yeux d'eau pure un reflet argentin

Des soleils clairs et gais qui se lèvent matin

Sur les lacs transparents qu'aucune ombre n'écorne

 

Dans le vent languissant leurs cheveux s'embroussaillent

Il faut les voir courir le long des murs noircis

Ou dans la foule triste avancer indécis

Allumant de leur rire un feu dans la grisaille

 

Elle est triste la Meuse aux dolentes péniches

Et tristes ses remous à l'haleine du vent

Mais ils sont gais les ronds qu'y créent les enfants

Y jetant les cailloux que par terre ils dénichent

 

Un sol, des murs, un ciel; pavés, briques, fumées,

Voilà leur univers avec, de loin en loin,

L'os noir d'un réverbère et, derrière le coin

De la rue, la place aux fontaines grimées

 

De vert-de-gris; de quoi se faire un magnifique

Océan pour bateaux de papier et pour voir

En riant, dans l'eau froide à reflets de miroir,

Serpenter leur visage en grotesques mimiques

 

Les enfants des ruelles jamais ne s'embêtent

Il est tant de couleurs sous la toile au marché!

C'est une forêt vierge où ils aiment marcher

En croquant un fruit mûr que jamais ils n'achètent

 

Et quand il pleut dehors, les enfants des ruelles

Vont jouer à se perdre et à se retrouver

Dans le grand magasin où ils aiment rêver

Devant l'étalage où tant de choses sont belles

 

Ô le grand magasin! Un soleil pour ces mômes!

Il faut voir leur figure éblouie par ce

Qu'ils n'achèteront pas et ils choisissent ceux

Qu'ils préfèrent parmi les jouets, les bonshommes

 

 

De massepain et les clinquantes carabines

-"Dis! si on se payait une glace moka!"

Et ils restent ainsi pleins de rêves jusqu'à

Ce qu'on ferme les portes... Alors ils se débinent

 

Sous leurs vêtements noirs que d'or dans leur pauvre âme!

Aux enfants des ruelles qui rentrent le soir

Et les Marocains qui au café vont s'asseoir

En les voyant se sentent au coeur un peu de flamme

 

Et dans le soir qui tombe et la pluie qui s'écoule

Ils s'inventent encore un jeu, en se hâtant

Car déjà le faubourg, le foyer les attend...

Furtifs ils disparaissent entre deux pans de foule

 

Il y en a partout de ces gamins des rues:

A Liège, à Rotterdam ou à Saint-Pétersbourg!

Mais jamais le ciel noir ni le gris des faubourgs

Ne s'harmoniseront avec l'âme ingénue

 

Que l'on voit palpiter dans les yeux de ces gosses

Etoiles que l'on a fait tomber ici-bas,

Rendant à l'ouvrier cet argent qu'il n'a pas,

Bien plus même! et au soldat l'oubli de l'atroce

 

Les fenêtres toujours sourient quand ils passent

Derrière elles des vieux parfois pleurent un peu,

Se souvenant qu'hier ils étaient tout comme eux:

Enfant de la ruelle ou gosse de l'impasse...

(tableau; Suzanne Valadon)

Vues : 170

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Claude HARDENNE le 3 juillet 2013 à 23:47

Merci Rebecca, Sandra d'avoir apprécié!

Commentaire de Claude HARDENNE le 26 juin 2013 à 20:59

merci pour ce gavroche, Michel

On est laid à Nanterre,
C'est la faute à Voltaire,
Et bête à Palaiseau,
C'est la faute à Rousseau.

Je ne suis pas notaire,
C'est la faute à Voltaire
Je suis petit oiseau,
C'est la faute à Rousseau.

Joie est mon caractère,
C'est la faute à Voltaire,
Misère est mon trousseau,
C'est la faute à Rousseau.

Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C'est la faute à...

Commentaire de Lansardière Michel le 26 juin 2013 à 19:26

Aux Gavroche !

Commentaire de Claude HARDENNE le 25 juin 2013 à 14:19

Merci Adyne, Merci Rébecca. J"avais 18 ans quand j'ai écrit ce texte...

Commentaire de Gohy Adyne le 25 juin 2013 à 10:20

L'insouciance de l'enfance! Quelqu'elle soit.

Dans nos souvenirs, il faisait toujours beau!

Très beau texte.

Félicitations!

Adyne

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2022   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation