Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Des mots, des mots qui claquent

Des mots qui dansent

Des mots ou règne... une cadence

Ceux, qu'on ne peut plus oublier...

Je voudrais aujourd'hui

Eloigner de ta vie

Les mots trop durs ou fol

Qui n'ont pas de bémol

Ne garder pour te plaire

Que des mots sans mystère

Qui réinventent la douceur

Et te touchent en plein cœur!

Des mots, des mots qui claquent

Des mots qui dansent

Des mots où règne... une cadence

Ceux, qu'on ne peut plus oublier...

Si j'avais pu te les trouver

Ces jolis mots empreints d'amour

Et avec eux t'apprivoiser

En évitant tous les détours

Ce soir je ne serais pas seule

Au creux de la nuit étoilée

Où je recherche un linceul

Afin d'y enfuir mes pensées...

Des mots, des mots qui claquent

Des mots qui dansent

Des mots où règne... une cadence

Ceux, qu'on ne peut plus oublier...

Si j'avais pu réconforter

Ton âme empreinte de tristesse

En t'entrainant à dévier

Vers un chemin semé d'ivresse!

Je rêve de te regarder dans les yeux

D'y voir s'offrir un ciel tout bleu

Pour inventer l'amour qui dure

Dans nos deux cœurs enfin matures!

Des mots, des mots qui claquent

Des mots qui dansent

Des mots où règne... une cadence

Ceux, qu'on ne peut plus oublier...

J.G.

Vues : 63

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 6 juin 2018 à 11:51

Merci Gil pour cette analyse avec laquelle je suis en accord... Il y a pour tous des jours avec et des jours sans...et pour que la vie se montre parfois clémente je crois qu'il faut y croire et y mettre toute sa force de vie et puis aussi se dire avec un peu de panache qu'après tout c'est encore plus beau si c'est inutile...?

Merci de votre passage et très belle journée à vous

Jacqueline

Commentaire de Gil Def le 6 juin 2018 à 11:07

Bonjour Jacqueline

 

Il me paraît fort improbable de pouvoir définir un jour un langage d’amour susceptible d’établir une accordance durable, inaltérable entre deux personnes, susceptible d’avoir bien plus d’influence que les choses qui nous malmènent, nous traumatisent, constituent des discordances et qui ne manquent pas. Il reste que le sujet du langage d’amour qui est celui de votre texte est d’une importance considérable. C’est en tout cas un sujet majeur et récurrent de la poésie. Avant de poursuivre, je dois préciser que je nomme langage un ensemble complexe et variant composé d’actes, de gestes, de dires et de silences aussi inhérents en particulier à des choses impossibles à traduire, à des secrets, à des choses intimes.

A la suite de la lecture d’un grand nombre de textes d’hier et d’aujourd’hui sur ce sujet du langage d’amour, j’ai constaté qu’il y a une forte proportion de textes qui disent : voilà le langage d’amour que je tiens, pareillement à votre texte. Ce sont des textes qui ont des registres différents. Les uns sont enthousiastes, ce sont des auteurs heureux de tenir un langage d’amour qui a de superbes effets, des effets attendus et aussi des effets formidables et inespérés. D’autres révèlent des déceptions, des amertumes, des pertes de confiance sévères, ce sont des auteurs tristes, défaits ou malheureux de tenir un langage d’amour qui n’a pas vraiment, qui n’a pas du tout les effets escomptés, ou qui a des effets destructeurs. D’autres encore constituent un premier pas plutôt osé, ce que je nomme un élan du cœur, ce sont des auteurs fortement disposés à tenir un langage d’amour au-delà de ce premier pas, des auteurs qui espèrent plus qu’un écho, un encouragement à poursuivre, à développer tel langage. Je considère par ailleurs qu’une même personne peut tout à fait être un temps, joyeuse, heureuse de tenir un langage d’amour, et être un autre temps, fortement perturbée, contrariée, malheureuse de ça. Il y a aussi une bonne proportion de textes qui disent : voilà le langage d’amour que tu tiens. Ce sont aussi des textes aux registres différents. Ils exposent des langages d’amour, formidables pour qui les reçoivent, ou mélangées à d’autres langages, ou difficiles à décrypter, ou qui manquent un peu, beaucoup, énormément de beaux effets, ou qui ont disparu, ou qui ont été rompus, et remplacés par des langages qui n’ont rien à voir avec de l’amour. Il y a finalement peu de textes qui disent : voilà le langage d’amour que nous tenons. Ne faut-il pas y voir la traduction d’une grande difficulté à créer un espace où deux personnes soient dans l’échange, le partage, la réciprocité des langages d’amour et n’aient d’autre vie que celle de se comprendre et de faire ensemble un bon bout de chemin en dépit de toute difficulté.

J’en reviens bien sûr à votre texte. Vous y exposez clairement ce qu’est votre langage d’amour notamment par une sorte de refrain qui convient parfaitement à ce que vous voulez dire. En effet, ce n’est pas seulement votre langage d’amour que vous exposez, c’est le fait qu’il est de nature persistante chez vous, et que vous ne voulez en rien l’abandonner. Ce que j’aime dans votre texte, c’est qu’il n’y a pas d’outrance, et qu’il y a au contraire de l’honnêteté puisque vous indiquez que votre langage d’amour n’a pas toujours eu les effets escomptés. Il y aurait peut-être d’autres textes à faire à propos de ces échecs mais à chacun de voir si c’est utile ou pas. Au demeurant, je pense comme vous qu’un langage d’amour doit être de nature persistante, mais que pour ça, il doit se renouveler. Une rose, c’est un langage éphémère, qui meurt, quand bien même l’on entretient cette rose et ne la coupe pas, et il faut une autre rose pour perpétuer le langage des roses.

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 5 juin 2018 à 13:38

MERCI chers Tous pour vos détours par ma page, merci de vos commentaires vivifiants, chaud au cœur!

Amitiés et belle semaine à vous

Jacqueline

Commentaire de Antonia ILIESCU le 5 juin 2018 à 9:16

Vive les mots ! Vifs les mots qui font la poésie...

Commentaire de Anne Marie REMONGIN le 4 juin 2018 à 8:38

Ils sont si agréables à lire,

tous ces mots qui virent

et qui, de nos coeurs,

les maux retirent

avec tant de douceur.


Merci et Bravo Jacqueline. Belle semaine à vous

Commentaire de Sandra Dulier le 2 juin 2018 à 19:29

Et tes mots virevoltent... Mes amitiés. 

Commentaire de Caroline Megglé le 2 juin 2018 à 19:22

Des mots légers à lire.... à dire....

Commentaire de Lansardière Michel le 2 juin 2018 à 16:11

S'envolent... et restent gravés.

Commentaire de Bellefroid Danielle le 2 juin 2018 à 11:55

Merci pour ces jolis mots Jacqueline :-) 

Bisous et belle journée à toi aussi

Danielle 

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 2 juin 2018 à 10:17

MERCI pour les mots qui ont envie de danser...

Belle journée à tous

Jacqueline

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2018   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation