Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

C'est le sixième livre de l' "Ancien Testament", qui continue le récit du "Pentateuque". Josué, fils de Nun, de la tribu d'Ephraïm occupait une position assez élevée au service de Moïse. Il avait déjà été mis à la tête des troupes lors des malheurs consécutifs à l'exode d'Egypte. Il avait mis en fuite les Amalécites ("Exode, XVII-8) et accompagné Moïse sur le mont Sinaï ("Exode, XXIV, 3), sans pourtant jouir lui-même de la révélation divine. Il fut le défenseur de l'autorité de Moïse ("Nombres" XI, 27). Avec Caleb il se distingua lors de l'exploration de la Terre Promise, par sa fidélité à Dieu et à la vérité ("Nombres", XIV, 6 et suiv.). Ses dons d'homme énergique et juste lui valurent le privilège d'entrer avec Caleb, seuls parmi tous les Israélites âgés de plus de vingt ans, au pays de Canaan. Il était donc parfaitement préparé à la mission que Dieu voulait lui confier: poursuivre l'oeuvre de Moïse. Il devait conquérir la contrée de Canaan par les armes et en faire le partage entre les douze tribus d' Israël, de telle manière que toute envie et toute dispute disparaissent à jamais du peuple élu ("Josué", I, 8). Il accomplit cette double tâche brillamment, avec courage et sagesse, et c'est la relation de ces faits qui forment le fond du livre de "Josué". La conquête de Canaan fut favorisée par des circonstances qui mirent en relief la protection constante exercée par Jahvè sur son peuple: démembrement de ce pays en plusieurs petits états constamment en guerre l'un avec l'autre, et la non-intervention des trois grandes nations voisines, égyptienne, hittite et assyro-babylonienne, probablement engagées à cette époque dans des luttes intestines. Josué passa miraculeusement le Jouradin et commença ainsi à pénétrer, tantôt pacifiquement, tantôt à main armée, en Cisjordanie. Jéricho, cité défendue par de hautes et solides murailles, est la première à tomber, manifestement grâce à l'aide miraculeuse de Jahvè. La voie étant libre, c'est une ville située plus à l'Ouest, Aï, qui est alors occupée. La pénétration vers le sud va commencer. Près de Gabaon (l'actuelle El-Gib), la coalition des rois de Jérusalem, d'Hébron, de Jarmuth, de Lakis et d'Eglon, veut lui interdire le passage, mais est vaincue par Josué. A l'occasion de cette rapide et complète victoire, le récit biblique nous met en présence du miracle de l'arrêt du soleil au commendement du vainquer, miracle rendu nécessaire pour prolonger la bataille. Des catholiques interprètent cet acte du thaumaturge comme une hyperbole, suggérant que l' Ecriture veut faire entendre que le soleil ne se coucha pas avant l'anéantissement de l'armée amorrhéenne. Toutefois, un chercheur israélite, M. Vélikovsky, dans un livre publié à Paris en 1951: "Mondes en collision", propose une explication toute différente de ce phénomène, dont il admet la possibilité, en se fondant sur les données astronomiques chinoises et mayas. La conquête du pays de Canaan devint définitive après la victoire de Josué sur les rois alliés près du lac Mérom. Le sage Josué, pour assurer l'occupation du pays conquis, récompenser chaque tribu et la rendre responsable de la défense de sa part du territoire conquis, donna à chacune des douze tribus une partie de la terre canaanéenne. Il y avait treize tribus, mais comme la tribu de Lévi devait rester sans territoire propre, la répartition se fit entre les douze autres. Ce partage de la Terre Sainte a toujours eu une grande importance aux yeux des Israélites; cette importance passa peu à peu du domaine pratique à la mystique juive et, comme en témoigne le ch. VII de l' "Apocalypse", survécut à la destruction de Jérusalem et à la perte de la nationalité juive.

Le livre de Josué, bien qu'il continue l'histoire de la révélation depuis Moïse jusqu'aux années qui suivirent immédiatement la mort de Josué, constitue un écrit complet et indépendant. Le but du narrateur est de démonter comment, de toutes les promesses divines énumérées au début du livre, aucune ne resta sans accomplissement. Aussi, choisit-il les événements les plus aptes à mettre en relief l'action providentielle et miraculeuse de Dieu en faveur de son peuple. Le style, en même temps que quelques particularités linguistiques, le distinguent des cinq livres de Moïse; il ne se trouva d'ailleurs jamais uni au "Pentateuque". Les exégètes pensent que seule une toute petite partie avait été écrite par Josué lui-même. Ils supposent que le reste de l'oeuvre a été écrit dans les premières années du règne de David (1012-972 av. JC), parce qu'on y présente des événements arrivés après la mort de Josué. Le livre est divisé en deux parties, conformément à la double mission de ce grand conquérant. Son autorité est attestée par les citations de saint Paul ("Héb. XI, 30-31), de saint Jacques (II, 25), de saint Etienne ("Actes", VII, 45), par le consentement unanime de l'ancienne synagogue et de l'Eglise.

Vues : 26

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation