Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

A la Comédie Claude Volter, du 11 au 28 octobre 2017 "Le Verfügbar aux Enfers", écrit à Ravensbrück par la résistante Germaine Tillion

« J’ai écrit une opérette, une chose comique, car je pense que le rire,

même dans les situations les plus tragiques, est un élément revivifiant.» (G.TILLION)

Germaine Tillion* est une jeune ethnologue spécialiste de l'Algérie lorsque débute la Seconde Guerre mondiale. 12 octobre 1940, le Ghetto de Varsovie voit le jour et les ténèbres s'abattent. Après la capitulation de 1940, elle refuse la politique du régime de Vichy, elle qui a vu monter l'idéologie nazie alors qu'elle se trouvait en Allemagne en janvier 1933. Elle cherche immédiatement à agir, organise des évasions de prisonniers et des distributions de tracts qui dénoncent Vichy, avec l'aide de sa mère. Elle se lie avec de nombreux groupes de résistants, et le réseau du Musée de l'Homme. Elle est arrêtée le vendredi 13 août 1942, alors qu'elle organisait l'évasion d'un camarade et un transfert de microfilms. Ignorant que sa mère a été arrêtée elle aussi, elle est déportée à Ravensbrück en 1943 sous le statut Nacht und Nebel. Au camp, elle entreprend d'étudier le fonctionnement concentrationnaire avec l'aide d'autres détenues, et leur présente ses analyses sur ce système criminel et économique, convaincue que sa compréhension les aidera toutes à y survivre. Elle rapportera qu'elle a survécu alors grâce à ses « sœurs de résistance » et à la « coalition de l'amitié ». C’est cachée dans une caisse pendant plusieurs jours au  cours de l'hiver 1944-1945, qu’elle écrivit son livret "Le Verfügbar aux Enfers", avec l'aide de ses complices qui lui fournissaient papier, crayon et leurs propres souvenirs pour les airs des chansons. Elle mêle à des textes relatant avec humour les dures conditions de détention, des airs tirés du répertoire lyrique ou populaire.

verfugbar-mail

Le rire, technique de survie communautaire 

Un levain de survie, le miracle de l’humanité

 « Faire rire, rire de soi et transmettre l'information,  trois actes de résistance en situation extrême : telle est la performance de Germaine Tillion » lit-on dans la préface de l’œuvre aujourd’hui conservée au musée de Besançon.   Dans son combat humaniste, Germaine Tillion s’emploie dans l’écriture clandestine à exposer la logique concentrationnaire et à l’objectiver, ce qui donne des clés pour  y résister. La prisonnière politique étiquetée NN « classe, distingue les catégories de détenues, leurs statuts, leurs nationalités, leurs appartenances sociales. Elle note les proportions, remarque les différents taux de survie et cherche des explications. »  Face à l’horreur, à l’oppression,  à l’anéantissement, se moquer de soi est une ultime affirmation de soi. Par dérision,  Germaine Tillion utilise  une forme ô combien irrévérencieuse pour traiter d’un sujet aussi grave. Son  opérette-revue pastiche l'Orphée aux Enfers d'Offenbach.  La parodie fourmille de  souvenirs littéraires ou musicaux, question de maintenir la dignité humaine par le jeu du texte et l’évocation de musiques évanouies.

 Ainsi, elle  met en scène un savant d’opérette, spécialiste en histoire naturelle,  qui fait semblant de décrire une nouvelle espèce biologique: le Verfügbar,  organisme étrange dont la vie d’avant constitue la phase  embryonnaire,  éclot à son arrivée  dans le camps nazi de la mort, et ne peut espérer qu’une longévité  fort réduite,  de plus ou moins trois ans selon les cas. Son mode de vie est décrit sous forme de sketchs émouvants et burlesques. On pourrait se demander s’il fait  partie des vers luisants, puisqu’il éclaire tant dans la nuit et le brouillard?  Pourtant, son humour est très noir : « Et quand le train s'est arrêté, On ne m'a pas demandé mon billet ..., Mais malgré le plaisir de la nouveauté, J'aurais bien voulu  m’en aller ... » Il est le  miroir dans lequel se reflètent les innommables souffrances des détenues… 

« Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent »

«Nuit et Brouillard» par Jean Ferrat

La performance de la compagnie  des Souffleuses de chaos est extrêmement fidèle au texte et aux annotations musicales de Germaine Tillion, dont parents étaient de grands mélomanes. Elle ressuscite des chansons populaires, des airs d’opéra comme substrat musical, un humus d’émotions confisquées par l’environnement concentrationnaire. Le quatuor aguerri - Alizée GAYE,  Marion NGUYEN THÉ, Marie SIMONET & Tiphaine VAN DER HAEGEN – a  mis deux ans de recherche approfondie, d’affinement et de modulation sous la direction de Marion Pillé. On se trouve aujourd’hui devant une œuvre vivante, digne et esthétique. Sur scène, on assiste à une explosion de sensibilités féminines  qui partagent avec ferveur un crescendo de douleur mais aussi d’espoir. Paradoxalement,  on finit par concevoir que ressentir la douleur prouve que l’on est d’ailleurs encore vivant!

Le contraste est fort troublant  entre les maquillages de geishas, les coiffures sophistiquées,  les superbes robes froufroutantes de  taffetas noir qui mettent en valeur bras  nus et jambes gracieuses et ...les  poignantes marionnettes efflanquées  en pyjama rayé qui  miment la détresse des  françaises rebelles. Il y a tant de vie et d’humanité dans la manipulation vivante de ces poupées de chiffons! Comme si chaque comédienne se penchait avec immense compassion sur chaque prisonnière, à la manière d’une fée salvatrice et lui donnait une force expressive mystérieuse.  Il y a tant d’intensité dans le jeu des comédiennes lorsqu’elles se lâchent dans leurs danses à la vie! Il y a tant de vérité à l’abri du rire dans le texte! Il y  a tant de mots qui finissent par  désarmer le Mal… Les voix des choristes sont fraîches, vibrantes  et tendres mais stridulent aussi, de manière lugubre, dans la nuit avec de lumineux relents de chœurs antiques. Les chorégraphies crépitent d’énergie vitale, les corps sont en perte d'équilibre, s'effondrent,  les visages se tournent vers le ciel absent. ...Serons-nous les aveugles de Breughel?  Les effets chorégraphiques bouleversants  sont portés et démultipliés par la musique nuancée du pianiste qui joue dans l’ombre.  L’esthétique du texte souterrain donne la main à la dramaturgie des jouvencelles d'aujourd’hui et allume dans le cœur et l’esprit, le rejet incontournable et définitif de la barbarie.

Image associée

La résistante Germaine Tillion, morte à l’âge de 100 ans en 2008 est entrée au Panthéon en 2015. Elle a eu l'occasion de voir son œuvre jouée au Théâtre de Chaillot, à Paris en 2007. Chaque représentation à la Comédie Claude Volter  sera  suivie utilement d’un débat qui abordera chaque fois, différents sujets liés à la Shoah.

http://www.comedievolter.be

Une production des Les Souffleuses de Chaos

Assistanat à la mise en scène : Noémi KNECHT / Musique : Simon BESÈME 

Lumière : Clément BONNIN / Scénographie & costumes : Élisabeth BOSQUET

Marionnettes : Sylvie LESOU, Benjamin RAMON &Marie SIMONET  

Maquillages : Daphné DURIEUX  

Coach voix : Hughes MARÉCHAL

Coach marionnettes : Patrick RABIER 

Coach corps : Hélène FERRACCI

           du Mercredi 11 au Samedi 28 octobre 2017

 

LE VERFÜGBAR AUX ENFERS – UNE OPÉRETTE À RAVENSBRÜCK

de

Germaine TILLION

*Source : http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu06404/le-verfugbar-...

 

Vues : 441

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 26 janvier 2018 à 12:10

Programme de la journée du 26 janvier 2018
« La musique sous le régime nazi : dans les camps, au conservatoire, art dégénéré, subversif ou au
service du régime ? »
08 :30 : accueil
08 :45 : introduction Frédéric Delcor, secrétaire général
Yves Monin, chargé de mission de la cellule Démocratie ou barbarie
09 :15 : « La musique dégénérée et la musique dans les camps » par Elodie Haas, violoniste et
directrice artistique de l’Ensemble K
10 :00 : "Musique et propagande dans l'Europe de Hitler : l'exemple de Mozart" par Cécile Quesney,
chargée de recherches (FNRS) à l'Université libre de Bruxelles
10 :45 : Questions-réponses
11 :00 : Pause
11 :15 : "La vie musicale dans le ghetto de Terezín : une introduction" par Stéphane Dado, chargé de
mission, développement et médias de OPRL – Alumni ULiège
13 : 00 : Questions-réponses
13 :15 Lunch
14 :00 : « La vie au Conservatoire royal de Bruxelles entre 1940 et 1945 » par Olivia Wahnon de
Oliveira, bibliothécaire - Conservatoire royal de Bruxelles
14 :40 : « La symphonie écrite par Daniël Sternefeld pendant sa captivité à la Caserne Dossin à
Malines » par Mark Delaere, professeur en Musicologie, University of Leuven
15 :10 : « Le Verfügbar aux enfers » opérette de Germaine Tillion, projet accepté par la FWB dans le
cadre du décret 13 mars 2009 par Noémi Knecht, membre de la compagnie « Les souffleuses de
chaos »
15 :40 : Concert en duo par l’Ensemble K. Elodie Haas, violon ; Thérèse Bussière-Meyer, violoncelle
Lieu : CBBD, centre belge de la bande dessinée, rue des Sables 20, 1000 Bruxelles
Inscriptions sur dob@cfwb.be en mentionnant nom, prénom, fonction et, si vous êtes enseignant, le
nom de l’établissement et la matière enseignée.

Commentaire de Deashelle le 26 janvier 2018 à 12:07

26/01/18 Aujourd'hui à partir de 8h30 au Centre Belge de la Bande Dessinée

Dans le cadre du 27 janvier, journée de commémoration des victimes de la Shoah, la Cellule Démocratie ou Barbarie (FWB) organise une journée d'étude sur le thème :
" La musique sous le régime nazi : dans les camps, au conservatoire, art dégénéré, subversif ou au service du régime ? "

à 15h10 : Marion Pillé présentera le travail de la compagnie Les Souffleuses de Chaos sur Le Verfügbar aux Enfers - une Opérette à Ravensbrück de Germaine Tillion.

Commentaire de Deashelle le 30 octobre 2017 à 14:46

Ils se traînent maintenant en loques,

Pieds nus sur les chemins muets

Les frères d'Israël, de Pissarro et de Modigliani

Nos frères. Tirés à la longe

Par les fils de Dürer, de Cranach et d'Holbein

Vers la mort dans les fours.

Comment verser des larmes

Quand depuis longtemps, mes yeux

Ont été déséchés par le sel ?

Comment pleurer

Quand j'ai entendu jour après jour

Arracher la dernière planche du toit ?

Epuisé, pour le moment je combats

Pour le morceau de terre où je suis resté

Debout

Et où ils m'étendront ensuite...


Marc Chagall

Commentaire de Deashelle le 30 octobre 2017 à 13:12

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises, chaussures, table, salon, courts-métrages et intérieurAujourd'hui, c'est la dernière aux Riches-Claires (prix unique) à 20h30 http://souffleusesdechaos.e-monsite.com/agenda/

Commentaire de Deashelle le 25 octobre 2017 à 12:54
Commentaire de Deashelle le 25 octobre 2017 à 12:33

Un anniversaire aujourd'hui! Hommage à 

Geneviève Anthonioz-de Gaulle

25 octobre 1920 à Saint-Jean-de-Valeriscle (Gard) - 15 février 2002 à Paris
Geneviève Anthonioz-de Gaulle (25 octobre 1920 - 15 février 2002)Fille de Xavier de Gaulle, frère aîné du général de Gaulle, Geneviève de Gaulle arrive à Paris au début de l'Occupation allemande. Inscrite à la Sorbonne, elle entre dès 1941 dans le réseau de résistance du Musée de l'Homme avec notamment Germaine Tillion.

Elle distribue des tracts et fait des missions de renseignement jusqu'à son arrestation le 20 juillet 1943. Transférée au camp de Ravensbrück, elle frôle la mort avant d'être enfermée à part sur ordre de Himmler, lequel envisage de s'en servir comme monnaie d'échange.

Après la Libération, elle se marie avec le résistant Bernard Anthonioz. Elle préside dès lors l'Association des déportées et internées de la Résistance aux côtés de Marie-Claude Vaillant-Couturier.

Le père Joseph Wresinski lui fait découvrir la misère des bidonvilles. Bouleversée, elle participe à ses côtés à l'association ATD-Quart Monde (Aide à Toute Détresse), qu'elle présidera de 1964 à 1998.

Commentaire de Deashelle le 24 octobre 2017 à 18:48

Par le rire et sans concession, cette 'opérette' satirique écrite à Ravensbruck décrit la vie des déportées. Des mots forts qui résonnent au fond du coeur. Pour transmettre cette Résistance, quatre lumineuses comédiennes chantent et dansent pour défier la mort, la barbarie, l’innommable … Entre théâtre, musique et marionnettes, ce spectacle hors normes use de poésie et de légèreté pour opposer l’horreur à l’incroyable énergie de vie : L’humour comme ultime rempart…

Avec : Alizée GAYE,  Marion NGUYEN THÉ, Marie SIMONET & Tiphaine VAN DER HAEGEN
Mise en scène : Marion PILLÉ

Une production Les Souffleuses de Chaos

Assistanat à la mise en scène : Noémi KNECHT / Musique : Simon BESÈME / Lumière : Clément BONNIN / Scénographie & costumes : Élisabeth BOSQUET / Marionnettes : Sylvie LESOU, Benjamin RAMON & Marie SIMONET  / Maquillages : Daphné DURIEUX  / Coach voix : Hughes MARÉCHAL 

Coach marionnettes : Patrick RABIER / Coach corps : Hélène FERRACCI

Le thème de la pièce est intense (...), le spectacle se termine par un échange avec l'équipe. Certains soirs, des intervants extérieurs sont invités, dont : Stéphane DADO, Philippe PLUMET, Yves MONIN, Daniel WEYSSOW, Sophie Milquet, Cécile QUESNEY, Sylvie LESOU, ...

Jusqu'au samedi 28 octobre : du Mardi au Samedi à 20h15, le dimanche à 16h

Infos & Réservations

Comédie Claude Volter

Av des Frères Legrain 98

1150 Bruxelles

Tel: 02/762.09.63

Commentaire de Deashelle le 24 octobre 2017 à 18:39

https://lesrichesclaires.be/evenement/le-verfugbar-aux-enfers-une-o... 

le 30/10/17

SALLE VIALA

20h30

lt-logo Lundi-Théâtre | 30/10/17 à 20h30

GARDEZ PAS ÇA POUR VOUS!

Commentaire de Deashelle le 24 octobre 2017 à 17:06

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes sur scène, personnes qui dansent et nuit

Commentaire de Deashelle le 24 octobre 2017 à 17:05

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes sur scène et personnes assises

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation