Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Un petit poème sur l'amour. et un deuxième en prime

Je ne suis pas poétesse mais j'ai eu envie de vous faire partager deux petits poèmes écrits il y a quelques années, au risque de m'exposer à des critiques peu flatteuses!



L’amour


L’amour est un homme dangereux


Surtout si vous le rencontrez sous peu,


Débrouillez vous pour résister au mieux


Attention, il est paré de paroles de feu


Qui vous embrasent le cœur et plus,


Qui vous laisse un désert, là où Vénus


Semait fleurs , bonheur et douces muses


Si vous le rencontrez, croyez moi, tuez le ou plus.




Le HERON écrit il y a 10ans





Le héron s’ennuyait sur le portail rouillé




De l’ hôtel- restaurant abandonné


Morose il écoutait d’un air penché


Les notes égrenées d’une musique oubliée


Mélodie perdue de chants désespérés,


Je me suis arrêtée et lui ai lancé


Un petit bout de mon cœur déserté







Vues : 119

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Raymond MARTIN le 2 septembre 2011 à 22:50
Bravos pour ces poèmes !
Commentaire de MTYSZ le 7 janvier 2011 à 18:14
Magnifique! merci Adyl
Commentaire de adyl le 7 janvier 2011 à 17:56
le second super 

voici un autre

Notre printemps est revenu
Comme il est revenu pour la terre
Nos âmes reverdissent
Comme les acacias en fleurs
Comme l'aubépine à la lande
S'est entourée d'un nuage de petites corolles blanches
Comme les pommiers du verger
Et ceux qui croissent dans les champs
Se sont couronnés au-desus de leurs troncs noirs
Et crochus de grands dômes frémissants,
Roses et blancs sous la brise.

Une vigueur envahit nos coeurs
Et la sève qui monte nous affole le corps
La terre chante à nouveau
Elle chante pour nous
Ce frimas qui frôle nos corps
Et que l'oiseau fait battre de l'aile
Chante la chanson des retrouvailles
Caresse nos rêves et nos promesses
Et quand tombe la lumière à l'orée de la nuit
Les sansonnets verts et bleus s'abbattent
Par bandes dans les joncs des marais.


Serait-ce là trop de joie?
Sommes-nous trop accordés à la ronde des étoiles,
A l'éclatement des bourgeons,
A l'effort des sillons d'où commencent à poindre:
L'orge, l'épeautre, le seigle?

Cette force inconnue de nous
Nous travaille les membres
Et nous jettent sans cesse
Dans les bras l'un de l'autre

Au milieu de ce jardin d'éden
Nous rejoignons le ciel
Et y faisons trait d'union de la terre et de dieu
là-bas, se dresse un grand pin à la forte ramure
Où chantent les mésanges et les pinsons à barre blanche
Là-bas, si loin de ce monde si bas
Est notre destin
Là-bas, nous découvrirons l'étoile
Que nous avons oubliée
Nous y chanterons nos retrouvaillles
Nous nous y oublierons nous mêmes

Là-bas, est toujours norte printemps.

Commentaire de Dominique Dumont le 28 novembre 2010 à 19:06
Malgré qu'il soit plus piquant, je préfère le second. Ca, c'est de la vraie bonne poésie. Quant à l'autre, il est trop explicite (rien à voir avec le sujet!)
Vous devriez vous "y remettre" !
Commentaire de MTYSZ le 28 novembre 2010 à 18:51
On la fait déjà mon cher Carl !
Commentaire de MTYSZ le 28 novembre 2010 à 18:29
Comme tu le sais j'ai plusieurs jambes à mon arc et pas des moindres! Me voilà en train de faire" du toi" on aura tout vu !
Commentaire de MTYSZ le 28 novembre 2010 à 18:13
MDR , Merci Carl pour ton commentaire comme toujours percutant!
  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation