Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Chers amis

Me prend l'envie de vous présenter ma pièce Atropos, directement inspirée de l'affaire des poisons. Les personnages mis en scène ont existé. Je présenterai les scénes les unes à la suite des autres, si cela m'est permis et vous intéresse.

Atropos
Auteur: Suzanne Walther-Siksou

Les personnages:

- Marie-Madeleine d’Aubray, marquise de Brinvilliers

- Le marquis de Brinvilliers

- La demoiselle, suivante de la marquise

- Sainte- Croix, amant de la marquise

- Briancourt, précepteur des enfantsde la marqise et son amant

- La Chaussée, laquais de M. Sainte Croix

- Bazyle, laquais de la marquise.

- Le confesseur de la marquise

- Un laquais

- L’officier de police

ACTE I

Scène I

La marquise - Sa suivante

La suivante:

- Madame, le laquais de monsieur .Sainte-Croix

S’est déjà introduit et élève la voix.

Les trop grandes bontés dont l’honore son maître

L’ont gâté tout à fait.Maintenant, il ose être

Des lois de l’étiquette aucunement soucieux,

N’ est même plus poli. sinon respectueux.

Il me parle, madame, avec désinvolture,

Et sa voix est parfois désobligeante ou dure.

Je n’ai pas pu l’en empêcher, il est entré

Et vous attend, madame, en la chambre aux portraits.

La marquise:

Eh bien , ma demoiselle, s’il lui plaît de m’attendre

Cela ne m’ennuie point.

Vous n’êtes pas très tendre

pour M. La Chaussée. Vous a-t-il fait la cour?

La suivante:

Je ne l’aurais souffert! Il n’en prit pas le tour

Mais cependant je sais que plaire aux grandes dames,

Est l’ambitieux projet qu’il nourrit en son âme.

Un laquais prétentieux! Je m’étonnerais fort

Que vous le receviez sans vous faire du tort.

La marquise:

- Certes sa condition peut porter à le croire

Mais il est bon parfois de mettre notre gloire

À bien récompenser ceux qui nous ont servis.

Monsieur de Sainte-Croix professe cet avis.

Il en a d’ailleurs fait son collaborateur

Et veut que je l’accueille de la meilleure humeur.

La suivante:

- Je vous comprends, Madame et dans chaque prière,

Je demande au Seigneur que votre âme fière

Soit enfin préservée de ce vil sacripant

Qui exige bien trop et ce à vos dépens.

Je sais bien que souvent vous n’êtes pas sereine

Et même que parfois, vous avez de la peine.

Il faudrait empêcher que cet affreux goujat

Se montre impertinent comme il le fait déjà.

De vous rendre service prés de moi, il se targue

Et prenant de grands airs, ce sot laquais me nargue.

Or, quand vous lui seriez même très obligée,

Je ne le subirais sans en être enragée.

La marquise:

- Là vous exagérez! Évitez la racoeur

Et faites taire en vous d’imprécises frayeurs!

J’estime Lachaussée et s’il n’est point parfait,

Il nous rend amplement certains de nos bienfaits.

Monsieur De Sainte-Croix demande qu’on le traite

Avec civilité et c’est ce que vous faites?

La suivante:

Je m’y résigne certes. Il est fort d’un secret

Sur lequel je crois vous le voulez discret.

La marquise:

Il y sera tenu. Allez le faire attendre,

Le laissant à son gré divaguer et prétendre.

La marquise:

Eh bien , ma demoiselle, s’il lui plaît de m’attendre

Cela ne m’ennuie point.

Vous n’êtes pas très tendre

pour M. La Chaussée. Vous a-t-il fait la cour?

La suivante:

Je ne l’aurais souffert! Il n’en prit pas le tour

Mais cependant je sais que plaire aux grandes dames,

Est l’ambitieux projet qu’il nourrit en son âme.

Un laquais prétentieux! Je m’étonnerais fort

Que vous le receviez sans vous faire du tort.

La marquise:

- Certes sa condition peut porter à le croire

Mais il est bon parfois de mettre notre gloire

À bien récompenser ceux qui nous ont servis.

Monsieur de Sainte-Croix professe cet avis.

Il en a d’ailleurs fait son collaborateur

Et veut que je l’accueille de la meilleure humeur.

La suivante:

- Je vous comprends, Madame et dans chaque prière,

Je demande au Seigneur que votre âme fière

Soit enfin préservée de ce vil sacripant

Qui exige bien trop et ce à vos dépens.

Je sais bien que souvent vous n’êtes pas sereine

Et même que parfois, vous avez de la peine.

Il faudrait empêcher que cet affreux goujat

Se montre impertinent comme il le fait déjà.

De vous rendre service prés de moi, il se targue

Et prenant de grands airs, ce sot laquais me nargue.

Or, quand vous lui seriez même très obligée,

Je ne le subirais sans en être enragée.

La marquise:

- Là vous exagérez! Évitez la racoeur

Et faites taire en vous d’imprécises frayeurs!

J’estime Lachaussée et s’il n’est point parfait,

Il nous rend amplement certains de nos bienfaits.

Monsieur De Sainte-Croix demande qu’on le traite

Avec civilité et c’est ce que vous faites?

La suivante:

Je m’y résigne certes. Il est fort d’un secret

Sur lequel je crois vous le voulez discret.

La marquise:

Il y sera tenu. Allez le faire attendre,

Le laissant à son gré divaguer et prétendre.

 

Vues : 61

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gohy Adyne le 31 janvier 2015 à 19:44

A suivre avec intérêt................

Merci Suzanne pour ce partage..

Bonne fin de journée.

Bien amicalement

Adyne

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation