Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

« L’homme » sont des chroniques et essais de l'écrivain italien Alberto Moravia, publiées en 1965. "L'homme, fin de l'homme", nous indique Moravia dans sa préface, est une défense de l' humanisme à un moment où l' anti-humanisme est en vogue." Une défense de l'humanisme, et en même temps une défense de la littérature, souligne l'auteur, puisque "la littérature est par nature même humaniste". C'est par ce biais qu'une certaine unité rayonnante est conférée à ce livre où sont réunies, à côté de l'essai intitulé "L' homme, fin de l'homme", des pages sur Pirandello, Pavese, Machiavel, Boccace, des notes sur le roman ainsi qu'une très longue étude sur "Les fiancés" de Manzoni: "Le livre le plus ambitieux et le plus complet qui ait été écrit sur la réalité italienne depuis "La divine comédie"." Ce qui a frappé Moravia, c'est que, dans la société moderne, l'homme est un monstre pour l'homme; l'homme est aliéné en ce sens qu'il n'est plus considéré par ses semblables comme une fin en soi mais comme un moyen. Le point de départ des réflexions de Moravia est donc le concept (marxiste) d' aliénation. L'homme du néo-capitalisme est si divisé, si esclave de ses produits de consommation qu'il n'est plus, à la limite, tous ressorts brisés, qu'un objet entre les objets. L'art lui-même est ravalé au rang de bien de consommation et ne traduit plus que l'aliénation de l'homme, c'est-à-dire "quelque chose qui est le contraire de la plénitude et de la durée". Le trait caractéristique du néo-capitalisme ce sera donc le fétichisme, l'anti-humanisme qui sous un travesti de prospérité et de confort ne fera qu'aviver notre sourd désespoir: "Et nous sentirons de plus en plus qu'au coeur de la prospérité, il y a le néant, autrement dit un fétiche qui, comme tous les fétiches, est une fin en soi-même et ne peut se mettre au service de l'homme." Ce que l'homme a fait pourtant, il pourra le défaire et de l'inhumain retrouver l'humain, c'est-à-dire, une dernière fois, et au prix d'un fantastique effort, réduire de nouveau le monde à la mesure humaine. En effet: "ce n'est que dans un monde fait à la mesure humaine que l'homme pourra recouvrer, par la contemplation, une idée de soi-même adéquate, qu'il pourra se proposer lui-même comme fin et cesser d'être un moyen".

Vues : 338

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation