Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Aimer un vélo c'est aimer un objet en apparence sans âme, qui ne parle pas, qui ne ressent rien et qui réclame de la souffrance pour exister d'où le paradoxe ! Mais il se situe au fond dans la liste des objets qui peuplent notre quotidien et qui ont dirigé notre amour vers eux, peut-être en place de diriger un amour vers une personne. Soit parce que cette personne n'existe pas,, ou plus, soit qu'elle fasse partie d'un rêve inaccessible, d'un souvenir à l'image ternie quoique encore vivante. La télévision par exemple, cette boîte à images qui déverse des sentiments, des visages, des questionnements peut suffire au bonheur à celui qui est seul. Parfois le souvenir de l'avoir regardée à deux vient panser la plaie qu'à laissée le disparu. L'objet-vélo est pareil. Il joue dans la cour des réminiscences. Qui n'a pas reçu ce cadeau quand il était petit à Noël, à son anniversaire, venant compléter notre désir d'équilibre et d'avancer ? On lui porte donc un amour reconnaissant, indestructible pour l'avenir, de nous aider à tenir à la fois sur nos jambes et sur deux roues et affronter ainsi, plus forts , les déséquilibres de l'existence. Les gens aiment le vélo, ils applaudissent au bord des routes, ils sortent le dimanche, évacuent grâce aux pédales et à la transmission de la chaîne les embarras du bureau ou de la famille. Ils reviennent de leur ballade fiers de leur effort et heureux d'avoir renoué avec le cadeau intime gravé de leur enfance. D'autant que cette machine est devenue de plus en plus belle et de plus en plus facile à naviguer, que ses bienfaits sur le plan de la santé soient reconnus, il n'y a pas de doute à ce que l'on lui porte de l'amour. Les férus de cyclisme, ceux qui dorment près de lui vous diront qu'un vélo ne se prête jamais ! Eh oui, les enfants n'aiment pas prêter leur jouet c'est bien connu !


Pensée du jour .24/07/2020

Vues : 31

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Anne Marie REMONGIN le 26 juillet 2020 à 11:00

Que de souvenirs à vélo !!!! Petite, vers 10-11 ans, je me rendais à bicyclette  chez ma tante qui demeurait à 6 km mais par la route nationale...ce qui serait impraticable aujourd'hui au vu de la circulation automobile actuelle.A l'époque, pas de voiture individuelle, quelques motos et encore.Le vélo m'emportait vers l'amour de ma tante que j'adorais et qui me donnait de son temps que mes parents n'avaient pas.Plus tard il m'emmenait à la gare pour prendre" la Micheline" et me rendre à mon 1er job.

C'est bien loin maintenant.

Merci Gilbert d'avoir ravivé de lointains souvenirs. Bon dimanche.


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 25 juillet 2020 à 23:28

Je me souviens de cette chanson, j'étais enfant, elle était pour moi l'incarnation du bonheur, pédaler joyeusement dans la nature, j'eus le plaisir et la chance à 10 ans de recevoir un vélo, car nous n'étions pas riche. Je n'oublierai jamais ces instants magiques. Merci Gilbert, de raviver par ce texte, une nostalgie de l'enfance.

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation