Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Pétrarque: Des choses mémorables "pour transmettre à mes descendants"

Il s'agit d'un traité historique, écrit dans un but didactique, par le poète et humaniste italien François Pétrarque (1304-1374), commencé en 1344 et resté inachevé. Les livres de Valère Maxime, "Factorum et dictorum memorabilium", inspirèrent le poète qui fut sans doute séduit par la structure de l'ouvrage; celui-ci lui permettait de faire montre de sa vaste érudition historique, chose unique en son temps, et de tirer un enseignement moral pour ses lecteurs. C'est dans ce dessein qu'il trace un plan assez artificiel. L'ouvrage s'ouvre par l'éloge de l' oisiveté, comprise comme le repos de l' âme occupée par des études élevées; il traite ensuite des différentes vertus, à commencer par la prudence dont il distingue plusieurs aspects: souvenir du passé, attention accordée au présent, prévoyance du futur. Les exemples qui viennent illustrer la démonstration abondent. Ainsi, parlant de l' oisiveté, le poète rappelle les hommes qui la cultivèrent dans les temps anciens comme dans les temps modernes: les deux Scipion, Cicéron, Epaminondas, Achille, Socrate, Robert d'Anjou. Suivant la même méthode, il l'applique à l'analyse des qualité que requiert la prudence. Il en résulte que l'ouvrage a un ton typiquement médiéval que n'a pas l'autre oeuvre historique de Pétrarque, le "De Viris illustribus" (voir "Des hommes illustres"); mais dans l'un comme dans l'autre de ces ouvrages, se révèle l'amour de Pétrarque pour l' Antiquité qu'il a découverte; de plus, il conte de fines anecdotes, fort intéressantes, spécialement pour nous, car elles ont trait à des personnages plus proches de l'auteur dans le temps. Dès le début du traité, le souci de faire oeuvre d' humanisme apparaît en toute clarté; le poète est fier d'être le restaurateur de l' Antiquité jugée sévèrement par les générations qui l'avaient oubliée ou déformée. "Posté sur les confins de deux peuples et regardant ce qui suit et ce qui précède, ce jugement que je n'ai pas hérité de mes pères, je veux le transmettre à mes descendants", paroles mémorables qui marquent le début d'un nouvel âge: la Renaissance.

Vues : 351

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation