Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Papa, 

« Petit Willy », le flamand,

C'était l'homme qui sifflotait dans sa camionnette,

Quand il valsait,

Qui jouait de la trompette, 

Qui improvisait à l'oreille.

Qui donnait des bonbons aux enfants.

Le papa qui disait " ça va fille ?"

Qui aimait ses enfants,

Avec qui je gobais des œufs,

Avec qui je mangeais de la cervelle,

Avec qui j'allais au marché,

Celui qui m'expliquait,

Qui m'inculquait le savoir être et le savoir faire,

Avec qui je parlais.

Je le consolais,

Il me consolait.

Le vendeur de glaces en triporteur,

Créatif, courageux et humble

Devenu un homme, un mari, un père, un grand-père

Qui a su investir, grandir, donner.

Je me souviens de sa joie d’offrir,

De notre complicité dans le don,

Il aimait l'amitié,

Boire un verre,

Parfois trop, 

Je lui disais.

Un jour, il n'y a pas si longtemps quelqu'un m'a dit :

"Willy, il ne voyait pas plus loin que le bout de son nez"

Je lui ai répondu " C'était bien mon papa"

Ce que je sais surtout c'est qu'il essayait d’accepter, je lui ressemble,

On m'a dit aussi "Il lui arrivait de se retirer dans son coin avec sa trompette, il ne faisait pas l'unanimité"

J'ai dit " oui, c'est bien mon papa"

Il voyait, il savait, il pansait ses plaies dans son coin.

Il est parti trop tôt,

Seul et incompris.

Et moi trop jeune.

Je l'ai laissé partir.

Aurai-je pu le retenir ? 

Je n'aurai jamais la réponse.

Ce que je sais c'est que je l'ai beaucoup aimé, 

Que mon auto-discipline, je lui dois

Que ma sensibilité, je lui dois

Que ma créativité, je lui dois

Que mon honnêteté, je lui dois

Que ses faiblesses sont devenues mes forces.

Que mon physique se rapproche de plus en plus du sien,

Et qu'aujourd'hui, je suis plus âgée que lui.

J'avais 27 ans quand il est parti,

Pas un jour ne se passe, sans que je ne pense à lui.

Pourquoi écrire tout ça ?

Parce que j'ai envie,

Parce que comme lui, je dis ce que je pense,

Parce que comme lui, je suis authentique.

Parce que j'ai envie de le faire vivre,

« Ly » de Valy c’est toi papa.

Merci de m'avoir tenu la main.

© Zoé Valy 2017

 

Vues : 72

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Zoé Valy le 10 août 2017 à 12:14

Un cri du coeur. Merci Liliane


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 10 août 2017 à 12:02

Très émouvant.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2022   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation