Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Je suis dans la brume d’un rêve…… je crois ! Mon corps est dans mon lit, je le sens et l’instant suivant, juste une fraction de seconde, je me retrouve dans mon bureau de façon éthérée, si je puis dire et je me tiens près de la porte d’entrée, regardant à l’intérieur.

Pas de cordon gazeux qui s’est déroulé, comme dans un phénomène de voyage astral, ou alors ce fut tellement rapide que je ne me suis aperçue de rien : j’étais ici, en train de dormir, maintenant je suis là dans la pénombre en train de regarder le chef de sécurité fouiller mon bureau.  Il y va à son aise : déplace ceci, replace cela sans avoir l’air de chercher quelque chose ; en fait, on dirait qu’il passe sa curiosité.

Personnage excentrique, ce ne serait pas étrange de sa part de se trouver sur les lieux : il l’a déjà fait pour l’ensemble du bâtiment, déguisé en para-commando.  Il voulait surprendre des visiteurs nocturnes aperçus un soir grâce à leur lampe de poche, qui se déplaçait dans le noir.  Vous vous imaginez, votre journée de travail terminée, vous voyez surgir un  militaire grimé qui voulait s’assurer de l’effet qu’il provoquerait la nuit !  Heureusement, la plupart des membres du personnel était parti. Pour moi ce fut raté : seul lui pouvait avoir recours à ce genre de carnaval…. chez les handicapés.

Je suis donc dans mon bureau en train de surveiller ce qu’il fait.  Il ne me vient pas à l’idée de l’effrayer et cependant, tout à coup, il paraît moins à l’aise, se met à regarder autour de lui comme si il sentait une présence et puis soudain, il sort, referme la porte à clé……. Et je me retrouve dans mon lit en train de poursuivre ma nuit si bien commencée.

Le lendemain matin, je raconte mon rêve à mon époux qui me répond : «  pas étonnant que tu sois fatiguée le matin, si tu te mets à voyager de la nuit ».

Préparatifs terminés pour la famille, je me rends au travail.  Arrivée sur place : surprise ! La sécurité ne se trouve plus dans le trou de la serrure, mais sur le sol, à l’intérieur, à une distance qui équivaudrait à une poussée brutale depuis l’extérieur, après l’avoir mise dans le bon axe.  Sur mon bureau, des papiers déplacés.

Fiction ou réalité ? A vous de décider.  Ce jour-là, mon visiteur nocturne paraissait préoccupé lorsqu’il me serra la main pour le bonjour matinal et que je lui racontai mon rêve étrange, sans le nommer.  En me regardant, on aurait dit qu’il voyait un fantôme.

Claudine QUERTINMONT D’ANDERLUES.

Vues : 232

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de claudine quertinmont le 8 janvier 2014 à 11:42

Bonjour Josette.

Merci beaucoup, pour ta visite et on appréciation.

Bonne journée et bisous,  Claudine.

Commentaire de claudine quertinmont le 8 janvier 2014 à 11:40

Bonjour Alain.

Cette peinture est merveilleuse et en effet, excellent  sujet pour un poème.

En ce moment, je suis moralement engagée pour 3 Poèmes avec d'autres amis, mais je laisserai voguer mon imagination dans le passé, pour la vôtre, dès que j'en aurai terminé.

Merci d'avoir pensé à moi et excellente journée.

Amicalement, Claudine.

Commentaire de claudine quertinmont le 7 janvier 2014 à 19:49

Bonsoir Rolande.

Si mon mari se montrait parfois sceptique, il me croyait la plupart du temps, spontanément et pour le reste, preuve à l'appui, il ne pouvait que s'incliner.

Un billet ?  Pourquoi pas.  Aussitôt dit, aussitôt Doucy.

Commentaire de Quivron Rolande le 7 janvier 2014 à 19:24

Chère Claudine,

J'ai parcouru une deuxième fois ce texte étonnant et .... troublant.

La réaction de ton mari est semblable à celle de tous les maris du monde car ils n'aiment en général pas beaucoup ces "histoires à dormir debout" selon eux.

Heureusement, lors des phénomènes de NDE pas mal de ces messieurs y sont passés. J'en connais personnellement l'un ou l'autre. Et les plus sceptiques, devant la mort d'un être aimé, vous demandent, sérieusement cette fois  "Crois-tu que je la (le) reverrai plus tard ?" Après s'être pas mal moqué de vous lorsque tout allait bien !! Pas grave tout çà. J'ai suffisamment été secouée pour en devenir blindée.

Bientôt la suite promise. Avec poème et prière.

Bonne soirée. Rolande. Ah oui ..... un nouveau "billet" pour demain ???

Commentaire de claudine quertinmont le 17 décembre 2013 à 19:28

Bonsoir Josette.

Je te remercie d'avoir pris la peine de passer me lire, alors que tu dois être très occupée.

Gros bisous et bonne soirée.  Claudine.

Commentaire de claudine quertinmont le 15 décembre 2013 à 9:59

Bonjour Fabienne.

Grâce à toi, me voila moins ignorante.  On utilise tellement souvent cette phrase, que cette fois j'ai voulu en avoir le cœur net et suis allée surfer.

"Tel est pris qui croyait prendre"

Ce proverbe est la dernière phrase de la morale de la fable Le rat et l’huître, neuvième fable du livre VIII de Jean de La Fontaine (1621-1695), édité pour la première fois en 1678.

L’auteur s’y moque de l’ignorant bavard et prétentieux, comme souvent. Sinon, l’histoire n’est pas plus proche que cela du proverbe.

Merci beaucoup pour ton passage.  Je crois aussi que l'on ne l'y reprendra plus :-)

Bisous et bon dimanche.

Commentaire de claudine quertinmont le 14 décembre 2013 à 18:46

Oh ! j'oubliais Alain.  Le cercueil, je le  ferais "transparent" et déformé dans la fumée.  La décision vous appartient et quelle qu'elle soit, je veux bien vous rejoindre en poème, pour un partenariat automnal, avec pour titre quelque chose du genre "tabac automnal de la vie" ou, ou..... je verrais selon mon inspiration.

Amicalement, Claudine.

Commentaire de claudine quertinmont le 14 décembre 2013 à 18:07

Bonsoir Alain.

Parlant, en effet, cependant, j'ai malheureusement dû me rendre plusieurs fois dans un funérarium, au cours de l'année écoulée, accompagnée d'une de mes sœurs qui fume.  (Notre sœur aînée qui fumait est décédée, entre autre, d'un cancer du poumon). Lors de chaque visite, ma cadette était nerveuse et voulait sortir pour fumer.  Je lui demandais alors sa cigarette et la présentait devant un des trous du couvercle du cercueil qui reçoit les vis pour le fermer et je disais : un clou pour le cercueil.

Elle sortait quand même, mais était très ébranlée.

Puisque vous me demandez si gentiment mon avis, en arrière-plan du masque jauni, je peindrais un couvercle de cercueil suffisamment grand mais "transparent" et j'intitulerais mon tableau "NO COMMENT"..

Amicalement, Claudine.

Commentaire de claudine quertinmont le 14 décembre 2013 à 10:21

Bonjour Nicole.

Pris la main dans le sac dans les brumes de la nuit par un fantôme : qui l'eut cru ?  Certes pas lui, avant cette aventure :-)

Merci d'être passée me lire.  Je suis ravie de t'avoir donné une dose de bonne humeur, pour commencer cette journée.  Bisous, Claudine.

Commentaire de Nicole Duvivier le 14 décembre 2013 à 10:15

Eh, eh , ton visiteur nocturne a dû être bien mal à l'aise !! Que ce soit fiction ou réalité, ton écrit m'a amusée  !!

Merci de ton partage ! Bisous et belle fin de semaine ! Nicole  

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation