Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Ma traduzion en langue francaise du poème, trés beau, de Joelle Diehl.

Ma traduzion en langue francaise du poem, trés beau, de Joelle Diehl. Un poem qui exprime avec sesnsibilité les profondeurs de l’ âme infantile , les sentiments et les impacts des actions des adultes dans un’âge aussi delicate .
merci Joelle.

certains commentaires formulés par les amis italiens :

Molto, ma molto bello...

è veramente molto bella !

Coglie lo sviluppo di un vissuto e di una cognizione in modo personalissimo. Interessante. Grazie.

Ho letto con attenzione la poesia e se mi permetti desidero lasciare un commento a livello Teologico (che è poi il mio campo). Leggendo la poesia mi ha toccato nella profondità del suo essere. …
si, ho colto la sofferenza di chi la riceve e poi la domanda e risposta a proposito della sofferenza...

Lo schiaffo

Dietro le sue palpebre pesanti di lacrime cacciate indietro,
Un singhiozzo trattenuto; i pensieri ancora tutti confusi
Una rabbia tenuta a freno, un grido stridente ma silenzioso
In fondo alla gola, lo sguardo blu-grigio ancora velato,
Lei si mantiene rigida, immobile, i pugni stretti.
Si contiene, si trattiene, un dolore bruciante sulla guancia.
Lo schiaffo, come se sovente l’abbia trascinata nel fango,
L’ha toccata nel più profondo della sua anima atterrita.
Un marchio in più, la ferita di questo colpo disgraziato,
nella sua fiducia e nelle sue speranze fortemente scossa.

Se ne va, il cuore grosso, la sua fiducia di nuovo tradita.
La collera disperata è svanita, non resta che lo sguardo
[esterrefatto
Dinanzi a tanta violenza, ingiustizia e umiliazione.
Cosa dunque aveva fatto per meritare questa punizione?
Per tanti anni ancora, di fronte a questa volontà,
A questa dura autorità implacabile e insoddisfatta
Che rubava all’infanzia tutta la sua spontaneità,
Lei spesso voleva fare bene, ma tutto era sbagliato.
Si piegava sotto le parole sferzanti, pungenti e aspre.
Lo schiaffo l’aveva raggiunta nel cuore dei suoi giovani anni.

Rassegnata e tutta raggomitolata su se stessa,
Piange su un avvenire doloroso e incerto.
Sarebbe stata capace di rialzarsi e cosa sarebbe stato il futuro?
Sì, domani sarà grande, avrà le insolenze
Che il numero d’anni porta all’adolescenza
(sì, domani diventerà grande, avrà l’insolenza dell’adolescenza).
La paura cederà il posto alla maturità fresca e desta,
Dirà infine “no” ai colpi e alle violenze,
Dirà “no” alle parole che non hanno più ritorno,
Non indietreggerà più dinanzi ad un braccio alzato che minaccia,
dimenticherà lo schiaffo, dicendo a se stessa, “dato per amore”.

le poem de Joelle
La gifle

Derrière ses paupières lourdes de larmes refoulées,
Un sanglot retenu; les pensées encore toutes emmêlées
Une rage contenue, un cri strident mais silencieux
Au fond de la gorge, le regard bleu-gris encore voilé,
Elle se tient raide, immobile, les poings serrés.
Elle se contient, se retient, une douleur brûlante sur la joue.
La gifle, comme si souvent l'a trainée dans la boue,
L'a touchée au plus profond de son âme atterrée.
Une marque de plus, la blessure de ce coup disgracieux,
Dans sa croyance et ses espérances fortement ébranlée.

Elle s'en alla, le cœur gros, sa confiance à nouveau trahie.
Sa colère désespérée s'enfuit, il ne resta que son regard ébahi
Devant tant de violence, d'injustice et d'humiliation.
Qu'avait-elle donc fait pour mériter cette punition?
Depuis tant d'années déjà, confrontée à cette volonté,
A cette dure autorité implacable et insatisfaite
Qui dérobait à l'enfance toute sa spontanéité,
Elle voulait souvent si bien faire mais tout n'était que défaite,
Elle pliait sous les mots cinglants, blessants et acharnés
La gifle l'avait atteinte au sein de ses jeunes années.

Résignée, et sur elle-même toute recroquevillée,
Elle pleure sur un avenir douloureux et incertain
Allait-elle pouvoir se relever et que serait demain?
Oui, demain elle sera grande, elle aura les insolences
Que le nombre des années apportent à l'adolescence.
La crainte fera place à la maturité fraiche et réveillée,
Elle dira enfin "non" aux coups et aux violences,
Elle dira "non", aux paroles qui n'ont plus de retour,
Elle ne reculera plus devant un bras menaçant dressé,
Elle oubliera la gifle soi-disant donnée par amour.

merci Joelle!

Vues : 87

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Rosalia de Vecchi le 28 mars 2012 à 21:41

ma tradution

Commentaire de Rosalia de Vecchi le 28 mars 2012 à 21:41

merci à toi, Joelle!

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation