Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Luz andaluz 1. : l'Ecole de Séville et le Siècle d'or de la peinture espagnole.

Bartolomé Esteban Murillo (Séville).

Avant de nous consacrer au coeur de notre sujet, la peinture romantique andalouse, un petit panorama des peintres andalous qui ont marqué la peinture espagnole et internationale.

Il ne s'agira donc ici que de brosser à grands traits le portrait des fondateurs de l'Ecole andalouse, avec :

  • Juan Sanchez Cotan (1561-1627), qui fit l'essentiel de sa carrière à Tolède, mais qui s'établit à Grenade dès 1603 pour y réaliser de nombreux tableaux de dévotion. Quoiqu'il soit surtout connu comme maître des bodegones (natures mortes).

Francisco de Zurbaran : Santa Marina (musée Carmen Thyssen, malaga).

  • Francisco de Zurbaran (1598-1664), né en Estrémadure, mais formé à Séville où il passa toute sa vie. Il y fonde avec Vélasquez l'Ecole de Séville.

Francisco de Zurbaran : Santa Teresa de Jesus (cathédrale de Séville).

  • Diego Velasquez (1599-1660), né et formé à Séville, il gagna Barcelone en 1629, avant d'entamer un long périple en Italie, pour finir sa vie et son oeuvre à Madrid.
  • Alonso Cano (1601-1667), formé à Séville avant de tenir un rôle majeur dans l'évolution de l'Ecole de Grenade où son influence fut profonde.

Bartolomé Esteban Murillo : Garçon au chien

(musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg).

  • Bartolomé Esteban Murillo (1617-162), le maître de Séville. Peintre virtuose, il met un soin particulier à détailler chaque expression, à donner vie à ses scènes populaires, donnant l'illusion au spectateur d'y participer. Son influence sera prépondérante jusqu'à Cézanne. C'est incontestablement le maître du picaresque (les picaros, aventuriers et vauriens, étaient nombreux à Séville). Ce fut le seul peintre espagnol du XVIIe siècle connu de son vivant hors de son pays.

Murillo : Immaculée Conception (Ermitage, Saint-Pétersbourg).

  • Francisco Herrera le Jeune (1622-1685), né à Séville, très baroque.
  • Juan de Valdés Leal (1622-1690), autre Sévillan au style original.

A suivre...

Michel Lansardière (texte et photos).

Vues : 1144

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Lansardière Michel le 28 juin 2014 à 11:46

Une petite erreur s'est glissée : la Santa Marina de Zurbaran est exposée au musée Carmen Thyssen de Malaga (et non à la cathédrale de Séville, où l'on peut bien voir sa Santa Teresa).

Commentaire de Lansardière Michel le 28 juin 2014 à 11:42

Un honneur et un plaisir. Merci pour cette distinction.


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 27 juin 2014 à 19:11

Ce billet mérite assurément un "Lovelove arts et lettres". Je lui offre ce sigle avec toute mon estime.

Commentaire de Lansardière Michel le 15 juin 2014 à 17:22

Merci beaucoup Jacqueline. La suite arrive.

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 15 juin 2014 à 15:14

Le visage de la douceur... c'est celui d'une vierge peinte par Murillo... Merci de cet magnifique et toujours intéressant partage

 

Commentaire de Lansardière Michel le 15 juin 2014 à 14:24

Après le siècle d'or, Murillo, Zurbaran et consorts, il est temps de poursuivre. Merci Rose-Marie pour cet encouragement.

Commentaire de Rose-Marie Godefroid le 5 juin 2014 à 21:40

Nous avons pu admirer une très belle exposition de Zurbaran à Bruxelles ce printemps. J'ai surtout apprécié le rendu des matières et aussi la sobriété saisissante de certains tableaux.

Commentaire de Lansardière Michel le 5 juin 2014 à 11:58

Merci à vous deux, Rolande. Ce petit supplément d'âùe, la maison de Murillo et son patio à Séville :

Amitiés,

Michel

Commentaire de Lansardière Michel le 4 juin 2014 à 10:58

Bonjour Marie-Josèphe,

Voilà qui me fait plaisir et m'encourage à poursuivre.

Murillo, plutôt que de se pencher avec condescendance sur la misère des gamins des rues, savaient capter la beauté d'un regard, la tendresse d'un geste. C'est pour cela que nous l'aimons toujours tant.
Merci,

Michel

Commentaire de Marie-Josèphe BOURGAU le 4 juin 2014 à 10:31

merci pour ce très beau partage à propos des oeuvres des fondateurs de l'école andalouse :  toutes sont très touchantes : j'ai un penchant tout particulier pour le garçon  au chien de Murillo ! Marie-Josèphe

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation