Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Lorsque la destinée se fait cruelle venant nous ravir ceux qui nous sont chers

À la mémoire d'Innocents partis trop tôt "tutoyer l'azur"


foudroyés  de manière précoce dans leur envol

ou

au cœur de leur pleine maturité



"Mais elle était du monde, où les plus belles choses
Ont le pire destin ;
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L'espace d'un matin."

François de  Malherbe

             


À l'égard des vivants,

nous prodiguons ce sage conseil


 


I)"Ne te tiens pas devant ma tombe en pleurant"

(Do not stand at my grave and weep)

 de Mary Elizabeth Frye (1905-2004)

(poème écrit en  1932)


 

"Ne te tiens pas devant ma tombe en pleurant,
Je ne suis pas là, je ne dors pas.
Je suis maintenant les mille vents qui soufflent,
Je suis les reflets étincelants sur la neige.
Je suis la lumière du soleil qui fait mûrir les grains,
Je suis la douce pluie de l'automne.

Quand tu t'éveilles dans la paix du matin,
Je suis le mouvement rapide
Des oiseaux qui s'envolent en cercle dans le ciel.
Je suis les douces étoiles qui brillent dans la nuit.

Ne te tiens pas devant ma tombe en pleurant ;
Je ne suis pas là, je suis partout, vivant..."


Mary Elizabeth Frye 1932


Version originale:


" Do not stand at my grave and weep,
I am not there, I do not sleep.
I am in a thousand winds that blow,
I am the softly falling snow.
I am the gentle showers of rain,
I am the fields of ripening grain.
I am in the morning hush,
I am in the graceful rush
Of beautiful birds in circling flight,
I am the starshine of the night.
I am in the flowers that bloom,
I am in a quiet room.
I am in the birds that sing,
I am in each lovely thing.
Do not stand at my grave and cry,
I am not there. I do not die. "




 

II) Prière :

"Celui qui est parti"

de Theilhard de Chardin– (1881, 1955)

 

Ne le cherchez pas en arrière, ni ici, ni là,

ni dans les vestiges matériels qui sont naturellement chers.

Il n’est plus là, il ne vous attend plus là.

C’est en avant qu’il faut le chercher, dans la construction de votre vie renouvelée…

Soyez lui fidèle là, et non point dans une sentimentalité rétrospective

avec laquelle il faut avoir le courage de briser.

Sa véritable trace n’est pas dans certaines manifestations de son activité.

Leur disparition même si douloureuse qu’elle puisse vous paraître, doit vous libérer, non vous déprimer.

 

Non pas oublier, mais chercher en avant.

Malgré tout ce que vous pouvez sentir ou croire,

reconnaître avec évidence que votre vie doit se poursuivre.

Je suis persuadé qu ‘elle commence.

Décidez vous seulement à ne plus vivre dans le passé,

ce qui ne veut pas dire que vous oubliez celui-ci,

mais seulement que votre manière – la vraie- de lui être fidèle doit consister

à construire en avant, c’est à dire à être digne de lui.

 

Ne vous isolez donc pas.

Ne vous repliez donc pas au fond de vous-même.

Mais voyez le plus possible vos amis.

Donnez-vous.

C’est ce don qui vous libérera et vous épanouira.

Je voudrais que vous trouviez nombre de gens et de choses auxquels,

noblement, vous donner.

 


III) Cortège pour l'Enfant mort


de Marie-Noël ( décédée en 1967) -

(extrait de son "Office pour l'enfant mort" aux Editions Stock)

 

 

L'enfant frêle qui m'était né,

Tantôt nous l'avons promené

 

L'avons sorti de la maison

Au gai soleil de la saison ;

 

L'avons conduit en mai nouveau,

Le long des champs joyeux et beaux ;

 

Au bourg avec tous nos amis,

L'avons porté tout endormi...

 

Mais en vain le long du chemin

Ont sonné les cloches, en vain,

 

Tant il était ensommeillé,

Tant qu'il ne s'est pas réveillé,

 

Au milieu des gens amassés,

Quand sur la place il a passé.

 

D'autres que moi, cet aujourd'hui,

À l'église ont pris soin de lui.

 

C'est le bedeau qui l'a bordé

Dans son drap blanc d'argent brodé.

 

C'est le curé qui l'a chanté

Avec ses chantres à coté

 

C'est le dernier qui l'a touché,

Le fossoyeur qui l'a couché

 

Dans un berceau très creux, très bas,

Pour que le vent n'y souffle pas

 

Et jeté la terre sur lui

Pour le couvrir pendant la nuit

 

Pour lui ce que chacun pouvait,

Tant qu'il a pu, chacun l'a fait

 

Pour le bercer, le bénir bien

Et le cacher au mal qui vient.

 

Chacun l'a fait... Et maintenant

Chacun le laisse au mal venant

 

Allez-vous en ! Allez-vous en !

La sombre heure arrive à présent.

 

Le soir tombe, allez ! partez tous !

Vos petits ont besoin de vous.

 

Rentrez chez vous et grand merci !...

Mais il faut que je reste ici.

 

Avec le mien j'attends le soir,

J'attends le froid, j'attends le noir.

 

Car j'ai peur que ce lit profond

Ne soit pas sûr, ne soit pas bon.

 

Et j'attends dans l'ombre, j'attends

Pour savoir... s'il pleure dedans...



IV) Consolation à M. Du Périer sur la mort de sa fille

de François de Mahlerbe (1555-1628)

Ta douleur, du Périer, sera donc éternelle,
Et les tristes discours
Que te met en l'esprit l'amitié paternelle
L'augmenteront toujours

Le malheur de ta fille au tombeau descendue
Par un commun trépas,
Est-ce quelque dédale, où ta raison perdue
Ne se retrouve pas ?

Je sais de quels appas son enfance était pleine,
Et n'ai pas entrepris,
Injurieux ami, de soulager ta peine
Avecque son mépris.

Mais elle était du monde, où les plus belles choses
Ont le pire destin ;
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L'espace d'un matin.

Puis quand ainsi serait, que selon ta prière,
Elle aurait obtenu
D'avoir en cheveux blancs terminé sa carrière,
Qu'en fût-il advenu?

Penses-tu que, plus vieille, en la maison céleste
Elle eût eu plus d'accueil ?
Ou qu'elle eût moins senti la poussière funeste
Et les vers du cercueil ?

Non, non, mon du Périer, aussitôt que la Parque
Ote l'âme du corps,
L'âge s'évanouit au deçà de la barque,
Et ne suit point les morts...

La Mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ;
On a beau la prier,
La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles,
Et nous laisse crier.

Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre,
Est sujet à ses lois ;
Et la garde qui veille aux barrières du Louvre
N'en défend point nos rois.

De murmurer contre elle, et perdre patience,
Il est mal à propos ;
Vouloir ce que Dieu veut, est la seule science
Qui nous met en repos.






Vierge de douleur, émail  vers 1500 

par le Maître du triptyque de Louis XII,

(dans la stylistique de l'École de Tours)


 

 




Vues : 3235

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Liliana Bordoni le 19 mars 2012 à 19:02

C’est vrai, Il n y a pas des mots pour ces évènements , seulement, peut-être, la fraternité des âmes …

Commentaire de Michelle Decoster le 16 mars 2012 à 17:22

Un coeur réellement pénétré de douleur ressent la chose pour laquelle il ne paraît pas y avoir de remède.

 La douleur des parents nous frappe au plus profond de nous-mêmes.

Commentaire de Barbara Y. Flamand le 16 mars 2012 à 0:24

Commentaire de Barbara Y. Flamand

Quels beaux poèmes! D'une vérité humaine et d'une élévation de pensée, ils sont poignants sans pathos.

Commentaire de Valériane d'Alizée le 15 mars 2012 à 23:13

Message lapidaire de la part d'une mécréante :

Merci à tous de ces beaux témoignages compassionnels, de toute cette spontanéité de soutien moral, pour ne pas dire d'entraide nous unissant dans une fraternité œcuménique...

Quant aux malheureuses familles, je doute qu'elles prennent un jour connaissance de ces voix littéraires réunies en  "quatuor", mais là, n'était pas mon objectif, car dans un moment pareil, j'ai "égoïstement" ressenti le besoin que nous puissions nous réunir, virtuellement s'entend, nous autres membres de ce cher réseau privilégié, unique en son genre, rentrant en résistance contre un "endoctrinement" mercantile, bas de gamme !

Je vous réitère mon attendrissement devant vos touchants commentaires, et je suis dans la même optique que, vous, chère Nicole, je pense aussi à la peine de ceux qui ont perdu des proches matures...

Commentaire de Léopold Dobly le 15 mars 2012 à 23:07

Merci pour les parents de ces petits Anges trop vite envolés.

Il n'y a pas de mots qui puissent consoler de cette peine : la perte d'un enfant. Mais l'empathie de l'entourage, et ici de tout un peuple, peut aider à accepter l'inacceptable, doucement, patiemment...

Commentaire de Valériane d'Alizée le 15 mars 2012 à 22:56

Message de Marie-Joseph Bourgau : quelle dure épreuve pour toutes ces familles, il faut avoir beaucoup de force pour surmonter une telle douleur, puissent-elles peu à peu puiser dans vos textes l'espérance indispensable, je le leur souhaite, merci à vous

mj

Commentaire de Isabelle MORETTO le 15 mars 2012 à 20:12

Très beaux textes ici rassemblés!!moi ça me fait pleurer!!!

Commentaire de Antonia ILIESCU le 15 mars 2012 à 19:59

Silence, recueillements et prières pour les « petits bourgeons » qui sont partis fleurir au ciel. Et que la Prière de Teilhard de Chardin réconforte les parents.

Commentaire de Joëlle MOUTARDE le 15 mars 2012 à 19:57

Vers l’Éternel sont parties les images, les peurs, les angoisses ;

Il reste l'absence... et l'amour sans limite.

La vie est là. Le temps efface la tristesse.

Commentaire de claudine Boignet le 15 mars 2012 à 18:11

Que dire dans ces tristes moments, sinon de partager cette immense chagrin des parents, d'être de tout cœur avec eux et prier en silence..............les textes sont très poignants

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation