Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

LES 3 MOUSQUETAIRES de Thierry Debroux, d'après Alexandre Dumas au Théâtre Royal du Parc, jusqu'au dimanche 01/11/2015

Divertissement littéraire et hippique de haut niveau

Pour décrire la qualité des  adaptations de  Thierry Debroux, on pourrait très bien  utiliser une citation qui  s’applique à la musique de J.M. Jarre : “La beauté - comme celle de la passion - est celle  de la finesse du jeu, de la mobilité, de  l’intensité.”   Il n’y a que lui pour savoir ainsi concentrer en une série de tableaux trépidants,  romans fleuves,  légendes épiques ou  histoires phares de notre patrimoine culturel. Il a l’art de créer des  séquences  visuellement saisissantes, quasi cinématographiques, malgré la contrainte des planches. Elles sont  splendidement ciselées, dorées sur tranche même avec  leurs dialogues incisifs, percutants et drôles.  Avec son irrésistible sens de l’humour, Thierry Debroux jongle avec la surprise théâtrale, la psychologie des personnages,  l’évocation habile d’époques  variées tout en pimentant l’aventure de clins d’œil et anachronismes savoureux.

Ses adaptations rassemblent un public avide de merveilleux, de langue harmonieuse et bondissante dont le ton sonne toujours étonnamment juste. Et souvent, c’est la littérature qui a enchanté notre adolescence qui semble soudainement retrouvée ! A une autre époque,  ce surdoué de la réécriture aurait sûrement écrit des livrets d’opéra!

La musique et des chorégraphies à l’esthétique parfaite (ici celles de Pascal Guillaume) sont d’ailleurs souvent les ingrédients indissociables de ces pittoresques mises à la page.  Après « Le tour du monde en 80 jours » et « L’Odyssée »,   la dernière adaptation de Thierry Debroux - particulièrement  haletante -  met en scène  « Les  trois Mousquetaires » d’Alexandre Dumas et offre au spectateur un  rendu théâtral particulièrement brillant. Chacun des 28 tableaux fourmille  de créativité et de souvenirs littéraires.  Cette démarche de Thierry Debroux ne  redonnerait-elle pas tout d’un coup aux plus jeunes le goût  de la lecture, véritable vaccin contre la morosité, la solitude et  …l’échec scolaire? On peut rêver, non?

Il faut souligner  l’excellence  et l’habileté de la mise en scène  signée elle aussi par Thierry Debroux et la scénographie très imaginative de Catherine Cosme  qui conjugue son art avec les vidéos très évocatrices d’Eve Martin projetées sur des  caissons à double étage mobiles et pivotants. Le tournoiement des changements de lieu se fait  à la vitesse du cheval au sein de ce carrousel historique! La rare inventivité des costumes (et des chevaux mécaniques) de Ronald Beurms, plonge quant à elle à la fois dans l’historicité et dans l’onirisme.  Pour la chorégraphie des combats, une mention spéciale va bien sûr au maître d’armes Jacques Capelle.  Pour tous - comme pour un -  l’imagination est donc le maître  mot.  Ce festin de trouvailles scéniques ininterrompues n’en finit pas de séduire et entraîne l’imaginaire dans des sentiers secrets,  tout en  affichant une  facture finalement très dépouillée et bien équilibrée.

  Quant à  la distribution, elle est  à la hauteur elle aussi. Les 29 Comédiens en scène sont tous mousquetaires dans l’âme.   Chaque nom que l’on lit sur le programme, chaque visage que l’on découvre met des étoiles dans les yeux et crée de la vie ardente sous les feux de la rampe. La cohésion et la complicité des comédiens  donnent la preuve de l’existence d’une humanité joyeuse. Une récréation fort bienvenue, il faut le dire,  face aux délires affichés de notre monde! Devant soi évoluent dans une chevauchée fantastique, des artistes, hommes et femmes bien vivants, engagés et investis, donnant toute leur énergie et leur cœur pour créer de la beauté artistique, tous siècles confondus.

Seul l’art sauvera le monde de ses démons ravageurs. Les rapières sont là pour nous rappeler la nécessité d’une morale courageuse, du service aux autres,  du combat pour  des causes collectives, et du respect de la femme. Les valeurs des mousquetaires s’appellent amitié, intégrité,  bravoure, indépendance d’esprit, séduction et virilité. Eric De Staercke dans le rôle de Portos, Julien Besure (d’Artagnan), Laurent Bonnet (Athos) et Laurent Denayer en Aramis font merveille dans leur interprétation. Simon Vialle (Rochefort) et Nicolas Swysen (un admirable Monsieur Bonnacieux) ne sont pas moins bien campés que l’illustre valet Planchet joué par le délicieux Maroine Amini. Pour compléter le tableau d’excellence, il y a aussi Marc Laurent (un Louis XIII très crédible) et Nicolas Janssens, Monsieur de Tréville.

 

 Les mousquetaires ne sont pas des superhéros, ils ont chacun leurs failles mais sont solidaires : le charme discret de l’humanité. Les femmes de l’histoire et surtout  Milady, une fascinante  Anouchka Vingtier ont toutes des choses à dire…   et toutes, le disent  avec  énormément de charme : Pauline Maréchal pour Constance Bonnacieux et  Sarah Dupré pour la Reine Anne d’Autriche.  Le cardinal Richelieu - Benoit Verhaert - et sa garde rapprochée incarnent la manipulation moderne. Et voilà le très attachant d’Artagnan (Julien Besure) dont les  démêlés avec les femmes n’ont pas fini d’attendrir, nanti  en fin de compte d’un « brevet » à double tranchant… Libre, me direz-vous? A voir … et à vous de juger! Si la chorégraphie est d'Antoine Guillaume, la musique et la chanson finale sont signées… Pascal Charpentier, comme il se doit.

crédit photos: Zvonock

http://www.theatreduparc.be/Agenda/evenement/62/30.html

Vues : 1279

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 8 octobre 2015 à 12:34

Des trois mousquetaires, c'est le quatrième, D'Artagnan, qui est le plus épatant. Ensemble, le quatuor scande l'éternel « Un pour tous, tous pour un », ravissant petits et grands. Un cheval au théâtre ? Thierry Debroux a osé. Celui qui foule les planches du Théâtre royal du parc dès le début de l'adaptation des « […]

Lire la suite

Commentaire de Deashelle le 8 octobre 2015 à 12:34
Commentaire de Deashelle le 8 octobre 2015 à 11:15

 Mythique! et Vivant! Il caracole sur scène! Plutôt "elle" puisque c'est l'Aventure!

Commentaire de Deashelle le 23 septembre 2015 à 16:14
Critique du Soir
  (Avis de la rédaction)

Avec Les trois mousquetaires, adapté du célèbre roman d’Alexandre Dumas, Thierry Debroux montre ce que son plateau a dans le ventre, avec une trentaine de comédiens sur scène, des combats de cape et d’épée virevoltants, et des décors grandioses qui galopent dans les coulisses du château de Louis XIII ou traversent la Manche sur les talons du duc de Birmingham.

Dès le départ, la mise en scène en met plein les mirettes, avec un vrai cheval déboulant du fond de la scène pour mettre le pied à l’étrier de cette histoire de mousquetaires, chevauchant entre les embûches semées par le cardinal de Richelieu et Milady De Winter. Plus tard, ce seront les impressionnants chevaux de bois mécaniques, grandeur nature, de Ronald Beurms qui seront les fiers destriers d’Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan, en route pour récupérer les diamants de la Reine et sauver l’honneur de la Cour de France.

La première réussite de ces Mousquetaires, c’est le rythme époustouflant de ces deux heures de spectacle. Pas une minute de temps mort pour raconter les aventures de d’Artagnan, arrivé de Gascogne à Paris pour faire carrière dans le corps des mousquetaires. Les provoquant d’abord chacun en duel, il va finir par se lier d’amitié avec Athos, Porthos et Aramis, et les entraînera dans le complot fomenté par le cardinal de Richelieu pour déshonorer la Reine. Partagé entre la douce Constance Bonacieux et la perfide Milady, d’Artagnan poursuit aussi une entreprise de vengeance toute personnelle contre le comte de Rochefort.

Même s’il lui manque la petite barbichette, Julien Besure campe un fougueux d’Artagnan. Bondissant à souhait, il est un jeune Gascon impétueux, avec un accent méridional ensoleillé, qui ajoute à son charme juvénile. On retrouve aussi Eric De Staercke dans le rôle d’un Porthos gouailleur et bon vivant. Du côté des femmes, on citera la diabolique Anouchka Vingtier, crachant le fiel de Milady.

La scénographie donne encore plus d’ampleur à l’aventure, avec des projections vidéo filant sur des panneaux mobiles, ce qui rythme encore plus l’histoire.

Un seul bémol peut-être : les ambiances très Las Vegas et les musiques pop romantiques à la Céline Dion pour évoquer le bal royal ou le destin funeste de certains personnages. Jusque-là d’un noble héroïsme, nos mousquetaires gascons et béarnais prennent soudain un coup de guimauve dans l’aile.

Rien d’irréparable néanmoins car, dans l’ensemble, la pièce croise le fer avec hardiesse. Nos gentilshommes ont du panache, et pas seulement sur leur chapeau.

CATHERINE MAKEREEL

Commentaire de Deashelle le 22 septembre 2015 à 12:51

Commentaire de Deashelle le 19 septembre 2015 à 15:39

PROLONGATIONS du spectacle "Les trois mousquetaires"
les 27 & 28/10 à 19h30
et les 29 & 30/10 à 20h15
A vos téléphones 02 505 30 30 ou www.theatreduparc.be

Commentaire de Deashelle le 19 septembre 2015 à 14:31

http://www.lecho.be/culture/scenes/Des_mousquetaires_spectaculaires...

Le texte remanié se fend de quelques clins d’œil anachroniques, mais avec parcimonie, laisse une belle place à l’humour et soigne ses ellipses, notamment avec de poétiques ombres chinoises. Et puis, la place d’honneur est réservée aux gestes de cape et d’épée avec des duels et même quelques combats de masse époustouflants. On se dresse sur son siège, on écarquille les yeux pour ne pas en perdre une miette. Ce sont des ballets, des chorégraphies orchestrées par un maître en la matière, Jacques Cappelle (voir son portrait dans "L’Echo" du 05/09/2015 p.60). Dans ces moments de fascination, on a tous 7 ans.
La distribution est une réussite et la direction d’acteurs futée: Marc Laurent dans un Louis XIII absolument savoureux, les airs froids d’Anouchka Vingtier en Milady ou encore la sémillance, l’énergie et la "gasconne attitude" du d’Artagnan de Julien Besure font merveille. On s’en tiendra là: ils sont tout de même 29 sur scène.

Les décors inventifs, ingénieux et surprenants auxquels nous a habitués le Parc depuis quelques années sont, une nouvelle fois, au rendez-vous. On a 7 ans, encore, devant les chevaux mécaniques, les robes de lumière, la maquette de bateau qui vogue, devant… Chut, ne déflorons pas toutes les surprises. Car c’est aussi le sel et le charme de cette mise en scène, ne le cachons pas. En mettre plein la vue. Pas tant pour épater que pour émerveiller. Ces "Trois Mousquetaires"-là, c’est du divertissement de luxe, d’excellence. D’une remarquable précision, tout en suscitant l’enthousiasme sans jamais faillir. On aimerait que la pièce – mais le mot paraît pâle –, que le spectacle dure plus longtemps que son 1h45. Conclusion: blockbuster théâtral en vue.

"Les Trois Mousquetaires" de Thierry Debroux, jusqu’au 25 octobre au Théâtre Royal du Parc, rue de la Loi, 3 à 1000 Bruxelles. Du mardi au samedi, à 20h15, à 15h00 les dimanches. Certaines dates à 19h30 ou à 15h00. Rens.: 02.505.30.30 ou www.theatreduparc.be

Commentaire de Deashelle le 18 septembre 2015 à 18:12

Grand spectacle et rêve d’enfant

Critique Marie Baudet Publié le mercredi 16 septembre 2015 à 20h08 - Mis à jour le jeudi 17 septembre 2015 à 12h42

Commentaire de Deashelle le 18 septembre 2015 à 18:11

Scènes

Des souvenirs d’enfant plein les yeux, doublés du fait d’avoir incarné Porthos pour Théâtre en Liberté, ont forgé en Thierry Debroux la certitude qu’un jour il monterait "Les Trois Mousquetaires". Des 900 pages épiques du roman de Dumas, il fait un spectacle lisible, rythmé, où la fougue et l’amour le disputent à l’honneur et la vengeance.

Large distribution

Bien décidé à rendre justice à son père assassiné, le jeune d’Artagnan (que l’épatant Julien Besure émaille d’un solide accent du Sud-Ouest) parcourt la France assisté de son valet Planchet (doté par contraste d’un parler ch’ti par Maroine Amimi). Sa route croisera celle de l’éblouissante et fourbe Milady (Anouchka Vingtier), son cœur battra pour l’honnête Mme Bonacieux (Pauline Maréchal), il tiendra tête à Richelieu (Benoît Verhaert) et combattra vaillamment ses gardes. Et bien sûr fera ses preuves auprès des trois Mousquetaires (Laurent Bonnet, Laurent Denayer, Eric De Staercke) qui bientôt l’intégreront.

Citons encore, parmi bien d’autres, Simon Vialle en comte de Rochefort, Marc Laurent en Louis XIII, Sarah Dupré en reine Anne - dont les ferrets volés risquent de trahir sa liaison avec le duc de Buckingham (Camille Pistone)… Pas moins de 29 comédiens (stagiaires compris) et un vrai cheval foulent ainsi les planches dans ce spectacle populaire au sens le plus noble.

Accessible au plus grand nombre

Sans lisser le propos, en accentuant au contraire ses reliefs - suspense, panache, romantisme, humour, drame… -, Thierry Debroux le rend accessible au plus grand nombre, toutes générations confondues. Mis en lumière par Laurent Kaye dans une scénographie usant adroitement des projections (Catherine Cosme), ces "Trois Mousquetaires" peuvent compter en outre sur l’art de Jacques Cappelle. Sa chorégraphie des combats s’inscrit dans une longue tradition de spectacles de cape et d’épée au Parc, tout en rendant le genre parfaitement digeste et actuel.

Bruxelles, Théâtre du Parc, jusqu’au 25 octobre, à 20h15 (les dimanches, sauf le 20/9, à 15h). Durée : 2h10, entracte compris. De 5 à 26 €. Infos & rés. : 02.505.30.30, www.theatreduparc.be

Commentaire de Deashelle le 17 septembre 2015 à 10:13

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation