Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Il est sept heures. Un vent léger et frais s'introduit dans le salon. Un rayon de soleil franc et coupant déjà illumine d'un orange pâle les meules de paille jaunies en contre-bas dans la vallée. Les ouvriers municipaux en cette période de l'année commencent tôt leur journée, bricolent dans les fossés et semblent tuer le temps pour cesser leur calvaire à midi où plus rien ne sera plus possible. Même les chiens sont fatigués d'aboyer : c'est l'été . L'été dans le Sud, comme une lame tranchante découpe le jardin en profondes crevasses, assassine le vert des fruitiers qui pleurent des feuilles déjà jaunies et où quelques fruits deviennent alors visibles. L'été dans le Sud c'est une chaleur écrasante, asphyxiante, aux volets fermés l'après-midi ou près d'une rivière pour les plus chanceux ! L'été dans le Sud ce sont des vacanciers venus souffrir sur les grands axes, mourir dans les bouchons interminables, s'attabler à de fausses tables, recevoir de faux sourires, contempler des pierres et des plaques, s'allonger aux cancers des plages et rentrer aux brumes le teint hâlé fauchés comme les blés ! Le Sud c'est la fournaise des vacances, le désespoir des agriculteurs, les landes de pins et les incendies puis l'attente inquiète des orages comme le pardon violent de la nature.

Pensée du jour. 21/07/2020

Vues : 45

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 25 juillet 2020 à 21:44

Bonsoir Monsieur Robert Paul,
Merci pour votre appréciation.
Avec mes amitiés, gilbert.

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 25 juillet 2020 à 21:42

Bonsoir Adyne,
Merci  d'être passée par le Sud !
Amitié,gilbert.

Commentaire de Gohy Adyne le 25 juillet 2020 à 20:15

Bonsoir Gilbert, 

Une belle description du sud avec ses bons et ses mauvais côtés!

Amitiés.

Adyne

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 25 juillet 2020 à 12:19

Bonjour Anne-Marie,
Surtout pour un ex franco-belge émigré en Périgord. Mais je suis sévère car c'est un pays magnifique en d'autres temps . On peut le découvrir en vélo. Les montées sont raides. On est loin du plat pays de Liliane qui pour l'avoir bien  traversé reste tout de même le pays symbole de la " petite reine" !
Amitiés, gilbert.

Commentaire de Anne Marie REMONGIN le 25 juillet 2020 à 9:31

excusez ma faute de grammaire (la montagne est ..)

Commentaire de Anne Marie REMONGIN le 25 juillet 2020 à 9:29

Comme vous avez raison Gilbert, le Sud c'est la foule et la fournaise en juillet et Août.
Pour ma part j'ai toujours évité de m'y rendre à cette période, la montagne et bien plus agréable et "respirable"même en ces temps de confinement.

Mais je comprends aussi Liliane qui a tant besoin de soleil, de chaleur après des mois passés dans le confinement, il faut recharger les batteries pour affronter la suite ....

En ce moment je vous lis de derrière mes volets baissés car il fait très chaud dans le "Grand Est", et ce n'est pas le Sud de Gilbert.!!!
Bon week end à vous .


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 21 juillet 2020 à 23:55

Cher Gilbert,

Nous avons tous deux raison, notre point de vue est différent, tout simplement.

Le Sud, qui se meurt sous la chaleur, et le Nord, qui rêve de soleil et dépaysement, quelque soit la situation.

Pour ma part, je reviens de deux semaines à l'Adriatique en Italie, où le dépaysement nous a fait un bien fou, mon époux et moi-même, qui étions las d'être doublement punis, par quatre mois de confinement, d'abord, puis la certitude que, compte tenu de notre âge, nous resterions encore très longtemps masqués et distancés.

Vive la chaleur, le soleil, la plage, les apéros et l'amitié !

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 21 juillet 2020 à 16:36

Chère Liliane,
Bien d'accord avec vous, le soleil est honteusement marchandé. Faire payer la beauté d'un paysage, faire payer un transat sur la plage au motif qu'il faut faire tourner une affaire et exploiter de pauvres étudiants afin qu'ils paient leurs études c'est un peu facile non ? Et voilà que ces exploitants se plaignent aujourd'hui ! Croyez-moi ils ont de la réserve et personne ne leur a demandé de faire ce métier. Je ne dis pas merci aux vacanciers qui viendraient en cette période pour les soutenir mais plutôt de rester chez eux en ce moment. Toujours cette hâte de braver le danger ! L'été est partout , au Nord comme au Sud et je le redis derriere mon volet fermé : le Sud c'est la fournaise !
Amitiés, gilbert.


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 21 juillet 2020 à 15:43

Très beau mais je dois oublier de lire la phrase des vacanciers, moi qui en suis, moi qui vis dans les brumes du Nord, tendant mon cou aux quelques rayons du soleil lorsqu'il se montre enfin, j'admire les beautés de la Provence, de l'Ardèche, de la Camargue, des Landes, je respire les parfums de la lavande, j'écoute le chant des grillons, le coassement des grenouilles; le tourisme de masse, je le fuis, mais lorsqu'il n'est pas présent, les pauvres autochtones se languissent dans leurs hôtels vides, l'économie se retrouve exsangue, les plagistes sont en faillite, sur leurs plages abandonnées, en ce moment, ils pleurent le vilain virus qui détruit leurs revenus. Merci à tous ces vacanciers du Nord, pour la patience qu'ils ont de descendre dans les bouchons, de leur appétit à prendre l'apéro sous le platane, de leur besoin de faux sourire, de leur besoin de soleil, d'évasion, loin de leur bureau, de leur usine, de leur quotidien arrosé de pluies acides, merci pour les devises dépensées au double de prix lorsque août arrive. Le soleil est le fruit d'un marchandage honteux.

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 21 juillet 2020 à 10:48

Comme un tableau...Magnifique!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

De belles oeuvres de Liliane Magotte:

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en janvier 2021. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation