Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Du gothique à l'hydraulique...

Le bâtiment des moines, qui devint filature au XIXe siècle, et le canal creusé au XIII siècle.

L'abbaye vous ouvre les bras...

Démantelée à la Révolution, son église démolie, transformée en filature, délaissée... et pourtant quelle majesté !

Lors de sa contruction, l'église était un vaisseau de clarté. Pensez... une nef de 106 mètres de long pour 28 mètres de haut, inondée de la lumière de ses innombrables vitraux. Avec son choeur à sept chapelles rayonnantes, voilà un dispositif vraiment royal. Un couronnement.

Démantelée... misère !

(vitrail du réfectoire, détail)

Nonobstant, l'abbaye de Royaumont, fondée en 1228 par Louis IX (1214-1270), avec la bénédiction de sa mère Blanche de Castille, présente à certains égards un aspect austère...

Normal, au-delà des injures de l'histoire, elle devait répondre aux règles de l'ordre cistercien.

Le cloître, son jardin à la française restauré en 2010,

avec vue sur la sacristie et la salle capitulaire.

L'abbaye royale fut donc destinée aux moines cisterciens, adeptes d'un ordre traditionnel qui renouerait avec la règle de saint Benoît de Nursie, dont les bénédictins s'étaient un peu trop éloignés, et que soutenait avec âpreté saint Bernard de Fontaine, abbé de Clairvaux (1090-1153).

Benoît (ca 480-547) prônait le recueillement et le dénuement, la journée monacale devant harmonieusement se répartir entre la prière (sept offices tout de même), l'étude (la lecture divine) et le travail (aménager, bâtir, cultiver).

Sur ce dogme, Robert de Molesme (ca 1029-1111) fonda l'ordre cistercien. Cîteaux, mère de Royaumont.

Le cloître et le cellier (à gauche).

De l'église, il ne subsiste que le mur attenant au cloître.

Mais la règle se relâche, certainement ce que l'on appelle avoir du mou dans le cordelier.

Saint Bernard resserre les noeuds, développe l'ordre cistercien dans un strict retour à la règle, fonde Clairveaux, prêche pour une deuxième croisade... tendre férule.

Et Louis IX ira régulièrement faire retraite à Royaumont. Comme un moine prie et reçoit la Discipline.

La légende de Saint Louis était née et allait perdurer pour l'édification des masses.

Le cloître, sa galerie avec ses aériennes colonnettes en délit et chapiteaux à crochets.

Royaumont est donc ordre, rigueur, pureté face au faste de Cluny.

Une abbaye d'hommes, dans la même ligne que celle de Chaalis (voir "Le domaine royal de Chaalis" sur A&L ) toute proche, fondée par Louis VI le Gros (1081-1137), et le pendant de celle de Maubuisson, réservée aux femmes.

Elle fut aussi la dernière demeure des princes, les rois ayant leur nécropole à l'abbaye de Saint-Denis. Curieusement, les sépultures princières furent transférées à Saint-Denis pendant la Révolution.

Une architecture austère et majestueuse ? alors qu'un strict plan l'aurait voulu simple, pure et légère, toute baignée de lumière ? La contradiction est dans le coeur des hommes, mais le roi est Dieu sur terre.

Le réfectoire des moines.

Une abbaye richement dotée donc, sous l'apparente simplicité de l'appareil.

Au point que l'abbé fut chapitré en 1253 pour les exubérances décoratives de l'abbaye, avec rappel à l'ordre de saint Bernard qui condamnait les représentations figuratives.

Il fallait rogner sur les outrances. Prêcheur n'est pas pécheur.

Et la vie monacale reprit son train, le roi Louis le Prudhomme meurt en 1270 et sera canonisé en 1297. A bon roi, bon droit.

Et Louis IX, dit le Prud'homme, devint pour tous Saint-Louis, juste et preux roi.

Saint-Louis rend la justice à Vincennes

(cathédrale de Senlis, à quelques lieues de là, détail d'un vitrail dû à Claudius Lavergne, 1863).

Le réfectoire et son pavement restauré en 2002.

Le grand orgue date de 1864. Installé ici en 1936, il a été entièrement restauré en 2007 et doté d'un buffet.

La guerre de Cent Ans passe, l'abbaye décline. Aux malheurs de la guerre succèdent les ravages, Charles le Mauvais allant jusqu'à la rançonner, famines et incendies la menacent de ruine...

Les cuisines (à droite) et le réfectoire des convers, plus austère,

depuis le "jardin des neuf carrés".

Suite de la visite dans un prochain numéro...

Michel Lansardière (texte et photos).

Vues : 895

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Lansardière Michel le 1 octobre 2015 à 19:11

Merci Nicole. Heureux de voir la série Royaumont avoir recueillie autant de réactions positives, surtout pour ce premier épisode. A bientôt pour un autre feuilleton !

Commentaire de Lansardière Michel le 26 septembre 2015 à 13:50

Merci Marie-Jo de t'être arrêtée ici à nouveau et d'y avoir porté ton appréciation.

Commentaire de Lansardière Michel le 5 août 2015 à 19:58

C'est très gentil Viviane.

Tu pourras découvrir les deuxième et troisième partie de la visite sur le site, avec toujours beaucoup d'histoires, la petite et la grande mais que j'essaye de toujours conter sur un ton léger (une 4e sur les collections est en préparation).

Amitiés

Commentaire de ALBERTI Viviane le 5 août 2015 à 16:58

Mémoire des pierres, en effet Michel ! que d'histoires à nous raconter si elles pouvaient parler .

C'est aussi un bel hommage rendu à tous ces compagnons qui ont oeuvré à ce bel édifice.

Toujours un plaisir à lire tes billet.

Commentaire de Lansardière Michel le 31 juillet 2015 à 18:35

Bien content que ce billet connaisse un certain succès en cette période de vacances. Merci Michèle.

Commentaire de Michèle JURET le 31 juillet 2015 à 18:21

J'ai beaucoup aimé ce lieu qui incite au recueillement et à la sereinité. Beauté de l'architecture, beauté des jardins... A voir et à revoir !


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 31 juillet 2015 à 18:01

Ben dis donc, Michel, je n'aurais pas commenté !!!

Je manque à tous mes devoirs, mais il est vrai que je fus sevrée d'internet dès le 4 juillet, à mon grand désespoir !

J'adore tes jeux de mots cordeliers !

Beau billet ! Merci du partage !

Commentaire de Lansardière Michel le 31 juillet 2015 à 17:29

Merci aussi à Georges, si discret mais toujours fidèle à mes petits papiers.

Commentaire de Lansardière Michel le 31 juillet 2015 à 17:27

Lieux de paix propices à la création. Bien content que cette halte ait été appréciée. Merci Sandra.

Commentaire de Lansardière Michel le 20 juillet 2015 à 13:37

Merci pour cette appréciation Françoise. La troisième partie est bientôt prête et je pense même en ajouter une quatrième sur les collections de Royaumont.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation