Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

« La Vérité » pièce de Florian Zeller au THEATRE ROYAL DES GALERIES

Propos très vrais… à propos de l'Art du Mensonge!

Il y a quelques temps, on jouait  à la Comédie Claude Volter « Si tu mourais » une autre  pièce de Florian Zeller d’une très belle facture. Et déjà, le mensonge n’était pas une vérité en l’air ! Aujourd’hui, au théâtre des Galeries la nouvelle pièce de Florian Zeller « La Vérité » qui est encore une comédie sur le mensonge, est  résolument moderne. C'est l'histoire d'un menteur … à qui tout le monde ment. Sa femme sa maîtresse, son meilleur ami. Cette pièce légère et très cohérente est admirablement servie par un quadrille de comédiens chevronnés, tous plus justes (vrais?) dans leur interprétation les uns que les autres. Remarquez, on s’en doutait un peu, car la distribution cinq étoiles ne peut pas faillir. MARIE-PAULE KUMPS, MARIE-HELENE REMACLE, MICHEL PONCELET et PIERRE PIGEOLET (qui s’appelle Michel) réalisent un sans-faute pour interpréter magistralement, la vitalité et le charme piquant des dames, et le contraste entre l’honnête homme et le mufle, du côté hommes. Des personnages humains et attachants, même celui de Michel qui nous tend son miroir grossissant !

Le spectateur suit l’évolution de l’intrigue l’œil amusé car c’est à lui de deviner la vérité. Pour une fois, contrairement aux ressorts habituels du théâtre de boulevard, les personnages sur le plateau tournant ne sont jamais sérieux. Tout est faux ! Seriously ? Une pièce poisson d’avril avant l’heure… et une réflexion véritable sur l’approche Voltairienne du mensonge : « Le mensonge n'est un vice que quand il fait mal. C'est une très grande vertu quand il fait du bien. Soyez donc plus vertueux que jamais. Il faut mentir comme un diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment, et toujours. Mentez, mes amis, mentez, je vous le rendrai à l'occasion. » Une phrase en exergue de la pièce dans l’édition de chez Flammarion en 2011.

La Vérité - ©Fabrice Gardin 195 [1600x1200].JPG

Mais ce qui frappe surtout, c’est la peinture du monstrueux égocentrisme du personnage de Michel, surjoué à dessein par PIERRE PIGEOLET afin que nul n’en n’ignore. Cette masse d’égocentrisme pervers est tellement déferlante et irritante qu’elle contribue à faire accepter encore plus facilement la théorie de Voltaire ! Alors que le personnage de Michel utilise le mensonge uniquement à des fins personnelles. Sous le couvert du mensonge, cette pièce nous dit donc la vérité sur le plus grand défaut de l’homme. No kidding !


Cette comédie dont la mise en scène est signée Patrice Mincke amuse vraiment et pose en filigrane la question du mensonge sous toutes ses formes dans notre société.   Comme le dit très bien George Orwell : "A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire." ...Et dans les relations intimes,  connait-on jamais la vérité de l'AUTRE?


THEATRE ROYAL DES GALERIES, Galerie du Roi 32 1000 Bruxelles, Infos Réservations: 02 / 512 04 07

http://www.trg.be/saison-2013-2014/la-verite/en-quelques-lignes__4585

Vues : 1447

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 14 février 2014 à 17:09

Le héros de "La Vérité" trompe sa femme avec celle de son meilleur ami. Même si le triangle classique du vaudeville devient un quatuor, voilà un thème rebattu. Florian Zeller l’admet en précisant : "Il faut bien travailler avec des figures identifiables, pour pouvoir les détourner, inventer des chemins surprenants et faire en sorte que les spectateurs aient le sentiment qu’on leur parle d’eux." Visant avant tout à nous faire rire, il nous embarque dans une comédie effervescente, qui redore le blason du mensonge.

VOIR EN LIGNE :
Texte

Alice a du vague à l’âme. Elle aimerait qu’après l’amour, Michel se montre plus tendre et surtout que leur liaison ne se résume pas à ces galipettes hebdomadaires, dans une chambre d’hôtel anonyme. Pas une nuit complète en six mois ! Se sentant coupable, elle brûle de révéler la vérité au mari qu’elle aime toujours. Réactions véhémentes de Michel. Paul, son meilleur ami, vient de perdre son job. On l’a jeté comme un kleenex. Pas question de l’accabler par un aveu ! Sensible à ses regrets, il fait choisir à sa maîtresse la date d’un prochain week-end en amoureux et annule une réunion, pour prolonger leurs ébats.

En l’interrogeant sur son après-midi, sa femme, Laurence, lui tend des pièges. Pour endormir ses soupçons, Michel rebondit de mensonge en protestation indignée. Avec une mauvaise foi confondante. Chaude alerte qui ne remet cependant pas en question son escapade avec Alice. Mais lorsque Paul lui confie ses doutes sur la fidélité de son épouse, il commence à perdre pied. Et il est saisi de vertiges en découvrant que les autres lui cachent la vérité. Pour le protéger ! Il nous amusait beaucoup en menteur cynique, il est encore plus drôle en arroseur arrosé.

Pierre Pigeolet le fait vivre avec un punch époustouflant. Cajoleur, narcissique, hâbleur, Michel ment effrontément. Par intérêt mais également par plaisir. Il faut le voir jubiler dans le rôle de la "tata d’Alice". Et puis englué dans la toile qu’il a tissée, il déclenche des fous rires par ses coups de gueule contre l’hypocrisie ambiante. L’auteur réussit à désarçonner le spectateur par les retournements de situation et la part d’ombre qui enrobe les autres personnages. Incarné avec un flegme désarmant par Michel Poncelet, Paul est un ami de plus en plus inquiétant. Tout le contraire de la victime, que prétendait ménager Michel. Alice (Marie-Hélène Remacle) fait sentir que son couple est encore solide et Laurence (Marie-Paule Kumps) nous surprend par ses comportements ambigus. Nous sommes loin des stéréotypes du vaudeville. La mise en scène intelligente de Patrice Mincke fait émerger la complexité et l’humanité de ces quinquagénaires à la recherche d’un deuxième souffle.

Remarquablement construite, cette comédie séduit par sa cocasserie et son humour grinçant. Mais, sans jouer les moralistes, Florian Zeller suscite aussi notre réflexion. "Si les gens arrêtaient de se mentir du jour au lendemain, il n’y aurait plus aucun couple sur terre. Et dans une certaine mesure, ce serait la fin de la civilisation." affirme Michel. On ne souscrit pas aux propos excessifs de ce menteur invétéré. Pourtant les relations entre les membres du quatuor nous suggèrent que la vérité est inaccessible et qu’elle a besoin des voiles du mensonge.

Commentaire de Deashelle le 10 février 2014 à 13:00

Sans mentir, cette pièce vaut bien un fromage!

Commentaire de Deashelle le 10 février 2014 à 12:53

Photo: La Vérité, la critique du Soir...

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation