Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

 

 

Le Tout Bruxelles, façon United Colours  Benetton, ne peut s’empêcher d’accomplir un pèlerinage  annuel au théâtre des Galeries pour sa Revue légendaire. Toute la famille est de la partie, même de très jeunes qui ne comprendront rien à certaines envolées humoristiques ou égrillardes. Y aller est une institution…  Le spectacle tient d’ailleurs l’affiche pendant deux mois, c’est dire ! Nous avons toujours reculé, par ce que, les blagues à six sous, le zinzin, le mélange vie parisienne et vie politique belge…. Bof !

Et si c’était le dernier Noël de la Belgique ? Si cette année, le traîneau des Sublimes Rennes  avait fissuré le bloc germano-latin tout le long de sa frontière, en remontant vers le Grand Nord, laissant derrière lui,  l’irréparable fracture?

On s’est donc laissé convaincre et on s’est posé joyeusement sur un océan de glamour, de bon goût, de textes dits avec vivacité, de clin d’œil acéré tous azimuts. Bref du chansonnier débridé d’antan, mêlé à de savantes chorégraphies, des jeux de lumières très étudiés et envoûtants,  des voix étonnantes, des imitations délirantes. La salle, conquise d’avance, il est vrai laisse fuser ses rires sans retenue, se pâme de plaisir, les visages ont déposé toute sinistrose. On regarde même son voisin avec connivence entendue! Un modèle de fraternité ! Rien que pour ce sentiment, cela vaut la peine! On devrait séquestrer ces spectateurs bienveillants et les sommer de former un gouvernement… la formule, originale, nous sortirait peut-être – de l’enlisement où nous sommes…

La phrase d’ouverture est bien : « Viens, le rêve t’emmène… ! » Chantée, dansée, envolée par des professionnels du spectacle, tous plus éblouissants les uns que les autres.  

On retrouve vite notre roi, tout habillé,  au lit avec « sa lasagne chérie », au garde –à-vous, prêt à recevoir un nouveau négociateur. Ses insomnies lui soufflent de nouveaux noms : sécateur, extincteur, … congélateur, le bonheur est dans le  pré - servateur. La rime est riche et le temps est long ! La salle trépigne!

Au cœur de ces amplifications humoristiques on retrouve évidemment les sombres histoires de prêtrise pédophile, jetées en pleine lumière. «  Vie biblique, vie lubrique », une parodie du Vie privée, Vie publique de Mireille Dumas, dépèce le cardinal Danneels par le menu  et Hadja Lahbib lacère Monseigneur Léonard et son illustre Patron Romain. Les allusions à propos de Sarkosy et ses amours « romaines » avec ou sans papiers jettent les spectateurs dans l’hilarité. C’est inévitablement le tour de Bart de Wever de se faire retourner par un présentateur de la RTBF, Pierre Pigeolet. Le moins bon numéro est celui qui met en scène Elio, Laurette et Michel Daerden, largement imbibé, dans un show télévisé - trop bête pour être vrai? L’émission de « Nom de Dieu ! » est tombée bien bas! Il faut que le présentateur appelle son invité « Papa ! »

 

Mais à part cela, on reçoit en plein cœur la voix profonde d’une charmante Cendrine Ketels dans des chansons, trop courtes, qui sont un vrai délice. La musique et la chorégraphie brillantes de « The Phantom of the Opera » séduisent immanquablement, malgré l’amertume des attrape-voix fantômes qui sapent la démocratie. Richard Ruben, qui passe vite pour maître de cérémonies est irrésistible.  Sa «Gisèle» de Marcinelle est savoureuse, les accents se suivent et ne se ressemblent pas! Gonzague  ou loosers de la périphérie, experts de Bruxelles Ville Propreté, tout déclenche le rire et la bonne humeur. Un spectacle de qualité, peaufiné et enlevé!

 

 

 

http://www.trg.be/Public/

 

 

 

Vues : 266

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 15 janvier 2011 à 16:06

Sur l'air du poiçonneur des Lilas:

 

Je suis navetteur d’mon état
A longueur de journée j’roulais aux pas,
Sur l’autoroute, les artères, dans les cratères !
Pour tuer l’ennui, je lis du reste,
Rien qu’des trous, des p’tits trous, encore plein de trous !
Des p’tits trous, des grands trous, enfin des nids de poules,
Des nids de seconde classe, des nids de première classe…

Commentaire de Deashelle le 11 janvier 2011 à 10:55
Commentaire de Deashelle le 11 janvier 2011 à 10:55
Commentaire de Deashelle le 31 décembre 2010 à 10:03

CRITIQUE

La Revue, c’est un peu comme

la messe de Noël. Il y a

les inconditionnels, ceux

qui y vont parce que c’est la tradition,

sans trop se poser de questions,

et ceux dont ce n’est pas la

confession. Si on fait partie de

cette dernière catégorie de mécréants,

on avoue que, cette année,

les officiants ne manquaient

pas de talent et que le

service se laissait agréablement

regarder, surtout dans la première

partie, la seconde souffrant de

quelques lourdeurs.

C’est sur un drapeau belge déchiqueté

que s’ouvre ce spectacle

destiné, comme chaque année, à

passer en revue l’année écoulée

et toutes les absurdités de notre

petit pays bien malmené. La Revue

n’aurait pu rêver situation

plus surréaliste que ces six mois sans gouvernement. Pourtant,

ce n’est pas tant la politique que

la crise dans l’Eglise qui a nourri

les auteurs de cette nouvelle édition.

Messeigneurs Danneels et

Léonard sont largement sollicités,

l’un dans une parodie du Vie

privée, Vie publique de Mireille

Dumas, devenu Vie biblique, Vie lubrique, l’autre devant le micro

de Hadja Lahbib.

Les scandales pédophiles

émaillent aussi les autres

sketchs avec un humour forcément

en dessous de la ceinture.

On re trouve les clients habituels,

avec en tête un Michel Daerden

en permanence aviné, ce qui ne l’empêche pas de gérer les affaires

« coulantes ». Le Roi en

pyjama, Anne-Marie Lizin en

poulpe : les têtes n’ont pas beaucoup

changé pour cette nouvelle

Revue.

Devenu un habitué de ce rendez-

vous de fin d’année, Richard

Ruben amuse la galerie, ou plutôt

les Galeries. On adore son interprétation

de JCVD, et sa vision

mathématiquement absurde

de la situation belge. On rit

aussi de son duo avec Pierre

Pigeolet pour convoquer les frères

Bogdanov et leur démonstration

intergalactique sur l’état de

notre planète belge au bord du

big bang et vouée à finir en popcorn.

L’humoriste est très fort pour

jongler avec les stars de la chanson,

mixant les tubes, ce qui

nous donne Arno revisitant Adamo.

Pour la partie politique, l’humour

reste très en surface, baptisant

la Belgique, « république démocratique

du complot », faisant

des ponts entre Kabila et

Serge Kubla, invitant un Bart De

Wever obèse et maladivement

têtu, et n’évitant pas des parenthèses

douteuses sur la vie privée

d’un certain Philippe Moureaux.

Pour finir avec un interminable

show télévisé entre Elio, Laurette

et Michel, les saouleries de

ce dernier finissant par lasser.

L’état des routes, le tri sélectif ou

la bourde du fils De Croo sont encore

au menu de cette Revue, emballée

de chorégraphies et chansons

sirupeuses, mais aussi indissociables

de cet exercice que le

« Divin Enfant » de la messe de

minuit. CATHERINE MAKEREEL

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation