Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

En partage, les 3 premières pages de mon livre/essai "Doria"


DORIA

Bruxelles chantait, malgré la grisaille d'un soir d'hiver, en ce début de l'an 1991...
Comme bon nombre d'entre nous, je rejoignais mon domicile, fatigué de ma journée et heureux de retrouver mon chez moi, ... de m'y vivre à l'aise, avec pour seul motif celui de me faire plaisir.
Et ... j'avais faim!
J'habite, là maintenant, un petit studio original situé au sommet d'une tour de 10 étages. Cet endroit m'offre surtout une terrasse spacieuse qui donne vue sur la forêt de Soignes, cette forêt qui fut tellement vaste avant l'urbanisation.
Du haut de ma tour, j'ai le loisir d'observer les alentours et les arbres. Là, d'en-haut, j'aime me nourrir de ces géants de la Nature qui se meuvent, si étonnants de vie, au gré du vent, ... que ce soit dans la tendresse d'un vent amoureux à la caresse douce et chaleureuse ou dans une danse endiablée, passionnée, tourmentée aussi parfois, tel un flamenco espagnol lorsque ce même vent se fait soudainement plus violent ... car alors là, la valse du sommet de ces grands se meut dans tous les sens, à l'endroit, à l'envers, dans toutes les directions imaginables...
Cela me passionne, m'effraye aussi quelquefois, ... toujours, il est évident, selon mon état d'esprit du moment et, ... il y a aussi parfois la nostalgie furieuse d'un tango argentin en quête d'amour partagé.
Cette vie là, plus bas, selon la hauteur de ma tour, ... cette nature que j'ai le temps de contempler dans toute son ampleur, m'offre un spectacle quotidien qui me fascine par sa beauté, son mystère et sa diversité dans son mouvement de danse toujours et sans cesse exprimé, renouvelé comme une fureur de vivre.
Et oui, ... je suis relativement conscient combien ma solitude présente m'ouvre de la sorte l'espace/temps intérieur pour observer, contempler la vie, ... la ressentir et m'y vivre, tout en me posant mille questions. J'en ai le temps et je m'en inspire. C'est peut-être, ce que peuvent expérimenter certains drogués lors de leur expansion d'eux-mêmes? Cette expansion, moi je l'expérimente en contact avec la nature dans une forme de télépathie telle une communion et, ... il s'ensuit le libre cours de mon imagination dans laquelle je me permets de voguer, voyager, tourbillonner, découvrir par la simple grâce de la mouvance, ... au gré du vent.
Et je me vois là, ici maintenant, engendrer le futur de mon existence, sans même avoir encore la capacité des mots justes pour l'exprimer, le partager. Les mots sont-ils limitatifs si non vécus consciemment?
Car oui, dans ces moments-là, je permets à tous les états de mon être d'exister, ... la tristesse, la colère, les moments intenses de joie profonde, ... tous ces états intérieurs qui sont partie intégrante de mon expérience existentielle... J'en arrive même à aimer choisir vouloir fusionner le pour et le contre! Que m'arrive-t-il dans cette envie soudaine qui vient de mes entrailles, de voir le pour et le contre comme faisant partie d'un même élan de manifestation?
Pourtant la légèreté qui s'ensuit est une délivrance de toute lutte intestine, je me vis hors lutte et même si c'est nouveau en mon état d'être et, même si je n'y comprends rien, ou pas grand chose encore, cela est indéniablement bien agréable.
Puis soudain, comme à chaque fois que j'atteins cet état, une question primordiale s'interpose: «Et moi, avec et dans tout cela, qui suis-je réellement?»
Souvent, seul le silence me répond, je n'entends rien, ... mais quelque chose se passe, cela je le ressens fort bien.
Mais que se passe-t-il donc en vérité?
Dans le doute conséquent à la non compréhension instantanée, mon côté analytique revient au galop et je me remets à analyser ma situation... Eh non, me dis-je, je n'ai pas encore accompli ce qui, pour moi, est primordial, je n'ai pas encore trouvé l'accompagnent «idéal», ce que certains nomment l'Âme Sœur!
Je ne suis pas un ours pour autant, j'aime la Vie!
Je me sens d'abord un peu comme affaibli, ... la vie, les autres, moi surtout qui se pose tant de questions, je ne sais plus où j'en suis. ... Un temps passe, puis soudain un flash!

Par «flash», je veux dire que, comme venue de je ne sais où, j'enregistre une découverte simple certes mais qui s'avère capitale, ... le mouvement engendre le mouvement, le changement, l'évolution... et donc de nouvelles découvertes au plus profond de soi!
Ici là et d'un coup de bambou, je ressens et vis m'ouvrir à un nouveau niveau de ma conscience, telle une porte vers de nouvelles potentialités non encore explorées. Une vastitude m'emplit, me nourrit et je me trouve dans l'intention, le choix d'aller de l'avant, ... de m'expérimenter tout azimut!
Oh la ... tout azimut! Est-ce dangereux car cela veut dire changement ... et cela peut faire peur?
Oui certes, je le veux mais?
Il est vrai qu'au niveau des pâquerettes, je travaille encore et je ne fais pas ce que j'aime, c'est donc les galères. Et même si d'autres y trouvent encore un quelconque «équilibre», il est évident qu'en ce qui me concerne, je me vis prisonnier d'un job qui ne me correspond pas, mais alors pas du tout.
Honnêteté oblige: travailler pour survivre est une chose, faire ce qu'on aime en est une autre, donc faire ce que l'on n'aime pas est une galère voire un esclavage «moderne»!
Et une question importante s'impose à moi: Ai-je encore envie de «survivre»?
La réponse est instantanée cette fois: Oh non, non et non!... Je ne suis pas suicidaire à ce point et «survivre», «joindre les 2 bouts», sincèrement, me dépriment au plus haut point.
Là maintenant, je sens la colère et la passion de vivre autrement m'envahir avec puissance...
A la fois déprimé, furieux et passionné, je prends une première décision... En homme solitaire donc, je choisis ce qui me vient spontanément à l'esprit et engendre un pas de danse, un mouvement qui me mène à ma kitchenette tout en chantant, j'espère pas trop bruyamment et même si, tant pis, ... j'ai faim, que vais-je donc m'offrir de bon? ...

Vues : 114

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Danielle Davin le 20 février 2016 à 19:07

Thanks again! En ce moment particulier, cela me va droit au cœur.

Commentaire de Carol Trottier le 19 février 2016 à 18:00
J'aime beaucoup ces confessions d'un homme confiées par une femme. Aride et profond.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation