Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Don Pasquale - Bruxelles (La Monnaie) Jusqu'au 23 décembre 2018

« Don Pasquale »

La première de « Don Pasquale » de Donizetti à Paris en 1843 signait aussi  la fin de la tradition de l’opéra buffa du 19e siècle.

 Alors que l’ « Elixir d’Amour » reste la plus succulente des comédies de Donizetti, cette œuvre qu’il écrivit quelques mois avant sa mort fait preuve d’une sagesse bienveillante et heureuse vis-à-vis de la vieillesse, qu’il traite avec une belle dose humour et d’humanité. Il y a dans cet opéra une touche dramatique extrêmement  émouvante, admirablement interprétée par le personnage principal très travaillé, Don Pasquale, ah! le sublime Michele Pertusi!

L’histoire. Ernesto (Joel Prieto) veut épouser sa bien-aimée Norina, mais son oncle, Don Pasquale, veut qu’il prenne une femme plus noble, de sorte qu’il n’ait plus à prendre soin d’un neveu plutôt flemmard qui se promène en pyjamas. Mais Ernesto refuse. Sur quoi, Don  Pasquale décide de prendre femme pour produire son propre héritier et ainsi se délier de toute obligation  vis-à-vis du neveu impénitent. Le Docteur Malatesta, sacrement corrosif,  propose de le présenter à  une sœur putative qui n’est autre que Norina. Une fois dans les lieux, celle-ci met tout sens dessus dessous. Ce qui est magnifiquement exprimé par la mise en scène du Français Laurent Pelly qui applique la notion à la lettre, en apôtre fidèle de la façon d’écrire de l’Ecume des jours, …dans ses passages cruels et capture  à la perfection l’esprit  opera buffa. On se souvient de son « Don Quichotte » en 2010 et du « Coq d’Or » il y a deux ans, beaucoup plus poétiques.

Décor de Chantal Thomas, et lumières de Duane Schuler qui  oppose les nuances de gris murailles aveugles avec l’invasion  flamboyante de la dame des lieux quittant sa voilette  ton sur ton,  pour un tutu théâtral solaire or et orange.  La féroce Sofronia/Norina est la reine des pestes et se lance dans des dépenses somptuaires, traite son mari - il y a un faux notaire (Alessandro Abis) – en bien pire que  toutes les soubrettes du Bourgeois Gentilhomme, Avare et Malade  Imaginaire confondues. Un sympathique corps des balais de tout âge  produit un moment de respiration  pleine de verve rebelle vis-à-vis  de l’insupportable maîtresse. Un chœur joyeusement  mené par Martino Faggiani.  On adore ! The house‘s on fire. Le pauvre Don Pasquale, cherchant un moyen pour s’enfuir du chaos créé par sa femme, appelle le divorce de ses vœux. Cherchant conseil auprès de Malatesta, son fidèle docteur,  solidement  campé par un  Lionel Lhote moustachu, intrigant et cynique,  Pasquale  s'aperçoit qu'elle a une affaire secrète. Il brûle de la  découvrir en flagrant délit dans le jardin. Lorsque  Pasquale confronte sa femme  qui  se révèle être Norina, à qui l'amoureux a apporté la lune,   il est ravi de ne pas être marié, et souhaite dans une pirouette bienvenue, bon vent aux deux jeunes amants. Plus faucons que tourtereaux. 

 

 

Cet opéra regorge de passages musicaux célèbres allant de l'aria d'ouverture de Norina au duo entre Malatesta et Norina, en passant par «Cercherò lontana terra» d'Ernesto, sa célèbre sérénade et le duo d'amour «Tornami». Dans le cast du 14 décembre nous n’avons pas eu le bonheur de  nous  délecter de l’adorable star Danielle de Niese  remplacée alors qu’elle avait chanté la veille dans l’autre distribution par la soprano belge  Anne-Catherine Gillet, une langue de feu qui n’hésite pas à chanter dans les positions les plus extravagantes. Mais le moment le plus pétillant de  l'opéra est le soi-disant «duo Patter» dans lequel Malatesta et Pasquale ont l'intention de révéler l'infidélité de Sofronia.  On demande aux deux hommes de chanter à grande vitesse des passages extrêmement rythmiques dans un tempo effréné. Cela conduit  bien sûr à l’hilarité générale. Avec cela, moult claquements de portes émaillent l’histoire, on ne sait jamais de quelle trappe sortiront les personnages… Et le chef d’orchestre extraordinaire, Alain Altinoglu, sur lequel les yeux se posent à de nombreuses reprises, est le grand régisseur du rire musical et du comique de scène.   La nouvelle déco sarcastique  du salon du pauvre hère ressemble à  bientôt à des pierres tombales et des  fleurs de cimetière… C’est drôlement féroce,  mais n’allez pas croire que cette production soit revisitée par Feydeau en personne, même si le metteur en scène est français. Pour la fin d’année, la Monnaie nous offre donc un humour un peu grinçant, emballé dans un cube en tranches de vie qui n’ont rien de très réjouissant, et l’on se prend à compatir avec un Don Pasquale au bout de son rouleau, qui de mari ridicule passe finalement pour une victime solidement égratignée par une jeunesse égoïste et sans états d’âme et qui ne  réussit à s’en sortir … qu'à un cheveu.  

DISTRIBUTION

Direction musicale  ALAIN ALTINOGLU
Mise en scène et costumes  LAURENT PELLY
Décors  CHANTAL THOMAS
Éclairages  DUANE SCHULER
Chef des chœurs  MARTINO FAGGIANI

Libretto di Giovanni Ruffini e Gaetano Donizetti, tratto dal Ser Marcantonio di Angelo Anelli

Don Pasquale  MICHELE PERTUSI
PIETRO SPAGNOLI (11, 13, 18, 20, 23)


Dottor Malatesta LIONEL LHOTE
RODION POGOSSOV (11, 13, 18, 20, 23)


ErnestoJOEL PRIETO
ANICIO ZORZI GIUSTINIANI (11, 13, 18, 20, 23)


Norina DANIELLE DE NIESE
ANNE-CATHERINE GILLET (11, 13, 14, 18, 20, 23)


Un Notaro ALESSANDRO ABIS

Orchestre symphonique et chœurs de la Monnaie
Académie des chœurs de la Monnaie s.l.d. de Benoît Giaux

Production SANTE FÉ OPERA (2014), GRAN TEATRO DEL LICEU (BARCELONA, 2015)
Présentation DE MUNT / LA MONNAIE

VENDREDI 21 DÉCEMBRE À 20:00 SUR MEZZO LIVE HD (EN DIRECT)

Dominique-Hélène Lemaire

Vues : 93

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 4 janvier 2019 à 12:01
Commentaire de Deashelle le 19 décembre 2018 à 17:54

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Commentaire de Deashelle le 19 décembre 2018 à 17:52

Orgueil et préjugés A La Monnaie, Don Pasquale, de Donizetti, s’attendrit du sort cruel d’un vieux mâle amoureux sous l’allégresse de la brillante mise en scène de  Laurent Pelly  


PAR VALÉRIE COLIN Le Vif Numéro 50 13/12/2018

ll est riche, célibataire, septuagénaire et profondément convaincu qu’épouser une jeunette lui rendra cette énergie dont il commence à manquer. L’histoire est vieille com me le monde ; elle met encore toujours sardoniquement en joie. Les déboires affectifs d’hommes fanés ont tant et tant alimenté les arts et la scène qu’ils devraient rappeler à chacun que puiser son/sa partenaire dans le vivier d’une ou deux générations plus récentes est rarement un bon plan au théâtre. Parce qu’ils sont souvent  avares, disgracieux, tyranniques, les barbons sont barbants. Et perdants. Et ridicules.
Mais voilà : Gaetano Donizetti, dans Don Pasquale (1843), son ultime comédie douce-amère (il l’aurait écrite en onze jours seulement, à un âge où, cinq ans avant sa propre mort, il sentait peut-être lui-même le vent de la vie tourner) a le chic d’ajouter à la farce ce qui la draine sans équivoque du côté du cœur : l’empathie.
Oui, son vieux garçon est formidablement grotesque, tout à son désir de jouir une dernière fois, coûte que coûte.
Mais au-delà du ressort comique, son histoire est bouleversante et mélancolique. Parce qu’il plonge protagonistes et public dans une forme de remords compassionnel lorsque s’ouvre, comme une évidence, le gouffre du constat d’échec de ce mariage tardif, parce que les mélodies orchestrales déchirent l’âme de tristesse et de désespoir intime, Don Pasquale est un chef-d’œuvre absolu.


Une maison de poupées

 Grâce lui est rendue par Laurent Pelly, dont la mise en scène honore magnifiquement toutes ces délicatesses et ces blessures, enfouies sous l’humour du livret (que d’espiègleries ! ) et la pyrotechnie lyrique (ah, ces ornementations, ces coloratures, ces aigus typiques de l’opéra italien !). Dans un décor d’antique maison de poupées, qui sera bien vite mise cul par-dessus tête, Don Pasquale (Michel Pertusi, en alternance avec Pietro Spagnoli), affublé d’une moumoute et des tics du grand âge, goûte progressivement à l’enfer auquel le soumettent sa nouvelle moitié Norina (Danielle de Niese et AnneCatherine Gillet), vipérine et dépensière à souhait, et son amant Ernesto (Joel Prieto et Anicio Zorzi Giustiniani), un genre de Tanguy de luxe, en plus maniéré.
La palme de la cruauté revient sans aucun doute au docteur Malatesta, dont l’acharnement à faire capoter l’hymen de son patient Don Pasquale reste aussi effroyable qu’énigmatique. En doublure avec Rodion Pogossov, cynique à plaisir et en pleine forme vocale, le baryton Lionel Lhote incarne ce très vil ami de la famille à la perfection.
Alors, il faut sans réserve aimer ce Don Pasquale, et à plus d’un titre. Parce qu’Alain Altinoglu le dirige avec les yeux qui pétillent. Parce que cette œuvre est le dernier opera buffa majeur présenté sur une scène italienne au XIXe siècle, un chant du cygne, en somme, d’un genre inventé un siècle et demi plus tôt, où s’illustrèrent, entre autres, les maîtres Cimarosa, Mozart et Rossini – après, la comédie sera presque exclusivement reléguée à l’opérette. Mais surtout parce que derrière le rire perlent les larmes. Essai sur l’orgueil et la tragédie personnels, Don Pasquale invite à méditer l’inexorable réalité de nos pertes, et du temps qui fuit. Drôle ? Non. Mais tellement inspirant.

Commentaire de Deashelle le 19 décembre 2018 à 17:29

Don Pasquale in een regie van Laurent Pelly

Commentaire de Deashelle le 19 décembre 2018 à 16:58

Aucun texte alternatif disponible.

Commentaire de Deashelle le 18 décembre 2018 à 20:20

Don Pasquale, réussite totale à La Monnaie

Le 15 décembre 2018 par Pierre Jean Tribot

Venant après une Flûte enchantée très problématique et une De la maison des morts peu festive par nature, cette nouvelle production de Don Pasquale de Donizetti faisait office de bulles de champagnes bien en accord avec l’ambiance des fêtes de fin d’année. Il faut dire que l’affiche pouvait rassurer les plus sceptiques : Laurent Pelly à la mise en scène et Alain Altinoglu en fosse ! Un tandem qui a fait ses preuves à La Monnaie !

Co-production avec les opéras de Santa Fe et du Liceu de Barcelone, ce Don Pasquale est d’abord une réussite scénique qui ne prête pas au débat contradictoire ! Laurent Pelly est à son affaire dans cet opéra qu’il mène au rythme endiablé d’un vaudeville cinématographique. On se plait à admirer chaque petit détail d’une scénographie réglée au millimètre et qui creuse finement les caractères des personnages de l’oeuvre avec dérision, humour mais aussi tendresse. Le décor de Chantal Thomas est simple et astucieux et, utilisé avec grande compétence, il participe au bonheur dramaturgique de cette production.

Côté distribution, deux casts se succèdent sur scène bruxelloise. Attendue dans le rôle Norina, la star Danielle de Niese fut annoncée malade et remplacée par Anne-Catherine Gillet, son alter-égo de l’autre distribution. La soprano belge est merveilleuse dans ce rôle qu’elle assure avec une grande présence scénique et un style vocal parfait. Son amoureux Ernesto, chanté par Joel Prieto n’est hélas pas du même gabarit vocal, on regrette des aigus plutôt difficiles et un timbre peu caractérisé, même si physiquement le ténor est à l’aise dans cette mise en scène. Michele Pertusi est, comme toujours, un modèle dans un rôle dont il connaît toutes les facettes et qui lui permet de faire valoir son brio et son intelligence du chant. Lionel Lhote est également exemplaire en Dottor Malatesta, et il se meut à merveille dans ce personnage. N’oublions pas de citer Alessandro Abis, fort amusant dans le petit rôle du notaire. Les choeurs sont peu sollicités par cet opéra, mais on apprécie leur présence et leur homogénéité, bien préparés par Martino Faggiani.     

Passant des redoutables difficultés de Janáček où il était apparu en difficultés, l’orchestre symphonique de La Monnaie fait belle figure sous la baguette galvanisante d’Alain Altinoglu. Cette oeuvre n’est certainement pas la plus difficile à diriger pour une baguette d’une telle envergure, mais le chef français sait mener ses troupes avec charisme et fine musicalité.

Bruxelles, Théâtre royal de La Monnaie, 14 décembre 2018

Pierre-Jean Tribot

Crédits photographiques : © Baus

Commentaire de Deashelle le 18 décembre 2018 à 20:19

Don Pasquale- Bruxelles(LaMonnaie)


Par Claude Jottrand | dim 09 Décembre 2018 


Un metteur en scène de talent, d’excellents chanteurs, un chef énergique et une partition
inusable, il n’en faut pas plus pour passer une bonne soirée, devant un spectacle divertissant,
pétillant, léger, drôle, imaginatif, bref, épatant pour les fêtes !
Au départ d’un dispositif scénique extrêmement simple, un plateau tournant présentant tour à
tour l’intérieur et l’extérieur d’une maison, Laurent Pelly conçoit un spectacle très bien rôdé,
parfaitement fidèle  au livret et à l’esprit de la partition, débordant d’énergie, truculent, sans
aucun temps mort. Certes, il utilise des trucs de métier sans doute abondamment vus ailleurs
dans de semblables vaudevilles – les portes qui claquent, les valises qui s’ouvrent toutes
seules, les personnages qui entrent systématiquement en scène là où on les attend pas – mais
qui font mouche à tous les coups. Il y ajoute quelques inventions nouvelles, comme le décor la
tête en bas lorsque Norina met littéralement la maison sens dessus dessous, créant un effet
comique irrésistible. Chaque moment de l’action est investi, travaillé, réglé au métronome,
chaque effet porte, entraînant le public dans l’hilarité générale. Il faut souligner aussi la
parfaite adéquation entre le travail de mise en scène et les effets de la partition, celui-ci
soulignant ceux-là, avec la grande complicité du chef. Derrière cette grande réussite, il y a, n’en
doutons pas, un travail minutieux, une fine analyse de chaque personnage, une grande
tendresse pour le pauvre Don Pasquale et à travers lui, pour les ridicules humains. Ceux qui
ont suivi le travail de Laurent Pelly ces dernières années (on se souvient des deux Massenet à
la Monnaie, Don Quichotte et Cendrillon, ou du Coq d’Or de Rimsky-Korsakov) ne seront pas
surpris de cette qualité, même si ce spectacle-ci n’explore guère la veine poétique, qui est une
grande force de ce metteur en scène. 

La partition du Don Pasquale n’offre guère de défi majeur à l’orchestre. On soulignera
néanmoins le très beau travail réalisé par Alain Altinoglu et l’orchestre de la Monnaie, le soin
particulier apporté aux solistes de l’orchestre et ce dès l’ouverture, et l’attention très réactive
du chef à tout ce qui se passe sur le plateau pour faire coïncider exactement les intentions
scéniques et les intentions musicales. Les tempos sont vifs mais permettent la respiration des
chanteurs, vocalement très à leur aise ; l’orchestre rebondit sans cesse et assure la cohérence
musicale du spectacle.
L’œuvre comprend cependant des parties vocales très exigeantes, nécessitant une diction
italienne volubile et virtuose. Ce sont précisément les qualités de Michele Pertusi qui assume
le rôle titre avec brio : se jouant de toutes les difficultés techniques avec une redoutable
aisance, il campe un Don Pasquale à la fois ridicule et touchant, en parfaite adéquation avec le
personnage. Lionel Lhote qui lui donne la réplique en Dottor Malatesta n’est pas en reste : la
voix est ample et très bien timbrée, le chanteur trouve là un emploi qui lui sied parfaitement et
qu’il remplit avec verve, humour et une vivacité d’esprit tout à fait dans le ton de la mise en
scène. Un peu en retrait, le jeune ténor espagnol Joel Prieto (déjà près de 10 ans de carrière,
néanmoins) joue de son physique de latin lover et incarne un Ernesto plein de charme mais né
fatigué ; la voix manque un peu de caractère et de brillant dans l’aigu. Mais la vraie vedette du
spectacle, celle qui attire vers elle toute l’attention du public, c’est Danielle De Niese (Norina),
seule voix féminine de la pièce, dont l’abattage, la technique vocale irréprochable et le jeu très
imaginatif – sans parler d’un physique de star – ne peuvent que susciter l’admiration. Poussant
le rôle aux limites de la caricature, elle fait preuve d’un véritable talent de comédienne, déploie
une énergie considérable et un humour corrosif, insufflant à son personnage énormément de
caractère et de présence. Tout petit rôle mais parfaitement tenu, Alessandro Abis campe avec
dérision le faux notaire complice de Malatesta. Tout ce petit monde fonctionne en équipe,
comme une véritable troupe, avec une belle unité de ton et de style.

https://www.forumopera.com/don-pasquale-bruxelles-la-monnaie-champagne

Commentaire de Deashelle le 18 décembre 2018 à 20:07

L’image contient peut-être : intérieur

Commentaire de Deashelle le 18 décembre 2018 à 19:23

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation