Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

                                                                   
                                                                        Le génie qui a frotté deux pierres l'une contre l'autre, qui les avait choisies parmi tant d'autres, qui avait imaginé en voyant des étincelles qu'il fallait les projeter sur de la paille bien sèche pour obtenir le feu est un soldat inconnu. Ou, sont-ils plusieurs, allez savoir ?  Pour simplifier on dit que c'est l'homme mais c'est peut-être la femme.En ces temps reculés où les femmes restaient " à la maison ", c'est probable ! Bref, il n'y a pas d'archives qui remontent si loin. Toujours est-il qu'à partir de ce moment nos ancêtres ont pu faire bouillir l'eau et cuire la viande. La viande, on se demande comment ils pouvaient l'attraper. Avec des arcs et des flèches grossières sans doute. De petits lapins, des oiseaux...


                                                                      Mais quand la lumineuse idée, une nouvelle fois, a frappé le génie d'un soldat inconnu de couler du métal grâce au feu et de perfectionner les engins de mort, ce fut une avancée spectaculaire de la connaissance humaine. Couler du métal et ceci grâce à deux cailloux frappés l'un contre l'autre ! Couler l'acier et l'or ainsi devenus deux prétextes à préserver le bonheur de l'humanité : l'un à verser le feu par les canons et les bombes, attisant ainsi la peur et la colère, l'autre à les répandre dans les pupilles dilatées de la convoitise ! Mais où dort cet autre soldat inconnu pour qu'on puisse l'honorer ?

                                                                       Grâce à ces génies, nous projetons maintenant de nous installer sur d'autres planètes afin d'y fondre des métaux précieux. Le premier qui y parviendra sera de nouveau le plus riche et donc le plus fort. C'est la suite logique depuis les deux pierres. Au passage , ces deux pierres viennent aussi d'un feu gigantesque. Et comme rien n'arrête le feu- surtout quand il est nucléaire- prions afin qu'un soldat inconnu ne veuille , lui aussi, marquer de sa pierre cette " chaude " histoire  tant redoutée par les peuples d'avenir n'aspirant au fond qu'à la tranquillité de vivre.  

Vues : 116

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Sandra Dulier le 3 novembre 2017 à 6:58

La découverte du feu par une femme... J'aime l'idée. 

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 28 octobre 2017 à 19:33

Merci pour votre attention Anne-Marie et bon WE à vous également.
Amitiés,gilbert.

Commentaire de Anne Marie REMONGIN le 28 octobre 2017 à 17:15

Quel chemin parcouru depuis ces 2 pierres, le génie de la découverte pour le bien et aussi pour le mal, mais où s'arrêtera-t-il ??? Prions pour la paix du monde!!!

Bon week end à vous Gilbert

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 28 octobre 2017 à 17:01

Merci Adyne. Bon week-end à vous de même. Amitiés, gilbert.

Commentaire de Gohy Adyne le 28 octobre 2017 à 12:48

Oui prions afin qu'un soldat inconnu ne veuille marquer de sa pierre cette chaude histoire tant redoutée par les peuples d'avenir n'aspirant qu'à une tranquillité de vivre, mais en remerciant le génie qui a frotté deux pierre l'une contre l'autre.......

Merci Gilbert.......Bonne fin de semaine.

Mes amitiés.

Adyne

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation