Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Du plus loin qu’il se souvient, il a toujours vécu les trahisons comme des coups d’épées. Sa compréhension n’a jamais voulu admettre ces mots, ces mensonges, ces actes. Les blessures engendrées sont restées à tout jamais gravées, tracées à l’encre rouge sur son âme. Pour avancer, il a fallu composer, pactiser, céder mais ne jamais oublier. Au fil des années, certaines douleurs se sont effacées, le temps les a gommés et en a allégé son cœur blessé.

Vulnérable malgré lui, il s’est forgé une carapace imprenable et ne l’a laissé percer que par des êtres dignes de confiance. Sa quête d’humanité a duré longtemps, très longtemps et parfois, son choix n’a pas toujours été à la hauteur de ses espérances.  Il a de nouveau ressenti cette inconstance comme une déloyauté, comme une infidélité à son égard.

L’amitié a été un passage plus doux dans le tumulte de sa vie. De beaux moments, intenses, qui lui ont fait oublier un instant la solitude et le silence.  L’amour aussi, pensait-il, est apparu. Il a voulu s’y jeter sincèrement. L’amour s’est terminé trop vite pour ne garder que des ruines, des larmes, des regrets.

Toujours debout, il suit sa route, solitaire, le cœur apaisé. Il a compris que l’homme est le plus complexe des êtres, qu’il faut beaucoup de patience pour le côtoyer, le comprendre et une grande âme pour l’aimer, que lui-même n’est pas aisé à vivre, toujours envahi du fantôme du passé. Les infidélités sont toujours aussi violentes, les déceptions inévitables mais il en assure le sens, l’intensité.

Le passé est à lui, les blessures aussi. Il s’en est accommodé et a fini par les admettre sans les accepter. Vivre cassé a été difficile. Et c’est pourquoi il veille au silence. Ce silence terrible que personne n’entend ou ne veut entendre.

 

Vues : 85

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Josette Gobert le 12 janvier 2017 à 14:02

Rien n'est jamais facile. Merci pour ce commentaire.

Excellente journée Jacqueline.

Josette

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 12 janvier 2017 à 13:26

Les aléas de la vie on n'y échappe que par quelques moments de grâce, quelques "petites pépites de bonheur" et tout repart jusqu'à...

Merci pour ce billet qui interpelle.

Jacqueline

Commentaire de Josette Gobert le 11 janvier 2017 à 13:58

Un sourire, une main tendue adoucissent et deviennent un bien très précieux dans la vie de certain. Merci du commentaire.

Excellente journée Nicole.

Josette

Commentaire de Nicole Duvivier le 11 janvier 2017 à 11:29

Merci du partage de tes lignes , Josette . Une réflexion profonde sur l'être humain , ses qualités , ses faiblesses, ses difficultés à traverser tant bien que mal l'existence aux côtés des uns, ou "en route parallèle" avec " les autres" , entraînés  dans le même  engrenage  ... certains questionnements resteront à jamais sans réponse ... le partage d'un sourire est , déjà, un des plus beaux cadeaux du jour qui soient ...il en est de nombreux autres qui trouvent le chemin du cœur , même dans le silence...

Cordialement, Nicole

 

Commentaire de Josette Gobert le 11 janvier 2017 à 10:17

Bonjour Gil,

L’impression du moment est que plus rien ne va, que c’était mieux avant, que tout était plus simple et plus facile dans le passé. La société évolue à contre sens. Tout ce modernisme, cette technologie, ce savoir-faire pour en arriver à combattre l’obscurantisme, l’extrémisme, la barbarie, la pauvreté alors que le monde devrait vivre dans la paix, l’opulence…c’est à croire que cela arrange des profiteurs éclairés.

Nous nous dirigeons vers une pensée simplifiée qui ne demande plus qu’à cocher un oui ou un non. Nos jeunes sont cernés par la « communication » qui en réalité, les isole, les détache de la vie, du réel.

Avancer et rester vigilant pour assurer une stabilité certaine aux plus jeunes. Un but à atteindre.

Bonne journée

Amitiés

Josette

Commentaire de Gil Def le 11 janvier 2017 à 7:22

Bonjour Josette

Depuis fort longtemps, je considère qu’on ne peut rien espérer de la vie si l’on n’a pas de sérieuses exigences vis-à-vis de soi-même, des exigences de qualités dans la réflexion, dans l’action, dans les analyses et jugements que l’on porte sur sa situation, sa vie, ses difficultés, ses échecs, ses réussites, des exigences de bonté, d’intelligence, de sincérité, d’efficacité dans les relations familiales, amicales, amoureuses et sociales. Malheureusement, les gens qui ont ces exigences de s’éviter bien des déconvenues et de vivre pleinement et passionnément sont vite taxés d’arrogance, de prétention, d’extrêmisme ou de malhonnêteté intellectuelle insupportable. Je vois en tout en cas de plus en plus de foules de gens tristes, têtes basses, qui n’ont plus de regards, qui n’ont le temps de rien et qui donnent l’impression de porter un fardeau trop lourd pour eux. J’entends de plus en plus de conversations braquées sur les mauvaises nouvelles, les catastrophes en tous genres, et puis les turpitudes du monde médiatique, les arnaques des bons plans pour gagner quelques euros, des conversations aussi méchamment désabusées de tout, et du genre humain. Je constate aussi que nous avons affaire à une société de la médiocratie où il devient impossible de trouver un interlocuteur responsable de quelque chose y compris dans ce que l’on nomme les services publics. Les responsables doivent bien exister mais ils n’ont pas de nom et ne sont jamais là. Et comme vous l’indiquez, l’on reste le plus souvent à devoir admettre cette solitude chargée de soucis et ce silence qui se répète, inacceptable tant il vous refuse d’être et de compter sauf à faire pénitence.

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Josette Gobert le 10 janvier 2017 à 19:03

Merci Adyne pour ce commentaire.

Excellente soirée.

Amitiés

Josete

Commentaire de Josette Gobert le 10 janvier 2017 à 19:02

Merci monsieur Paul pour la mise en exclusivité de ce texte.

Cordialement

Josette

Commentaire de Gohy Adyne le 10 janvier 2017 à 14:30

Texte émouvant, merci Josette pour ce partage.

Bonne fin de journée.

Amitiés.

Adyne

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation