Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

ATOME tu détruiras l’humanité.

Après Hiroshima et Nagasaki, Tchernobyl et le Japon plus tous les autres « incidents » mineurs déclarés ou non par les dirigeants ou les responsables de centrales, les humains de la planète ne doivent plus se poser de question sur la dangerosité du nucléaire. Elle apparaît dans toute son horreur et son in-maîtrisable destruction quand d l’homme s’est laissé dépasser par les événements.

Ce qui me semble le plus abject dans ces drames c’est de penser que d’autres centrales pourraient avoir un jour les mêmes résultantes et que malgré tout, nos dirigeants et les décideurs des grandes entreprises énergétiques mondiales, jouent avec nos vies et celles de leurs/nos descendants, uniquement pour pouvoir remplir un graphique positif ou présenter lors des assemblées générales un tableau Excel performant et « positif ». Positif toujours dans le même sens bien entendu, c'est-à-dire en adéquation avec la production mondiale « nécessaire » à l'économie (Quel vilain mot) et les rapports financiers positifs qui vont avec bien évidemment.

Qu’importe si le Japon pays soumis à des secousses sismiques ai osé prendre le risque de construire des centrales nucléaires qui pourraient l'anéantir, tout simplement, qu’importe si l’Italie fait de même, qu’importe si la Chine voulant rivaliser de richesse avec les pays occidentaux va investir dans des centrales gigantesques, car il faut fabriquer de l’énergie coûte que coûte. C’est avec cette dernière que l'argent qui gouverne désormais notre planète, peut et doit continuer à profiter à quelques milliers d’individus et d'organismes financiers, et à nos conforts, il faut bien le reconnaître !

Les autres solutions comme la bio-masse, l’éolien les usines marée-motrice, le captage de l'énergie cinétique des courants de marée ou le solaire ? Balayés ou ignorés, car pour l’instant jugé non productif à grande échelle, il faudrait tout repenser ; les financements, les formations d’hommes et de matériels, et puis surtout attendre trop longtemps pour que ces énergies propres rapportent autant d’argent que le nucléaire ! Il faudrait aussi refondre totalement nos modes de vies. Fini les vitrines insolemment allumées toutes les nuits, finies les illuminations prestigieuses des fêtes de fin d’années ressemblant dans beaucoup de villes au faste des jardins de Versailles, il faudrait interdire de fabriquer des gadgets totalement inutiles et gaspilleurs d’énergie électrique.

Pourtant si nous voulons que notre humanité ne se fonde pas dans les cœurs des centrales atomiques, nous devrons changer nos cultures du tout nucléaire et également ne pas rouvrir les mines de charbons en Angleterre ou en Chine qui polluent tout aussi insidieusement et salement, y compris la grosse polémique sur l'exploitation du gaz de schiste. Sans oublier qu’avec les centrales atomiques, ce qui revient de manière récurrente dans la presse avec Greenpeace et autres « montreurs du doigt », c'est... que faire des déchets ? Que découvrirons nos enfants et petits enfants dans 20 ou 30 ans ? Des dépôts de déchets cachés dans les sables des déserts. Nous le savons toutes et tous, mais nous nous taisons, par lâcheté ou par peur de perte de nos petits conforts et de nos habitudes de vies. D’où vient l'énergie quand la télé s'allume ? On s'en fout c'est l'heure du feuilleton.

Vous croyez en Dieu, Mahomet ou Bouddha ? Au grand Manitou ou à tout autre divinité ? C’est votre choix ! Vous ne croyez en rien mais simplement en l’homme ! Ce n’est pas un critère de non-appartenance à l’humanité. Alors il est grand temps d’oser dire NON, vos gaspillages de lumière, de produits idiots et inutiles, pas chers parce que de mauvaises qualités mais gros gaspilleurs d’énergie nécessaire à leurs conceptions, votre croissance qui n’est faites que pour alimenter les bourses mondiales, réfléchissez à ce qu'elle représente face à l'humain !

Nous ne voulons que vivre, simplement vivre, ou vivre simplement, mais ça saurons-nous encore le faire ? Ce n'est pas certain, hélas !

Vues : 116

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gérard BRETON le 5 juin 2016 à 23:42

Bonsoir Gilles, je serai moins prolifique que vous ce soir. Nous avons passé la journée dans les brocantes, pour voir en effet une multitude de vêtements, de jouets made in China, d'objets divers et ..invariablement identiques de laideur et de conception fragile et ridicule. Et puis aussi la plaque de soldat (1870) de l'arrière grand-père trouvé dans la grange par l'arrière petit fils et vendue 2,50 E pour pouvoir la négocier à 2 E. la solution je n'en ai pas, sauf faire marche arrière sur nos modes de sur-consommation. Allez bonne semaine. J'ai vu dans votre profil... Le Pas de Calais. nous nous sommes du Limousin depuis 4 générations, mais mes ancêtres sont toutes et tous des côtes d'Armor (Plestin les Grèves et environ) Nous remontons jusqu'en 1563 Kénavo !

Commentaire de Gil Def le 5 juin 2016 à 9:09

Bonjour Gérard,

Dernièrement, une charmante dame avec laquelle j’ai eu une conversion fort intéressante me disait que ça n’allait pas parce que nous étions trop matérialistes, mais à sa grande surprise, je lui ai répondu que nous ne l’étions pas, que nous sommes bien davantage des idéalistes fous, fous de croire encore en des valeurs sans vraiment les définir et de les sacraliser alors qu’elles ne sont que des impostures, des mensonges et des profanations répétées de la vie, de la mort de tant de gens sacrifiés depuis des siècles par une canaille qui prétend diriger le monde sans partage et sans contrôle et qui n’hésite pas à se payer dieu comme commandeur de leurs basses oeuvres.

Nous ne sommes pas matérialistes parce que cette tolérance, cette indifférence, ces grandes décharges irresponsables de la réalité de masses considérables de gens sur cette planète qui doivent vivre en des conditions matérielles déplorables, innommables de crasse et de misère, qui n’ont pas de quoi se nourrir, se loger, se soigner, s’instruire, des quantités de gens qui font les peuples de l’abandon, de la honte, que l’on chasse de leurs maisons, de leurs terres, de leur pays, que l’on prive de tout moyen de subsistance avec cet aplomb qu’il y va de projets d’intérêt général, des quantités de gens qui ne comptent pas, que l’on envoie à la mort ou qui ont affaire à nombre de saloperies racistes, fascistes et inhumaines. Nous ne sommes pas matérialistes à surexploiter et à brader aussi dans le même temps comme on le fait les ressources de la planète tout en sachant qu’elles ne sont pas inépuisables, que les méthodes que l’on utilise pour extraire les matières premières et produire bien des choses sont plus que discutables et détruisent tant et plus des tas de choses qui nous sont vitales comme l’air, l’eau, les espaces susceptibles de nous nourrir. Nous ne sommes pas matérialistes quand on dépense tant d’argent pour des tas d’objets dont l’utilité ou la solidité sont plus que discutables, quand on en jette tant et plus qui peuvent encore être utiles ou réparables, quand on en brade pour quelques euros en pensant que l’on a fait une bonne affaire. Se perd même la notion de valeur sentimentale des objets tant la rapacité fait le bonheur de tant de vendeurs de biens, tant je vois sur les trottoirs des choses qui n’ont pour moi rien à y faire. Ainsi j’y ai vu des tas de portraits de gens, vendus pour le prix du cadre, des tas de saloperies de la guerre, mais ce qui m’a fait le plus de peine c’est d’y voir un jour une chemise de déporté que l’on voulait vendre pour quelques dizaines d’euros !  Nous ne sommes pas matérialistes, et surtout inconscients à accepter tant d’arnaques commerciales qui sont l’apanage de la plupart des grandes enseignes qui se soucient avant tout de leurs chiffres d’affaires, et des marges juteuses qu’ils peuvent faire sur le dos des producteurs et des consommateurs, et pas du reste. Il y a quelques mois, un immeuble s’est effondré au Bangladesh, plus de mille ouvriers et ouvrières y ont péri. Grand silence dans les médias et puis amnésie de la part de toutes les enseignes pour lesquelles travaillaient tous ces gens pour des salaires de misère et dans des conditions déplorables. Ces enseignes ont toutes déclaré avec un aplomb sidérant ne pas savoir que ces gens travaillaient pour eux, et une fois de plus, tout ce monde s’est payé le luxe de se laver les mains de cet accident qui était un crime, un crime qui ne fera l’objet d’aucune instruction, d’aucune poursuite, d’autre mesure visant à en éviter d’autres. Nous ne sommes pas matérialistes avec des raisonnements de serpillière vis-à-vis de tant de problèmes qui le resteront puisque trop souvent l’on ne veut en rien envisager que la solution d’un problème est d’en supprimer les causes et non de traiter de ses conséquences. Nous se sommes pas matérialistes à enseigner comme nous le faisons, à être toujours en retard sur l’évolution des connaissances, à faire des têtes bien pleines plutôt que des têtes bien faites, à faire avaler aux élèves, aux étudiants un tas de conventions comme des vérités indiscutables, conventions dont une bonne partie est d’ores et déjà périmée, dépassée ou fausse, à négliger surtout totalement la démarche expérimentale, le pragmatisme, qui est pourtant une démarche majeure des sciences, à négliger le savoir-faire et le savoir utiliser à bon escient et efficacement les outils qui sont à notre disposition, ce qui éjecte d’ailleurs bien des élèves du monde scolaire qui ne comprennent pas que les écoles soient hors du monde.

A suivre pour ce qui est des solutions que vous proposez pour sortir de tout ça …

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Gérard BRETON le 1 juin 2016 à 22:49

Fichtre ! Si chacun à son double, Gil Def est le mien ! J'aurais pu écrire tous ces mots, mais il les a posé sur le clavier avant moi ! Merci Gil.

Commentaire de Gil Def le 31 mai 2016 à 11:07

Bien malin qui peut prédire ce que seront les décennies à venir tant le genre humain est capable du meilleur et du pire, tant il est difficile de savoir ce que seront les motivations, les aspirations, les capacités, les talents des générations qui nous suivront et feront le monde. Je ne sais pas s’ils seront meilleurs ou pires que nous. Pour ma part, j’aimerais qu’elles le changent totalement ce monde, le dégagent sans demi-mesure de l’emprise de cette religion obscène de la vanité, de la prétention, du clinquant, de la fausseté, de l’arrogance de valeurs qui n’ont aucun appui dans la réalité, et qui n’engendrent que des sociétés injustes, bien mal inspirées tant sur le plan matériel qu’intellectuel, qui se perdent, en mal de repères vis-à-vis de ce qu’est la vie, de ce que peut être le destin de l’humanité. Mais, pour le moment, je considère que nous sommes bien mal embarqués avec des supposées élites pour lesquelles le pouvoir, c’est juste le moyen de se faire une belle carrière et d’avoir l’aisance, le luxe, les honneurs qui vont avec. Nous nous sommes bien mal embarqués avec trop de peu de gens qui prennent le temps de réfléchir au lieu de subir ce gavage quotidien d’informations manipulées, de conventions, de convictions, de croyances, d’idées fixes qui nous embrouillent tant et plus. Nous sommes bien mal embarqués avec trop de gens dans l’addiction d’un tas de machins et qui courent tout le temps sans pouvoir en expliquer la raison, bien mal embarqués avec trop peu de gens qui décident de s’engager à changer les choses, de changer de vie sans attendre la permission ou la bénédiction de qui que ce soit.

Ceci étant dit, je peux tout à fait vous suivre pour souhaiter la sortie du nucléaire civil mais militaire aussi qu’on oublie tant et plus, et pour souhaiter la mise en œuvre d’une toute autre politique énergétique en France et partout. Mais je ne pense pas que ça puisse se faire aussi facilement et rapidement que ça. En France, il n’y a pas un grand parti pour porter ce projet là et il n’y a pas une majorité de citoyens qui réclament ni la mise au rencart de l’armement nucléaire, ni l’arrêt des centrales nucléaires. Il y a fort à parier que l’an prochain, lors des prochaines élections présidentielles, l’essentiel du débat se résumera à une bataille de chiffres concernant l’emploi, le pouvoir d’achat et des histoires de gros sous qu’il faut trouver pour alimenter les caisses sociales et surtout faire marcher plus fort encore la grande machinerie capitalistique et productive infernale.

Quand bien même la sortie du nucléaire était une volonté majoritaire, il faudrait encore avoir les pieds par terre et étudier sérieusement bien des questions au lieu de surfer sur la nouvelle vague qui va paraît-il nous sauver la planète. Il faudrait savoir si nous avons la capacité de remplacer cette production-là par d’autres moyens, ce qui reste à prouver, si les moyens qu’on envisage pour ça sont aussi efficaces, écologiques qu’on le dit et d’un coût supportable comme on le prétend sans le chiffrer. Il faudrait savoir s’il ne sera pas nécessaire de revoir totalement toute l’économie, notre mode de vie, de réduire notre consommation énergétique et si nous avons le savoir et les moyens dans le même temps de gérer ce qu’il restera des installations nucléaires et de tous les déchets sans mettre en danger les populations et sans ruiner pour longtemps des tas d’espaces pour ça. Je pense malheureusement que toutes ces études-là sont à l’état de balbutiements parce que la recherche ne fait absolument pas partie des préoccupations des sociétés et des Etats.

Pour le reste concernant notre mode de vie, je trouve très intéressantes vos propositions qui s’appuient sur un bien bon raisonnement concernant nos besoins, et la valeur à accorder aux choses, je compte y revenir et vous remercie encore de ce sujet fort important que vous lancez ici.

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

 

Commentaire de Gérard BRETON le 29 mai 2016 à 23:02

Les autres solutions comme la bio-masse, l’éolien les usines marée-motrice, le captage de l'énergie cinétique des courants de marée ou le solaire en éolien haute mer. Plus bien entendu l'arrêt systématique de fabrications d'objets totalement inutiles et voués à la déchetterie (Entre autre ces montagnes de jouets qui s'entassent dans les placards avant les poubelles - les lots de 5 ou 6 outils électrique (scie/rabot/perceuse etc) à 10Euros l'un. Généralement ils ne durent que quelques dizaines d'heures et direction... déchetterie. Mais le plus stupide n'est pas la déchetterie et éventuellement le recyclage, c'est la production qui est inutile et stupide. Ma perceuse à 15 ans, ma visseuse à 9 ans. je vais les changer, certes, mais dans la situation précédente j'en serai à ... 30 perçeuses et 18 visseuses. il est là le piège de notre civilisation de SUR-CONSOMMATION  aveugle et totalement irréfléchie. Il y a des centaines d'autres exemples.

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation