Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Escadrilles

 

En moins d'une matinée, Denis Auger avait déjà planifié dix des vingt-quatre rendez-vous. Si tout se passait bien, il n'aurait qu'à s'occuper du reste ce soir. Il devait dormir, maintenant, car la nuit serait longue.

Jusqu'à présent, le sommeil était toujours venu, mais cette fois-ci, Denis lui courait derrière sans aucun succès. Probablement parce que c'était sa dernière opération, et que ses craintes augmentaient.

Mais que devait-il craindre ? Il avait rempli sa mission sans le moindre souci. À chaque fois, les couveuses avaient fonctionné – du moins en avait-il reçu le message sur son téléphone portable – libérant leur précieuse progéniture avant d'être récupérées.

C'était cela qui gênait Denis : il n'avait aucun contact avec les personnes chargées de récupérer le matériel. Il lui était impossible de savoir si toutes les couveuses avaient été retrouvées, impossible de savoir s'il y avait eu un problème, et si oui, comment le prévenir. Il avait pourtant interrogé son commanditaire. Il ne l'avait rencontré qu'une fois : c'était un grand homme très distingué, d'une extrême politesse. Il recevait ses instructions de cet homme directement sur son ordinateur portable, et pouvait si nécessaire communiquer avec lui par courrier électronique. Toute autre forme de contact était strictement interdite.

La réponse lui était parvenue le lendemain :

J'accuse réception de votre courriel. Notre ami commun, qui vous attend dans quarante-huit heures à l'endroit convenu, sera porteur de toutes les réponses utiles à vos questions.

Et, de fait, Denis s'était retrouvé face à un de ces hommes peu rassurants pour le traditionnel échange de véhicules.

— Vous devriez être porteur d'une réponse de la part...

— En effet.

La main gantée de l'homme s'était abattue à plat sur le visage de Denis, avec une rapidité et une force déconcertantes. Il s'était retrouvé au sol.

— Voici votre réponse.

L'homme était resté immobile et silencieux, face à Denis, pendant tout le temps où ce dernier s'était redressé.

— Vous n'aviez pas besoin faire de cela ! avait gémi Denis. La joue en feu.

L'homme n'avait pas répondu.

— Vous êtes dingue !

La seconde gifle était venue de gauche, encore plus rapidement, projetant à nouveau Denis à terre, les yeux écarquillés de surprise et de rage. L'homme s'était saisi ensuite de son appareil portable et avait composé un numéro abrégé. Deux secondes plus tard, la communication était établie.

— Bonjour, monsieur. Je viens de donner à monsieur Auger les explications que vous souhaitiez lui communiquer. Pardon ? Une correction ? Non, monsieur, je me suis limité au strict minimum. Oui, bien entendu monsieur. Uniquement en cas de récidive. Je suis sûr que monsieur Auger comprendra. Merci monsieur. Au revoir.

En raccrochant, il avait posé son regard sur Denis, qui entre-temps s'était à nouveau relevé. On pouvait y lire comme une envie folle de lui briser les côtes à coups de poing.

— Laissez tomber, dit Denis. J'ai pigé.

L'homme avait tiré de sa poche les clés de la camionnette, et les lui avait tendues. Denis les avait saisies d'un geste circulaire, puis tourné les talons en murmurant : « connard », suffisamment haut pour qu'il soit entendu. L'homme était resté de marbre. Il ne l'avait pas revu depuis.

Denis comprenait bien que la réussite d'une telle opération nécessitait un parfait cloisonnement des tâches. Tout en cherchant un sommeil qui ne viendrait probablement pas, Denis se dit qu'en fin de compte, il n'avait pas demandé grand chose. Il ne voulait pas savoir « qui faisait quoi » – à vrai dire il s'en fichait complètement – mais en revanche il tenait à savoir si cela marchait.

Ceci dit, Denis avait déjà pu satisfaire partiellement sa curiosité, car il avait reconnu une couveuse déjà utilisée lors de l'avant-dernier changement de camionnette. C'était l'une des toutes premières qu'il ait manipulées ; le métal avait été griffé par erreur lorsqu'il avait glissé la couveuse dans un sac à dos. Elles étaient donc remises dans le circuit après recyclage.

Néanmoins sa préoccupation principale – comment les porteurs étaient-ils dissuadés de témoigner, et avec quelle efficacité – demeurait sans réponse valable, et cela le mettait de plus en plus mal à l'aise. Si ne fut-ce qu'un seul porteur était capable de le repérer et de l'identifier, c'est toute l'opération qui serait mise en danger. Denis ignorait si son point de contact aux allures si distinguées était le véritable cerveau de l'affaire, mais il était évident qu'en cas de pépin, Denis serait réduit au silence. Cela faisait partie des risques qu'il avait acceptés au départ.

Denis sentit l'espoir du sommeil lui échapper définitivement lorsqu'une pensée nauséabonde lui traversa l'esprit : peut-être avait-on décidé de le réduire au silence même s'il n'y avait aucun pépin.

 

Milos commençait à s'inquiéter.

Plus d'une heure s'était écoulée depuis le dernier message de Sabrina, et même s'il s'était habitué à la voir apparaître et disparaître selon ses humeurs, ses missions et – parfois il le croyait – la vitesse du vent et la forme des nuages, une pointe d'inquiétude était venue faire son nid dans sa tête, et refusait obstinément d'en sortir.

Autant Sabrina s'était montrée froide et dominante lors de leur premier entretien (et à vrai dire aussi, les rares fois où il l'avait vue au Centre), autant lorsqu'ils étaient ensemble elle se montrait fantasque, enjouée, câline. Il n'avait pas affaire à deux femmes différentes selon les circonstances, mais plutôt à deux sœurs jumelles : l'une était danseuse et peintre, l'autre chercheuse et championne d'athlétisme. Ils avaient été courir un soir ensemble dans la forêt de Soignes, au sud de Bruxelles : Milos avait décidé que ce serait la première et dernière fois. La forme physique de Sabrina était celle d'une athlète de haut niveau.

Elle lui avait aussi fait une forte impression sur le plan technologique lors de leur première réunion. L'entrée en matière avait révélé une femme volontaire, mais lorsque la conversation s'était orientée vers la « chute des dominos », Sabrina s'était montrée très bien informée.

Milos s'était attendu à un feu nourri de questions, et n'avait pas été déçu, mais il était sur son territoire technologique, et s'était senti pleinement en confiance. Il avait commencé son exposé :

— Vous savez mieux que moi que les systèmes d'information les mieux gardés disposent de plusieurs types de protection. Non seulement ils sont équipés de protections diverses destinées à mettre les bâtons dans les roues des gens comme moi, mais aussi, les dernières avancées technologiques leur permettent de tracer tout trafic réseau susceptible d'être à l'origine d'une attaque. Autrement dit : les dragons gardent la chambre de la princesse, et une armée de dobermans est prête à vous donner la chasse à la première occasion.

Morhange avait eu un geste impatient. Milos avait observé ses autres interlocuteurs, impassibles, et avait continué :

— Face à ces deux obstacles, la méthode la plus efficace consiste en l'usurpation d'identité : dès lors, le dragon vous connaît, et les chiens restent en cage. C'est ce qui dissuade nombre de pirates, car pour arriver à leurs fins, ils doivent se transformer en agents secrets : voler une carte magnétique, un code, une grille chiffrée, que sais-je encore : en tout cas quelque chose qu'il leur est impossible de dérober en restant confortablement installé derrière un clavier.

Milos avait beau fouiller ses souvenirs, il ne pouvait affirmer qu'à ce moment Morhange avait exprimé quoi que ce soit, mais Sabrina avait pressé le pas :

— Nous savons tout cela, monsieur Kinski. Pourriez-vous nous dire comment vous avez procédé pour le site de l'OTAN ?

Milos avait fait comme s'il comptait bien y venir directement :

— Dans votre cas, l'usurpation d'identité ne m'aurait probablement pas posé de difficultés, mais je tenais à ce que nous soyons mis en contact, et pour cela il me fallait faire du bruit. J'ai donc fait le nécessaire pour réveiller le dragon, le prendre de vitesse, repeindre la chambre de la princesse en rose avant de tirer ma révérence en entraînant les chiens derrière moi.

— Vous semblez bien vous amuser à user de vos métaphores, avait dit Morhange, mais je crois qu'il est temps de passer au vif du sujet.

Milos avait caché son triomphe : Morhange était intervenu exactement comme prévu pour manifester sa vexation. Il est vrai qu'après l'intrusion de Milos, le « who's who » du site www.nato.int s'était mis à afficher les portraits des principaux responsables de l'organisme la tête en bas. Pour un site Internet aussi visible sur la toile, c'était très vexant. Sabrina avait enchaîné :

— Vous vous êtes introduit dans notre réseau interne.

— Votre réseau parallèle, avait rectifié Milos. Votre LAN1 est double. Votre réseau administratif est assez classique. On peut le comparer à celui d'une entreprise privée. L'autre réseau véhicule vos données sensibles. Aucune station de travail n'est reliée aux deux systèmes. Je l'ai vérifié.

— Vous semblez dominer la topologie de notre réseau, mais cela ne nous en dit pas plus.

— Je suis entré dans votre réseau administratif assez facilement. J'ai appris que l'OTAN avait récemment renouvelé son parc d'imprimantes. Comme c'est de plus en plus souvent le cas, ces machines ne sont pas votre propriété : seules les pages imprimées sont facturées. Ce prix couvre la mise à disposition des machines, leur entretien, etc. Mais pour que votre fournisseur puisse déterminer quel est le montant dont l'OTAN doit s'acquitter à chaque échéance, il faut procéder à un relevé des compteurs. Il y a belle lurette que ceci est automatique : chaque imprimante communique automatiquement le nombre de pages imprimées par période de temps. Ceci suppose qu'une communication sécurisée soit établie entre les imprimantes reliées au réseau administratif de l'OTAN et son fournisseur.

— Et vous avez intercepté ces communications.

— Cela n'a même pas été nécessaire. Je suis entré dans le système de votre fournisseur assez facilement, puis je me suis mis à la recherche des paramètres de communication entre leur système comptable – un vieux truc, croyez-moi – et les imprimantes installées sur le site de l'OTAN. De là, pénétrer votre réseau administratif s'est avéré assez simple.

— Et comment avez-vous fait ensuite ?

— Vos réseaux parallèles ne communiquent pas l'un avec l'autre, mais je me suis dit que, ne fût-ce que pour certaines raisons fonctionnelles, à certains moments, les hauts responsables de l'OTAN doivent faire converger les deux types d'informations – secrètes et non secrètes – vers le même terminal.

— Aucune station de travail n'est reliée aux deux systèmes. Vous l'avez dit vous-même.

— En effet. Si nous nous limitons aux stations de travail.

Milos avait laissé un silence intéressé s'installer, avant que Morhange ne l'invite à continuer.

— Quelques-uns de ces responsables disposent de terminaux bien plus accessibles qu'on ne le pense. Un simple téléphone portable, par exemple.

Un nouvel instant de silence s'était ouvert, puis le dialogue avait repris entre la jeune femme et lehacker, laissant sur la touche les autres responsables, de plus en plus nerveux.

— Ils ne sont pas reliés en permanence non plus, avait soufflé Sabrina.

— C'est vrai. Vos serveurs « poussent »les informations vers ces téléphones portables, mais là encore, les paramètres de communication sont assez faciles à détecter. Quelques instants plus tard, j'étais sur votre réseau « interne », comme vous l'avez appelé.

— Vous n'aviez pas besoin de cela pour pirater le « who's who ».

— Si.

— Monsieur Kinski, ne me dites pas que vous n'avez pas trouvé la DMZ2 où se trouve le serveur web dès que vous avez pénétré notre réseau administratif.

— Je l'ai trouvée. Mais si je m'étais amusé à pirater votre « who's who » à partir de là, cela n'aurait pas été bien grave. N'oubliez pas que je voulais aussi réveiller les dobermans.

— Vous les auriez eu aux trousses de toute façon.

— Peut-être. Mais vous auriez accordé moins d'importance à l'incident. Et quand les chiens seraient revenus bredouilles, vous auriez écrit un joli rapport avec quelques recommandations, et puis basta.

Milos avait fait une pause, puis avait ajouté :

— Si nous sommes ici ensemble à parler d'une éventuelle collaboration, mademoiselle Bassalah, c'est parce que les chiens se sont rués à ma poursuite car l'alerte rouge avait été déclenchée. Et qu'après quelques instants, au moment précis où ils allaient me rattraper, d'un coup, ils m'ont vu disparaître.

 

 

 

1Local Area Network : réseau local

 

2Demilitarized zone : un sous-réseau protégé par un pare-feu.

Alvéoles est disponible en texte intégral ici...

Vues : 62

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Rébecca Terniak le 11 août 2012 à 9:28

De plus en plus palpitant !

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en octobre 2020. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation