Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Continuons d’éclairer notre lanterne en examinant au plus près notre sujet...

 Deux jeunes gens étudiant une statue de Vénus

 à la lueur d’une lampe

Godfried Schalcken (1643-1706)

(huile sur toile ; collection Leiden, New York)

En matière de clair-obscur, Aphrodite est un oxymore à elle seule comme nous allons le voir. Contradiction toute féminine ?

Il faut cependant remarquer que si Aphrodite était libre, la société athénienne n’était guère égalitaire. Les femmes passaient leur vie au gynécée où elles tissaient et filaient doux. Hors les processions rituelles point de sorties. A Sparte, si elles pratiquaient l’éducation physique et se montraient au palestre, pour l’éducation intellectuelle elles pouvaient repasser !

 

Quand l’ordinaire se réduisait aux tâches ménagères.

Comment dès lors ne pas idéaliser pour les unes,

 fantasmer pour les autres ?

A Tamassos, d’où provient cette statuette, Aphrodite eût bien sûr son temple.

(terre cuite, VIe s. av. J.-C. ; musée archéologique de Nicosie, Chypre)

       Tous les ans à Chypre, ses fidèles, couverts de myrte, affluaient dans son sanctuaire à Palaia Paphos (l’ancienne Paphos, aujourd’hui Kouklia) où, ne songeant plus qu’aux douces joies des hyménées et à leurs mystères après avoir reçu un phallus et du sel (j’en ai un grain aussi), ils se livraient à des fêtes orgiaques.

« Viens, Cypris, offre-nous tes couronnes,

Et dans les coupes d’or, gracieusement,

Verse comme un vin ton nectar

Mêlé de joies. »,

Sappho, qui pour l’Aphrodite a dédaigné l’Eros.

      Sans verser dans les excès, ne cédons pas aux divagations de Pierre-Joseph Proudhon qui en la matière pousse un peu loin le bouchon lorsqu’il écrit « Le culte multiplié d’Astarté, Aphrodite ou Vénus ; les fêtes orgiaques, dionysiaques ou bacchanales ; les lamentations sur la mort d’Adonis, les jeux floraux, les prostitutions sacrées, le priapisme universel, les poésies érotiques, l’amour vulgivague, omnigame en sont les monuments. Ajoutons encore les théâtres, les danses, le vin, la bonne chère. Ainsi tout se tient : le raffinement des arts amène la corruption. » Ne pas se courber certes, mais voir dans l’art la racine de toutes les dépravations, il y a là un pas que je ne franchirai pas. Des spartiates il n’est dans ce domaine effectivement rien resté, plus laconique il faut parfois demeurer.

 

Offrandes à Aphrodite-Astarté

Figurines de terre cuite (VIe s. av. J.-C.), aèdes, chanteurs et musiciens.

Petits présents faits à Aphrodite, rustiques mais touchants,

lors des processions et célébrations données en son honneur

 au temple de Kition (Larnaca).

Que la fête commence !

(musée archéologique de Nicosie, Chypre)

Chœur des Bacchantes :

« Chypre ! C’est l’île d’Aphrodite

Où nichent les Amours ensorceleurs

Ils font venir une âme aux mortels… »

Euripide (480-406 av. J.-C.)

Evohé !

 

       A Rhodes, le temple d’Aphrodite était situé à l’entrée de la ville antique, au niveau de l’ancien port de Mandraki, mais de là à penser qu’elle n’est qu’une hétaïre, voire pire une vile femme à marins ! Une poule à facettes pour nightclubbers en goguette !

Toujours est-il qu’avec le prompt renfort de croisiéristes, nous nous vîmes trois mille en arrivant au port. Et que sous la canicule nous constatâmes que Vénus est bien la plus chaude*1 du système solaire !

 

 Ruines du temple d’Aphrodite à Rhodes

(IIIe siècle av. J.-C.)

 

      A mélanger ainsi les genres et si on remonte plus loin dans le temps, avec « la déesse aux serpents » minoenne, Astarté, la « reine de lumière » babylonienne et Ishtar, la « donneuse de lumière » cananéenne, déesses du croissant fertile, Inanna pour les Sumériens, ou encore Hathor l’Egyptienne, que l’on peut toutes à raison assimiler à Aphrodite ; ou que l’on porte le regard tout au nord avec la Freyja scandinave par exemple, partout on retrouve des déesses de l’Amour et de la Fécondité, à la sexualité certes débridée.

D’accord, à Babylone, Ishtar ou, à Sumer, Inanna avaient leurs praticiennes, grandes prêtresses de l’amour sensuel. Certes, comme le chantait Ferré, avec

« La ‘the nana’, c’est comme un ange qu’aurait pas d’ailes.

La ‘the nana’, au septième ciel tu fais tes malles. »

Vrai toujours que Vénus libentina avait la libido exaltée. Voluptueuse et légère comme susurrait Farmer « petite bulle d’écume, poussée par le vent. » Qu’Aphrodite Porné était invoquée par les courtisanes en tant que divinité de l’amour vénal. Que plus d’un mâle a succombé sous leurs charmes, au point que notre déité était surnommée Androphonos, la tueuse d’hommes ! Et Vénus Libitina, par une malencontreuse euphonie*2,  veillait aux cérémonies funèbres…

Eros et Thanatos.

« Mourir sans mourir est cette frénésie qui se nomme amour. »,

Métastase*3

Souvent libertine, parfois même catin vouée aux enfers.

      Mais faire d’Aphrodite ou de ses avatars la mère de tous les vices et de l’art son vecteur le plus propice ! Dans cette conation camarade Pierre-Joseph, je te le dis tout net, tu attiges !

« Les bains, le vin et Vénus usent nos corps.

Mais les bains, le vin et Vénus font la vie. »,

Proverbe latin.

Toutefois rappelons-nous cette maxime de Cléobule de Lindos, un des Sept sages de l’Antiquité,

« La modération est le plus grand bien »,

conservons un calme olympien, et reprenons. 

 

Freyja ou Frigg ?

Vendredi pour Vénus, friday pour Freyja !

Chaudron de Gundestrup (détail)

(âge du fer celtique, ca 500 av. J.-C., argent. Musée national, Copenhague)

 

Quoi qu’il en soit, des temples un peu partout, en Grèce, en Crète, en Asie mineure surtout, révèrent Aphrodite.

 

Figure d’Aphrodite dans le style de l’Aphrodite de Cnide de Praxitèle.

Quelle femme d’épithètes !

Des yeux comme mouillés qui arracheraient des larmes à un cœur de pierre.

(fin de la période hellénistique ; palais des Grands Maîtres de Rhodes)

 

        J’en rêve encore… Car elle mérite tous les qualificatifs, est dotée de bien des attributs, et suscite toujours l’admiration.

 

Vénus du Belvédère

(musées du Vatican)

« Rien de plus suave, de plus voluptueux que ses contours. »

Quoique « Dédain, ironie, cruauté,

se lisaient sur ce visage d’une incroyable beauté cependant.

… Sentiment pénible qu’une si merveilleuse beauté

pût s’allier à l’absence de toute sensibilité. »,

Prosper Mérimée

 

Statue d’Aphrodite dite Vénus de l’Esquilin

Marbre d’après l’Aphrodite de Cnide de Praxitèle.

Serait-elle devenue pudique ?

On disait déjà qu’au sortir de l’eau-mère à Paphos elle se cacha derrière un buisson de myrte, plante qui depuis symbolise charme et jeunesse.

Elle semble dire et médire, à la manière de Musset :

« Le marbre me va mieux que l’impure Phryné

Chez qui les affamés vont chercher leur pâture,

Qui fait passer la rue au milieu de son lit,

Et qui n’a que le temps de nouer sa ceinture

Entre l’amant du jour et celui de la nuit. »

(marbre, 1er siècle apr. J.-C., musées capitolins, Rome)

 

Praxitèle avait il est vrai, en la personne de sa maîtresse, Phryné, un modèle parfait. Quoique hétaïre, à ce que l’on disait une pouliche d'Aphrodite, il était difficile de la haïr tant sa beauté resplendissait. Et bien qu’on l’appelât « le Crible », passant tout petit ami au sas de ses envies, ôtant ses dessous le laissant sans le sou.

 

« Elle mérite l’admiration sous toutes ses faces.

On raconte qu’un homme en tomba amoureux et que, s’étant caché une nuit, il fit l’amour avec la statue :

 Des taches sur le marbre gardent, dit-on, la trace de sa concupiscence. »,

Pline l’Ancien, à propos de Praxitèle et de sa Vénus de Cnide.

 

Aphrodite de Menophantos

Ménauphantos, sculpteur grec du 1er s. av. J.-C. (?)

(musée national, Rome)

 

      Si Praxitèle créa le prototype du nu féminin avec l’Aphrodite de Cnide, souvent décliné, on doit à un autre sculpteur grec de génie, Doidalsas de Bithynie, le modèle de l’Aphrodite accroupie. Il faut aussi citer Scopas de Paros, proche de Praxitèle, pour sa Vénus pudique ou alors, plus explicite, chevauchant un bouc, Epitragia, l’Aphrodite Pandemos. Phidias pour sa céleste Aphrodite Ourania, Callimaque et son Aphrodite Genetrix, Alcamène, Agoracrite…

 

Vénus Cesi

Une plastique parfaite à vous faire perdre la tête.

C’est l’effet que fit Phryné, née à Thespies, où on vouait un culte à Eros.

Copie romaine du Ier ou IIe s. d’après l’Aphrodite de Thespies de Praxitèle.

(musée du Louvre, Paris)

Vénus de Praxitèle

Collection Richelieu

 (marbre, IIe s., restaurée au XVIIe ; musée du Louvre, Paris)

A noter que si une gravure sur la plinthe l’attribue à Praxitèle celui-ci vécut au IVe s. av. J.-C. A ce propos, je relève cette remarque de Phèdre, l’affranchi d’Auguste : « Certains ouvriers de ce siècle ]… Le fabuliste vécut de - 14 à + 50 ap. J.-C. environ[ augmentent de beaucoup l’estime et le prix de leurs ouvrage en gravant sur une nouvelle statue de marbre le nom de Praxitèle ]…[ : car l’envie, qui cherche toujours à mordre, est beaucoup plus favorable au mérite des anciens, qu’aux gens de bien qui vivent aujourd’hui. »

 

Ou le peintre Apelle de Cos pour sa Vénus Anadyomène.

Selon Pline l’Ancien, « Certains pensent qu’elle (Pancaspé, la maîtresse préférée d’Alexandre, qui en fit « don » à l’artiste touché par charis, la grâce) posa pour la Vénus Anadyomène. »

 

 Aphrodite anadyomene

Au bain et sans grand frais de toilette.

(Ier ou IIIe s. av. J.-C. ; palais des Grands Maîtres de Rhodes)

 

 Un tableau*4 si saisissant que plus tard « le divin Auguste dédia dans le sanctuaire de son père adoptif César. » Par malheur l’œuvre rapidement se détériora et « Apelle avait commencé une seconde Vénus de Cos, où il se proposait de surpasser en beauté la première. Mais la mort lui refusa le temps nécessaire à la finir. » Un Apelle entendu à la Renaissance par Botticelli, Giorgione, Bellini, Titien, Véronèse, Tintoret, puis, avec leurs Vénus plus baroques et opulentes, par Bronzino, Giordano, Carrache, Le Guerchin, Rubens, Vélasquez… Quelle cohorte de prétendants.

 

Aphrodite accroupie de Doidalsas de Bithynie

Copie romaine en marbre de l’époque d’Hadrien

d’un original en bronze du IIIe s. av. J.-C.

(musée national, Rome)

 

A suivre…

 

Si vous avez raté les deux précédents numéros de la série, vous trouverez là une session de rattrapage :

1.     A Paphos, l’effrontée Aphrodite fût :

 http://artsrtlettres.ning.com/profiles/blogs/a-paphos-l-effront-e-a...

2.     A la poursuite d’Aphrodite la dorée :

 http://artsrtlettres.ning.com/profiles/blogs/a-la-poursuite-d-aphro...

 

Michel Lansardière (texte et photos)

 

*1 Mercure, la planète la plus proche du soleil, est à une température moyenne de 420°C, alors que Vénus, à l’atmosphère chargée en soufre provoquant un violent effet de serre, est à 460°C. Brûlante ! mais, gare, elle sent le soufre.

*2 Malheureux glissement sémantique qui va de libentina à libitina car c’est Perséphone, Proserpine à Rome, qui était la reine en titre des Enfers.

*3 Authentique ! Pierre Métastase (Pietro Trapassi dit Metastasio, 1698-1782), poète et librettiste, notamment pour Pergolèse ou Mozart (La clémence de Titus).

*4 Pinax. Pinakès que les Grecs disposent dans des pinacothèques.

Vues : 253

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Lansardière Michel le 29 septembre 2017 à 17:38

Merci Sandra d'être passée par là.

J'ai ajouté une réflexion sur Praxitèle et les copies qui lui sont attribuées après avoir lu une réflexion du fabuliste Phèdre dans le prologue du livre V de ses fables.

Commentaire de Lansardière Michel le 17 septembre 2017 à 17:52

Adyne, Jacqueline, Arlette, Corinne, Jean-Claude merci à vous de me soutenir et de suivre les aventures d'Aphrodite.

Les autres peuvent me rejoindre et trouver ici les deux précédents numéros :

http://artsrtlettres.ning.com/profiles/blogs/a-paphos-l-effront-e-a...

http://artsrtlettres.ning.com/profiles/blogs/a-la-poursuite-d-aphro...

Un nouveau billet est d'ores et déjà consultable (même s'il reste à compléter de six illustrations) :

http://artsrtlettres.ning.com/profiles/blogs/dans-le-miroir-de-v-nu...

Commentaire de Arlette A le 6 septembre 2017 à 20:59

Bravo pour ces Vénus revisitées avec bonheur  sans oublier notre Douce et Belle Vénus d'Arles  (en restant un peu chauvin)Musée de l'Arles Antique

Merci Michel je vais relire encore une fois ton érudition

Commentaire de De Ro jacqueline le 2 septembre 2017 à 17:59

Je serais homme, à te lire, que j'aurais couru  pour la retrouver dans n'importe quelle île que ce soit où on la vénère.

Commentaire de Gohy Adyne le 1 septembre 2017 à 20:24

Merci Michel pour ce complément d'informations et de photos.

Bonne fin de semaine.

Amitiés.

Adyne

Commentaire de Lansardière Michel le 1 septembre 2017 à 19:08

Merci beaucoup pour ces précisions, voila un commentaire qui fait plaisir. Y a pas à dire c'est un canon !


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 1 septembre 2017 à 18:09

Très bien !

C'est passionnant. Je compléterai en précisant que le canon de beauté de la sculpture de Praxitèle est de 8 têtes pour la hauteur du corps, il élance donc le modèle pour lui donner plus d'élégance et de majesté, par rapport au canon de Polyclète qui applique 7 têtes, se rapprochant ainsi des proportions normales moyennes de l'être humain. (7 têtes pour la hauteur totale, une pour mesurer la distance entre les seins, une autre des seins au nombril, une autre du nombril à la division des jambes).

J'ai dû étudier cela lors de mes études en Histoire de l'Art, j'étais jeune et je m'en souviens encore. Michel-Ange et son David, lui, a appliqué le canon grec de Polyclète.

Commentaire de Lansardière Michel le 1 septembre 2017 à 10:28

Une nouvelle chance donnée à ce billet, je vous en remercie.

Un remords cependant, il faut encore que je le complète.

Amitiés.

Commentaire de Lansardière Michel le 19 août 2017 à 16:05

Un grand merci Abdelkader, Louis, Suzanne, Corinne, Antonia pour votre soutien et votre fidélité.

Commentaire de Lansardière Michel le 9 août 2017 à 11:45

Merci Jacqueline. Je vais déjà mettre à jour ce billet avant de bientôt lancer la quatrième partie, mais j'en apprends tous les jours, Aphrodite m'aguiche, s'éloigne, revient et je la poursuis !

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation