Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

"Voyous de velours" est un roman de Georges Eekhoud (Belgique, 1854-1927), publié sous le titre l'Autre Vue à Paris au Mercure de France en 1904.

 

Les personnages de Voyous de velours sont déjà apparus dans la Nouvelle Carthage, roman naturaliste publié en 1888 qu'Eekhoud avait consacré à sa ville natale, Anvers. A la fin du récit, Laurent Paridael s'enfonçait dans l'incendie de la cartoucherie avec la plupart des ouvriers. On assiste donc à une résurrection du héros qui permet, rétrospectivement, de donner à sa mort une autre signification. «Notre parent Laurent Paridael fut aussi relevé pour mort sur le terrain de la catastrophe. Plût à Dieu qu'il n'en eût réchappé. Il n'aurait plus traîné alors une vie déclassée, il se serait épargné de mourir plus piteusement encore par un suicide, après force excentricités.»

C'est l'honorable député Bergmans qui présente Laurent Paridael, en racontant ses souvenirs et en donnant à lire son journal. Orphelin, Laurent est placé chez de grands industriels, les Dobouziez. Malgré l'affection que lui portent ses tuteurs, le jeune homme ne leur témoigne aucune marque de tendresse; il fait aussi le désespoir de ses maîtres par ses nombreuses incartades. Mais Bergmans parvient à l'apprivoiser. Laurent exprime dans son journal toute la sympathie qu'il éprouve envers les ouvriers. En outre, il fréquente deux artistes en vue: le peintre Marbol et le musicien Vyvéloy (chap. 1). Il aime aussi les «voyous de velours» qui hantent le quartier des Marolles, à Bruxelles: le brave et beau Bugutte, le chanteur ambulant Palul, le lutteur Campernouillie. Ils se retrouvent aux «Arènes athlétiques». Bugutte meurt; des voyous de velours sont mis à l'ombre; Paridael quitte Bruxelles pour des excursions à la campagne, à Trémeloo (2). Mais ses obsessions s'enflamment pour des couleurs de velours plus corrosives encore: «Les beaux petits gars! Deux brunets et un blondin culottés de mon velours favori, du velours de mes aimés de Bruxelles.» Il poursuit sa «descente aux enfers sociaux». A Merxplas, il se fâche contre Marbol, peintre par trop bourgeois, parce qu'il ne trouve pas l'art vrai dans les bas-fonds (3). Employé au pénitencier de Poulderbauge, Paridael se console en devenant «socialement utile», grâce à Bergmans qui lui a obtenu ce travail. Il s'efforce d'inculquer à ses jeunes élèves des «préceptes conformes aux intentions du législateur», mais il cède à sa bonne nature avec le jeune Warrè qu'il libère d'une cruelle punition. Il est révoqué. Les enfants prisonniers lui manifestent bruyamment leur attachement. Les soldats fusillent les mutins, dont Warrè (4). Trois mois plus tard, Paridael se choisit un «enterreur gai et mutin». Il se suicide. Le fossoyeur est condamné pour violation de sépulture, parce qu'il a été surpris près du cercueil ouvert. Pour sa défense, il a prétendu qu'une voix l'avait appelé. Bergmans achève son récit en interrogeant le lecteur sur toute l'affaire (5).

 

Structuré à partir de deux voix, de deux points de vue: le journal de Laurent Paridael - Eekhoud pensait sous-titrer Voyous de velours: «Journal d'un déclassé» - et le récit de Bergmans, Voyous de velours participe de l'esthétique naturaliste. Laurent Paridael porte un regard admiratif et fétichiste sur toutes les culottes de velours, sur leurs différents coloris et sur les ouvriers qui les portent. De l'«Antinoüs charretier» aux «Arènes athlétiques», c'est sa fascination pour la Grèce hellénistique qui guide les envolées lyriques du héros. Les discussions animées qui opposent Laurent à ses amis peintres précisent les différents points de vue artistiques: la conception de l'esthétique du peuple soutenue par Laurent Paridael et la conception bourgeoise qu'incarne le peintre Marbol - déjà présent dans la Nouvelle Carthage.

 

Cette dichotomie théorique est sans doute une transposition des oppositions qui stimulent l'art en Belgique à la fin du XIXe siècle. A ses débuts littéraires, Eekhoud participe activement à la Jeune Belgique et soutient les principes de l'art pour l'art. Mais il s'écarte de cette école à dominante bourgeoise pour se rapprocher des théories de l'«art social»: il fonde en 1892 l'Art social aux côtés de Lemonnier, de Verhaeren et d'hommes politiques socialistes comme Émile Vandervelde, et le Coq rouge en 1895 avec Verhaeren et Maeterlinck.

 

Le personnage du tribun populaire, incarné par Bergmans, est aussi une figure emblématique d'une littérature engagée de l'époque. Cette peinture du sous-prolétariat ne va peut-être pas sans quelques connotations homosexuelles - celles-là même qui, en 1900, avaient valu à Eekhoud d'être poursuivi après Escal-Vigor. Il fut acquitté, merveilleusement défendu par la plaidoirie d'Edmond Picard. Cependant Eekhoud n'est pas (et il s'en défendait lui-même) le romancier de l' homosexualité.

Vues : 292

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation