Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

VERSET 44

L’orage antique sur les temples
la solitude en versets de foudre
Il faudra vivre mille ans


Le frai des foules sur la berge
Tu devrais remonter la rivière
mais plus aucun saumon ne te connaît

Et tu dois composer tout ce temps
avec la fable de l’absence
Il faudrait un miracle

Et l’ange vient qui sait ton nom
l’exil est suspendu
et l’abandon

Tes yeux de vierge apocryphe
ouvrent le manuscrit
de nos initiations

Et puis trouver le gué
dans cette pluie mythique
qui figure le fleuve des contres

Eprouver l’ébauche des corps
toucher par le verbe le plus simple
à la grammaire des complexes

Il manque un souffleur inspiré
dans ce théâtre ciel sans Dieu
le désir est coupé du texte

La lumière du jour
la fatigue est solaire
qui épuise le tranchant

Je voudrais la paix du verbe
un autre possible
une écluse

Mais l’ange est loin déjà
intransigeant avec la frustration
la précision du chagrin

Je te sens duelle
je nous sens duel
au premier sang

Nous sommes au bord
tout au bord
j’aimerais tomber encore

Pas de seconde chance
il faudra vivre mille ans
avec

Le temps est un Dieu pervers
qui reprend sa foi
inconsolable

Nous ne sommes pas au monde
les fées se sont retirées du berceau
des surnuméraires

Quelle est la promesse des cendres
où est le bûcher de la perfection
l’accouplement du subtil

Aimer c’est donner à la douleur
la franchise de se consumer
en nommant le feu

Descendre par le chemin du thé
l’Asie des couleurs
sur un éléphant doré

Crémations sous le ciel safran
sollicitudes et résiliation
le corps est toujours ailleurs

Calligraphier le jade
sur la peau de l’autre
étoile perdue sur palimpseste

Un sentiment de perte imminent
comme à la genèse de l’amour
quand tout est possible même le néant

Et la mère crache sur l’enfant
qui vient à la vie par le masculin
la mauvaise porte des anges

Il y a tant de ciels sous le ciel
et la vie se doit de vivre
même avec un sang corrompu

Et mille femmes pour un seul baptême
je suis né par la bouche
à même la peau calligraphe

Naître ne suffit pas pour naître
il faut naître encore et encore
mourir enfin désiré

Je vais ce soir perdre mon âme
vendre au diable le minerai
la poussière des caresses

Et pour épuiser le déclin du chagrin
confier à Saturne le sanskrit du désir
ne plus vouloir traduire ce qui est trahi

Tout ce qui constitue l’éternité
la beauté terrible de l’instant
qui seule accompagne nos cendres

Perdre tout ce qui est aimé
dans le ruisseau antique
la main du sage sur les yeux

© Patrick Chemin (2002)
Extrait du livre « Ruches »

Vues : 80

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation