Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Sur les sandales de tes pas, mon aimée,

Je posais mon pied menu, pour grandir de toi,

Et marcher sur tes durs sentiers, affamée,

De partager tes souvenirs avec émoi.

 

Ton manteau noir montait la côte du partir,

Jusqu’au chez toi non loin des châtaigneraies,

Nous séparant, désolation du repentir,

D’avoir dans tes cheveux blancs tracé des raies.

 

Tu te retournais sans cesse vers l’enfant blond,

Aux yeux bleus azur et griffes de tigresse,

Qui tous les jours s’impatientait, tournait en rond,

Pétillante de joie, pleine d’allégresse.

 

Les signes de la main et de la menotte,

S’échangeaient, hou hou, jusqu’enfin ne plus se voir,

Je rentrais triste tête de gelinotte,

Craignant à chaque fois de ne plus te revoir.

 

Les années passaient sur ton dos qui courbait,

La ligne du temps m’échappait et l’image,

De la séparation peu à peu se gravait,

Dans la montée de la côte de l’âge.

 

La douleur à l’avance de ton sourire,

Absent de ma vie à jamais, jour fatal,

Du chagrin pesant que mon âme soupire,

Me déchirait déjà le cœur de son signal.    

 

Les jours ont séchés ton corps usé de vie,

Vaine, je te regardais mourir pas à pas,

Mèmère t’accompagner j’avais envie,

De me coucher, sur les sandales de tes pas.

Vues : 124

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de claudine quertinmont le 11 novembre 2011 à 17:35

Bonjour Rolande.  C'est un plaisir de te lire et d'apprendre que toi aussi, ta grand-mère a marqué ta vie.  Si tu savais comme la mienne me manque encore.  Elle m'a quitté voici 45 ans et pourtant !  Merci d'être passée me voir et d'avoir laissé un commentaire.  Porte-toi bien, amitiés et bisous.  Claudine.

Commentaire de Quivron Rolande le 11 novembre 2011 à 17:12

Ce poème me fait passer à ma grand-mère chérie que tous appelaient Mémère.

A qui j'ai dédié mon premier recueil de poésies.

Elle doit être très contente de me voir lire ton poème tellement évocateur qu'il m'a mis une petite larme au coin de l'oeil.

A bientôt Rolande

Commentaire de claudine quertinmont le 6 octobre 2011 à 12:56

Alain Delestienne De beaux vers qui font passer beaucoup d'émotion. Je me revois, enfant, avec mon grand-père dans les campagnes. Je me revois l'observer en silence à l'heure de sa sieste...  Face Book le 6/10/2011.
Commentaire de claudine quertinmont le 6 octobre 2011 à 9:54

Celine Jadot Les grands-mères sont un merveilleux cadeau de la vie. Ce poème est délicat et merveilleux, il retrace toute l'affection que l'on peut ressentir. J'aime beaucoup. Face Book le 6/10/2011
Commentaire de claudine quertinmont le 5 octobre 2011 à 20:09
Merci beaucoup Gil pour ton commentaire qui m'a également rappelé beaucoup de souvenirs. A bientôt.
Commentaire de Gil Def le 5 octobre 2011 à 10:15

Bonjour Claudine

 

Evidemment, ton texte ne peut que me ramener à mes deux grands-mères, et à deux arrière- grands-mères que j’ai eu la chance de connaître. Toutes m’ont relié à des temps anciens, où la condition de femmes était plus difficile qu’aujourd’hui faite de longues journées de labeur, faite de solitude dans la traversée des périodes les dures et sombres, à cause de leurs maris partis à la guerre, faite de veuvage miséreux à cause de maris morts trop tôt, faite de courage hors du commun quand les ressources sont modestes et les enfants nombreux. Tu me ramènes bien sûr aux riches heures de l’enfance, à leur tendresse, à leurs boîtes à biscuits, à bonbons, à mes jeudis, à mes dimanches en leur compagnie, à des secrets joyeusement partagés, à leur tolérance amusée pour quelques bêtises, à leur fierté de mes premiers succès scolaires, de mes premiers diplômes, à leurs sourires pour moi, ce petit qui faisait parfois l’homme.

Comme toi, j’ai du me résoudre à les voir décliner, à ce qu’elles quittent ce monde. Je n’ai entendu d’elles aucune plainte, et je pense que ça m’a toujours empêché des chagrins trop lourds à porter ou qui durent, d’autant que dans les familles nombreuses on n’est guère épargné sur de longues périodes.     

Comme toi, je les nommais « mémère », à la fois mot sésame et mot bannière, pour la tendresse et la compréhension qui triomphent de tout, et quelque soit sa condition.

 

Bonne journée. Amitiés. Gil   
Commentaire de claudine quertinmont le 7 août 2011 à 20:49

Merci beaucoup pour ta visite ainsi que pour ton commentaire Brigitte.  Amitiés à toi aussi.

 

Commentaire de Brigitte Pruvost le 5 août 2011 à 20:25

Très touchant ton poème Claudine, merci pour le partage.

Amitiés - Brig.   

Commentaire de claudine quertinmont le 5 août 2011 à 12:46
Commentaire de claudine quertinmont le 5 août 2011 à 12:27

Oui, Marie-Ange, avoir connu une grand-mère comme la mienne est un cadeau de la vie, tant elle fut merveilleuse.  A contrario, la perdre a été une douleur plus grande encore.  Merci de ton passage.

 

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation