Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Suite seconde de l'histoire J'ai volontairement sauté un paragraphe ne soyez pas étonné

Mon mal-être s’accentuait et ancrait davantage l’idée que pour être aimée, mes qualités supposées et mes connaissances, étaient mes seuls atouts.
Malgré tout je ne regrette rien, car ce temps et ces épreuves m’ont construites, et je sais aujourd’hui qui je suis, quelles sont mes limites de tolérance à la souffrance, et comment l’amour existe pour moi, je connais ma vérité.

De ce fait j’affirme pour ma part que « je t’aime » est un mensonge, car personne ne peut dire ces mots à l’élu de son cœur, sincèrement à tous moments, pour la simple raison que l’on n’aime jamais complètement, entièrement un homme ou une femme. On aime dans la globalité l’être qui partage ou va partager notre vie c’est vrai, mais il existe dans cet être quelque chose que l’on n’aime pas ou que l’on ne supportera plus un jour ou l‘autre, et qui nous empêchera à long terme de nous unir à cette personne ou de l’apprécier pleinement. Les divorces sont si fréquents au bout de quelques années de vie commune pour incompatibilité d’humeur !
Adultère, stress, problèmes financiers, sexuels, vie professionnelle…Oui c’est vrai, toutes ces raisons sont invoquées par les couples qui ne voient que le divorce pour stopper la souffrance de leur union.
Mais, derrière ces multiples excuses ou raisons de la séparation, se cache le manque d’amour, sincère et entier, amenant une confiance aveugle en l’autre, ainsi que l’effondrement du sentiment qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, sentiment qui n’est autre que l’attachement à faire de soi, une réplique, un clone, de l’idéal de l’autre. Ce n’est pas l’amour !
Pour la société, chaque individu doit adhérer au fait, que pour être complet et fiable, il faut être deux. On est entier qu’à deux moitiés qui vivent ensemble. Et ça c’est difficile à accepter. Seule ou même seul rien ne vous est permis. Difficile d’obtenir un appartement, faire un crédit pour une voiture, ou pour meubler son intérieur pour les célibataires.
Si nous acceptons cette règle, celle d’être deux pour être reconnu, il faut aussi arrêter de mentir, de faire semblant, et pour que les couples traversent les épreuves sans difficultés extrêmes, telles que le divorce et ses causes, soyons sincères.
Dire « je t’aime » engage notre cœur et notre intégrité, soyons prudent dans l’utilisation de ce verbe si fort, si haut.

Je ne renie pas le fait que l’on puisse éprouver de l’amour pour l’autre, mais pas tous les jours, à chaque seconde de notre vie, dans toutes situations, ni pour toute sa personne.
Je peux en particulier adorer le rire la façon de marcher, ou le regard de mon compagnon, comme telle autre femme tombera en pamoison devant la douceur des traits de son époux, sa sensualité, ce petit sourire qu’il arbore d’un air taquin, mais pour ma part sachant que mon ami fait preuve de laxisme vis-à-vis des papiers administratifs et que son humour est souvent agressif, je doute de temps en temps, du bien fondé de notre possible union.

En vérité je suis attachée à sa personne pour une multitude de petites choses, mais ce qui m’incommode fort chez lui, doit m’amener à être sincère en toutes circonstances vis-à-vis de lui, et surtout honnête avec moi-même et les sentiments que je ressens à son égard ;
Sinon pourquoi continuer à vivre une relation, dans laquelle je serai obligée de mentir, feindre de tout apprécier en lui ? Où cela nous conduirait-il ?

Et même si dans le but de ne pas baser notre union sur le mensonge, je lui parle de ce qui me dérange chez lui, sera-t-il honnête lui aussi et m’avouera t’il qu’il n’apprécie pas tel ou tel trait de ma personne ? Ou préfèrera t’il lancer : « mais moi j’aime tout de toi ! » avec un air de reproche et une voix si tendre que la culpabilité envahira mon cœur ?
Mesdames, mesdemoiselles qui me lisez, n’avez-vous jamais entendu ce genre de phrase, qui vous amène à douter du bien fondé de vos arguments, lorsque vous annoncez à votre petit ami, que certaines attitudes qu’il adopte ou certaines paroles qu’il prononce, vous pèsent, depuis longtemps. Bien sûr que si ! Mais voilà, vous lui avez dit une fois « je t’aime » !
Ce satané « je t’aime » qui une fois prononcé, nous entraîne dans un tourbillon de petits non-dits, et laisse la tolérance faire son entrée dans le couple. Je dis bien tolérance, qui n’a rien à voir avec les concessions dans un couple, elles sont une autre phase sur le chemin de sa destruction.

Vues : 52

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de marie-ange gonzales le 5 août 2011 à 23:02

Bonsoir et merci Liliane d'avoir lu et surtout merci pour cette sensibilité qui vous va si bien !

J'attends donc votre avis pour la suite !

A bientôt et belle soirée

Marie-Ange

Commentaire de Liliane Boulvin le 5 août 2011 à 12:13

Des mots, des maux dire ...qui trouvent un écho...qui font 'mouche ' comme le dit Erick.

Criant de vérité !

 

Commentaire de marie-ange gonzales le 1 mars 2011 à 20:25

Que des encouragements à continuer, merci à vous je vais donc poster une autre suite !

Bonne soirée à vous Erick

Commentaire de Erick vanlee le 1 mars 2011 à 16:21
Pas de maladresse dans ton ouvrage Marie-Ange..."juste" un incroyable courage d'exprimer avec des mots les pensées ...celles que l'on essaient parfois, souvent, pour ne pas dire tout le temps, d'enfouir car cela casserait tout ce bel édifice que sont les empilages de compromis et de non-dits... Non, pas de maladresse mais au contraire une adresse certaine...en tout cas cet écrit fait mouche...il raisonne en moi et me fait raisonner...je crois que nous pourrions en parler des heures... Alors, "reste" plus qu"à continuer...
Commentaire de marie-ange gonzales le 1 mars 2011 à 10:32

Bonjour Erick merci pour cette remarque "c'est ecrit au scalpel et terriblement vrai". C'est incroyable ce que cela me procure comme positif ! Je suis rassurée, mon ouvrage même s'il est maladroit, n'est pas incompréhensible, et re-traduit bien les sentiments que j'ai.

Merci à vous Erick

Bonne journée

Commentaire de Erick vanlee le 1 mars 2011 à 10:16
hmmm...toujours sur le fil entre la "normalité" consensuelle demandée aux êtres humains et la vraie nature de ceux-ci... c'est ecrit au scalpel et "terriblement" vrai...
Commentaire de marie-ange gonzales le 28 février 2011 à 12:25

Toute la difficulté est là depuis très longtemps pour beaucoup de personnes. L'image prévaut sur beaucoup de chose.

Merci Geneviève

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation