Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Nouveau Testament – Epîtres de saint Paul aux Corinthiens

Deux des 14 "Epîtres" de saint Paul sont dédiées aux Corinthiens. La première fut écrite en grec, probablement à Ephèse aux environs de 57. Corinthe, capitale de l' Achaïe, était à l'époque de saint Paul la première ville de Grèce. Aussi riche que peuplée, elle était célèbre pour son activité commerciale, pour son luxe et pour sa dépravation morale. Contre cette dissolution, saint Paul lutta pendant 18 mois. Pourtant, l'Apôtre se plaisait dans ce monde philosophiquement évolué; là, il pouvait combattre les doctrines de Socrate et de Zénon, et prêcher la doctrine de Jésus sur les marches du fameux Temple de Diane où affluaient voyageurs, commerçants et étudiants. Après son départ pour Ephèse, un certain Apollon, orateur érudit et très versé dans les Ecritures, était venu prêcher à Corinthe. Celui-ci pensa bien faire, en s'adaptant au goût de son auditoire raffiné et en entreprenant de prêcher, avec éloquence, certains points plus délicats de la doctrine que saint Paul avait omis par prudence d'exposer. Des désordres naquirent, des partis se formèrent, et des scandales éclatèrent. Saint Paul, averti de ces perturbations, écrivit cette lettre, où il fait ressortir la grande et forte doctrine, et qui contient quelques-uns de ces éclairs, de ces mouvements audacieux et énergiques que saint Jérôme compara à des coups de tonnerre. Saint Paul se propose d'atteindre deux buts. Son Epître est donc divisée en deux parties: une partie réformatrice et une partie didactique. Dans la première, il s'efforce de corriger les excès que causaient, parmi les fidèles de Corinthe, un fanatisme disproportionné pour certains prédicateurs (I - IV) et les mavais exemples donnés par certains individus à l'Eglise (VII - XV), il répond successivement à cinq questions qui lui avaient été posées: sur le mariage et le célibat; sur les victuailles consacrées aux idoles; sur la paix qui doit régner dans les réunions de fidèles; sur l'emploi de dons surnaturels et sur la résurrection. Il commence par la réforme la plus urgente, et termine par la question fondamentale pour tout fidèle. Cette lettre diffère dans la forme et dans les arguments, de l' "Epître" écrite par saint Paul "aux Romains". Ce n'est pas une dissertation, ni un traité dogmatique, mais un ensemble d'avertissements, de pensées et de solutions adaptées aux circonstances. Saint Paul y parle en pasteur plus qu'en savant. Il n'existe pas toutefois un écrit de l'Apôtre qui fasse mieux connaître l'esprit, la discipline de cette grande âme et les moeurs de l'époque.

La seconde "Epître" fut probablement écite à Phillipes ou à Thessalonique, quelques mois après la première, en automne 57. Saint Paul avait été informé par un de ses convertis, de retour de Corinthe où il avait été pour le service de cette Eglise, que la plupart des habitants de cette ville avaient été conquis par sa lettre, déploraient son absence et promettaient de mettre en pratique ses conseils. Encouragé par ce succès, l'Apôtre voulut écrire une seconde lettre pour stimuler les fidèles, pour tenter de gagner les rebelles à sa cause, et pour répondre aux accusations que ses détracteurs répandaient sournoisement sur son compte. La lettre contient une longue apologie de son comportement, de son ministère, voilée et modérée tout d'abord, puis vigoureuse et véhémente, avant d'être interrompue, vers le milieu de la lettre, par une digression sur la charité et une exhortation à venir en aide aux fidèles de Jérusalem. D'où trois moments: apologie calme et continue (I, 15-VII), digression (VIII, IX), apologie animée et vigoureuse (X, XII). Partout, éclatent le vif talent oratoire de l'Apôtre, la souplesse de son génie et la délicatesse de l'expression. Cornély rapporte que certains comparèrent cette lettre au discours de Démosthène: "Pour la couronne". On y trouve une telle vivacité, une si grande étendue d'idées et de sentiments qui se suivent en un rythme si intense, que les adversaires de l'Apôtre en furent anéantis. Les témoignages, patrologiques des premiers siècles de l'Eglise, de saint Irénée, de saint Clément d'Alexandrie, de Tertullien et du fragment de Muratori en prouvent l'authenticité.

Vues : 178

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation