Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

"Nos femmes" de Eric Assous au théâtre des Galeries, du 13 septembre au 08 octobre 2017

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes assisesMerveilleux partage de complicité : dans cette comédie de boulevard  exclusivement masculine, Max (Bernard Yerlès), Paul (Bernard Cogniaux) et Simon (Alain Lempoel) sont amis depuis 35 ans dans l’histoire contée par Eric Assous,  comme dans la vie. Ils adorent leurs vacances annuelles et  escapades  sans leurs femmes, à moto, au disco, au foot ou à taper joyeusement le carton. Chacun a une carrière réussie et tous semblent avoir des vies parfaites, jusqu'à  cette soirée-cartes où Simon, arrivé largement en retard et complètement bituré,  annonce à ses amis qu'il vient d'étrangler sa femme, Estelle, après une dispute particulièrement  flamboyante. Max et Paul sont horrifiés par la confession de Simon, et reculent quand Simon leur demande entre deux hoquets, de mentir sur l’heure d’arrivée à la soirée et de lui fournir un alibi pouvant le  disculper du meurtre passionnel. Les deux hommes vont-ils ou non le livrer à la police? Les copains d’abord, non?

Quelles sont les limites de l’amitié, à quel moment se désolidarise-t-on ? Connait-on vraiment les alter ego? Les hommes ne préfèrent-ils pas mentir? Quand commence la lâcheté ? La soirée-cartes entre amis n’a pas lieu  devient vite un  tribunal à huis-clos devant le geste irréparable de leur ami. Mais la  comédie policière se révèle être surtout une comédie de mœurs rondement menée. C’est en fait  l’occasion pour chacun de vider son sac de mettre à nu les frustrations de chacun vis-à-vis de leurs femmes respectives: Estelle la colérique, Karin-qui-dort, et Magali c’est-fini! Et avec quelle ironie !

Panique à bord, no joke,  la tension est  franchement palpable dans ce morceau de théâtre parisien divertissant.  Max a beaucoup de charme, de la carrure et des positions carrées.  Paul, qui déteste les conflits a l’art d’arrondir les angles. Simon, coiffeur de son état, amoureux nostalgique de la jeunesse - c’est écrit sur son T-shirt -  n’est-il qu’un vil manipulateur?  Les trois acteurs provoquent  des rires généreux malgré la gravité de la situation, et la pièce monte en crescendo au fur et à mesure que l’on prend conscience que les apparences sont plus que trompeuses et que chacun devrait balayer devant sa porte avant de juger l’autre. Deux scènes d’anthologie burlesque - loin de nous l’idée de les révéler – provoquent une adhésion totale au jeu de Bernard Cogniaux  et de Bernard Yerlès puisque le meurtrier cuve son vin au cours de cette nuit blanche pour les deux autres.  Le  décor de huis-clos lisse et raffiné de l’appartement de Max joue sur le féminin bien rangé… malgré l’absence de femme au logis.  Pas un seul coin pointu : du divan à la bibliothèque en rotonde qui abrite jusqu’au plafond  la collection légendaire de  vinyles de  tous nos chanteurs et poètes d’antan! Vous êtes plutôt Brassens ou Nougaro? On sera totalement : Alain Lempoel, l'homme aux chaussures rouges!

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout

Vues : 313

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 8 octobre 2017 à 15:09

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises, salon et intérieur

Commentaire de Deashelle le 21 septembre 2017 à 11:14

D’Eric Assous, mise en scène d’ Alain Leempoel avec Bernard Yerlès, Alain Leempoel, Bernard Cogniaux. Du 13 septembre au 8 octobre 2017 au Théâtre des Galeries.

L’histoire de Nos femmes c’est avant tout l’histoire de trois copains. Des amis qui aiment être ensemble et passer leur temps à diverses activités comme partir en voyage, regarder le football, faire la fête, boire un verre ou deux, déconner, jouer aux cartes… Mais surtout… ne pas se prendre la tête. Ces trois amis se connaissent depuis trente-cinq ans. Ils sont bien différents et chacun possède son propre caractère. Toutefois ils restent complices et rien ne semble perturber ce vieux fleuve tranquille qu’est leur amitié…

La pièce débute par une des ces rencontres habituelles. Malheureusement Simon est en retard. Max s’énerve déjà et Paul, en bon modérateur calme le jeu. Ils font des présuppositions quant au retard de Simon. Ce dernier arrive enfin. On ne l’attendait plus mais finalement, cette arrivée tardive explose comme un feu d’artifice. Elle bouscule la routine quotidienne de cette amitié qui semble banale. Un événement extraordinaire voire tragique balaye alors la douceur et la stabilité de leur amitié. Les personnalités et les relations se dévoilent sous un autre jour. Les visages s’illuminent autrement et les langues se délient.

Sous quelques chutes fracassantes, il y persiste malgré tout de la légèreté. De rires en surprises, Eric Assous nous dépeint l’amitié sous une forme pure et touchante. Pouvant paraître banale et peut-être un peu bancale à certains moments, la relation qui lie ces trois protagonistes reste belle et forte. On ne vous en dira pas plus pour garder le suspense et l’agréable surprise qui nous suit tout au long de la pièce. Nous terminerons en vous conseillant vivement d’aller voir ce bonbon théâtral.

Nos femmes surprend et touche dans ce que nous connaissons ou croyons connaître des personnes que nous acceptons en tant qu’amis, dans leurs forces comme dans leurs failles. Finalement, cette pièce nous remet en question et nous rappelle à quel point c’est « les copains d’abord ». http://www.lesuricate.org/nos-femmes-deric-assous/
Commentaire de Deashelle le 16 septembre 2017 à 20:28

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation